• Serres d'Auteuil

Les serres d’Auteuil : Un patrimoine végétal en danger

Aux portes de Paris, à l’orée du bois de Boulogne, le jardin des serres d’Auteuil abrite une jungle exubérante, des plantes rares, des collections remarquables. Un patrimoine à voir d’urgence, car il est menacé par l’extension de Roland-Garros.

 

Créés en 1761, sous Louis XV, le jardin et les serres d’Auteuil sont entièrement remodelés à la fin du XIXe siècle. En 1897, l’architecte Jean-Camille Formigé y construit une cathédrale de fer et de verre : c’est encore la belle époque des jardins d’hiver où l’on se bouscule pour admirer des spécimens exotiques provenant de régions tropicales. L’ensemble comprend quinze serres. Dans la plus spectaculaire – elle mesure 99 mètres de long et 16 mètres au faîtage – on se retrouve dans une palmeraie entremêlée de jungle tropicale. En son milieu se cache une attirante volière. D’un côté les caféiers, kapokiers, balisiers, quatre-épices et lotus bleu d’Égypte prennent leurs aises, tandis que de l’autre, les fruitiers prolifèrent au milieu des fougères dans une atmosphère un peu moins chaude. Au milieu de ce foisonnement étourdissant, plusieurs bassins peuplés de carpes japonaises mettent en scène les laitues, jacinthes d’eau et autres espèces aquatiques.

Devant cette nef de verre, le jardin à la française est bordé de deux groupes de serres, les « chapelles » : moins spectaculaires d’un point de vue architectural, elles abritent des collections remarquables. Philodendrons et monsteras, mais aussi hibiscus, passiflores, azalées, marantacées aux grandes feuilles bigarrées, sont présentées par famille. Deux chapelles restituent la flore menacée du Sahel et celle de Nouvelle-Calédonie avec les santal, bancoulier, niaouli, koari plantés dans un sol latéritique rougeâtre. L’ensemble représente un patrimoine architectural et végétal extraordinaire, l’un des plus beaux d’Europe, classé Monument historique depuis treize ans. C’est d’ailleurs ce qui les sauve de la destruction dans le projet d’extension du complexe de Roland-Garros.

Cette protection ne concerne pas les dix autres serres chaudes construites un peu plus tard. Elles contiennent pourtant des collections botaniques de réputation internationale. On y découvre une collection d’orchidées rares, parfois centenaires. Parmi les hoyas, les broméliacées, dix taxons ont totalement disparu de leur milieu d’origine. Le jardin alentour est aussi un lieu de collection et d’acclimatation des végétaux. Plusieurs arbres sont centenaires : le ginkgo biloba, l’ailante, le micocoulier de Corée. Alors, si vous ne connaissez pas le site ou même si vous l’avez déjà visité, hâtez-vous de le découvrir ou redécouvrir… tant qu’il est encore intact.
 

  • Comment y aller :

    Les serres sont situées à la porte d’Auteuil, en lisière du bois de Boulogne. Station de métro : Porte d’Auteuil.
    - Renseignements : Accès gratuit tous les jours, toute l’année, de 9 heures à 16 h 45 pour les serres et jusqu’au coucher du soleil pour le jardin. Visite guidée pour les groupes. Tél. : 01 71 28 50 82. Site : parisinfo.com.
    - Hébergement : L’Hôtel Poussin est une adresse de charme, au calme, située à deux pas du jardin et des serres d’Auteuil. Tarif : 160 € en chambre double avec petit-déjeuner. 52 rue Poussin, 75016 Paris. Tél. : 01 46 51 30 46. Site : www.hotel-poussin.fr