• angélique

L’Angélique à la reconquête de la France

Elle est la plus grande et l’une des plus précieuses des plantes aromatiques indigènes ; mais victime de son succès, l’Angélique sauvage (Angelica sylvestris) fut tant récoltée qu’elle faillit bien disparaître. Depuis ses derniers refuges montagnards, elle entreprend aujourd’hui une reconquête spectaculaire de notre territoire.

 

C’est dans la lutte contre la peste que l’Angélique a acquis ses lettres de noblesse. Ce n’est pas un hasard si on la retrouve en bonne place dans la composition du célèbre  « Vinaigre des quatre voleurs ». Ce précieux breuvage fut mis au point par une bande de pillards qui détroussaient les victimes de l’épidémie, et se protégeaient des risques de contagion, s’imprégnaient le corps et les mains avec la précieuse préparation…. L’efficacité de la « racine du Saint-Esprit » (c’est l’Archange Gabriel qui révéla ses propriétés anti-microbiennes et lui donna son nom, «l’Archangélique») était telle que les parents obligeaient leurs enfants à porter, en guise d’amulette autour du cou, un tronçon de sa racine. Sans doute celui-ci était-il régulièrement sucé, un geste qui explique l’efficacité du pendentif.

Mais la découverte de nouveaux mondes et de leur cortège de trésors porta un rude coup à l’usage de l’Angélique qui fût peu à peu détrônée par ses consœurs exotiques.

<!-- break -->

Pourtant l’Angélique ne s’avoue jamais totalement vaincue. Ainsi, F.-J. Cazin (XIXème siècle), cite le cas du niçois Annibal Camoux qui mourut, en 1759 à Marseille à l’âge de 121 ans et 3 mois et qui attribuait son étonnante longévité aux tronçons de racine d’Angélique qu’il suçait chaque jour… Le même auteur nous apprend que la graine d’Angélique sylvestre pilée a été utilisée pour éliminer les poux. Convaincu de sa grande valeur, il donne également la recette d’une boisson stimulante préparée en faisant infuser 1 litre d’eau bouillante sur 30 g de racine d’Angélique coupée en tranches minces, il ajoute ensuite à l’infusion 4 centilitres d’eau-de-vie, 1 hectogramme de sirop de vinaigre, et quelques gouttes d’huile volatile de citron.

D’autres usages, plus anecdotiques, sont parvenus jusqu’à nous : on l’a utilisée pour soigner les morsures des chiens enragés. Ses vertus ne s’arrêtent pas à son indéniable action bactéricide, elle est aussi réputée pour ses propriétés revitalisante et on la retrouve dans la composition d’aphrodisiaques réputés. Enfin, rappelons que cette plante a une action extrêmement favorable sur la sphère digestive… Ses semences sèches ou sa feuille fraîche, prises en tisane, régulent très efficacement le fonctionnement de l’estomac et des intestins. En saupoudrant simplement vos salades d’une persillade d’Angélique vous pouvez profiter de son action.

<!-- break -->

Forte de si nombreux atouts, on ne peut que regretter qu’une plante si riche en propriétés thérapeutiques soit si peu utilisée. D’autant plus que ces mêmes propriétés se voient aujourd’hui confirmées par la phytothérapie moderne ! La disparition progressive de l’espèce sauvage de nos paysage, a été sans doute l’une des raisons principales de cette désaffection. Fort heureusement, le retour en force de l’espèce sauvage dans nos campagnes, la possibilité de cultiver chez soi, au jardin ou sur le balcon, l’Angélique, sont autant d’espoirs pour la plante de retrouver le devant de la scène. 

 

Une tisane anti-stress

La tisane de feuilles fraîches se fait en infusant 10 g de feuilles  fraîches par litre d’eau pendant 10 min. Filtrez et buvez un verre à la fin du repas. Parfumez avec une rondelle de citron.

La tisane d’Angélique combat la fatigue, l’angoisse et l’anxiété (tension nerveuse) ; elle stimule aussi efficacement la digestion. Attention, la feuille perd ses propriétés en séchant, en particulier celle de soulager les coups et contusions !