• immortelle

Helichryse : une paillette d’or pour fluidifier le sang

L’immortelle était autrefois utilisée essentiellement dans le traitement des pathologies respiratoires. Séchée et brûlée lentement, sa fumée épaisse a été abondamment utilisée pour purifier l’air lors de l’épidémie de grippe espagnole durant la première guerre mondiale. La biochimie aromatique de l’immortelle révèle en effet la présence d’alpha-pinène qui lui confère ses propriétés bactéricides et contribue à la guérison des affections respiratoires. Elle était également utilisée en décoction en tant qu’agent expectorant et anti-inflammatoire. Dans le cas de pathologies respiratoires chroniques, les effets anti-inflammatoire et décongestionnant sont renforcés par une inhalation de vapeurs de fleurs plongées dans l’eau chaude. La fumigation accélère, de même, la guérison des voies aériennes. Ces propriétés anti-inflammatoires sont dues à la présence de gamma-curcumènes et d’alpha-curcumènes.

  • Anti-hématomes et cicatrisante

C’est sous la forme d’huile essentielle que l’immortelle révèle ses propriétés cicatrisantes et son action anti-hématomes inégalées. Les italidiones présents dans l’huile jouent le rôle « d’éboueur » à l’égard des cellules mortes, accélérant ainsi la guérison des ecchymoses et des hématomes. La réduction des « bleus » est spectaculaire, et se constate dans l’heure suivant le choc. La cicatrisation est également accélérée et facilitée. L’huile peut également prévenir l’apparition de cicatrices inesthétiques si elle est appliquée immédiatement sur une petite plaie. Les indications conjuguées de fluidifiant sanguin et de réparateur dermique font de l’immortelle une aide précieuse pour favoriser l’atténuation des varices et la disparition de la couperose.

  • Spécialité corse

L’hélichryse italienne poussant en Corse possède, semble-t-il, une activité thérapeutique accrue sur la circulation sanguine et la sphère cardiaque. Le simple fait de la respirer donne la sensation que la circulation s’active et que le sang se fluidifie. Mais, en raison de la difficulté à s’en procurer - la récolte annuelle n’est en effet que de 300 à 500 kilos - on préfère généralement employer les huiles essentielles d’Helichrysum stoechas, provenant de France, ou d’Augustifolum provenant des Balkans.

  • Précieuse mais rare

Quelle que soit sa provenance, l’huile essentielle tirée de l’immortelle est très précieuse en raison de son efficacité et de sa rareté. Les fleurs sont coupées à la main par quelques récoltants seulement sur des sites sauvages ou des petites cultures. Le rendement pour produire de l’huile essentielle est en moyenne de un pour cent. Cela correspond à un litre d’huile obtenue pour cent kilos de fleurs distillées ! Il faut en plus signaler que de nombreux sites où l’hélicryse s’implante naturellement sont aujourd’hui détruits en raison des incendies, de l’avancée de l’urbanisation... ou du pillage par les parfumeurs. L’immortelle est en effet une plante très aromatique qui offre un éventail d’arômes allant, selon l’espèce, du curry jusqu’à la camomille. Il est donc préférable de se tourner vers l’huile essentielle de cyprès qui possède les mêmes propriétés, mais dont la rapidité d’action est moindre, en raison de l’impact plus faible sur la bio-diversité, du fait de son abondance.