• aubépine

L'aubépine : couronne du Christ et cardio-protectrice

L'aubépine était utilisée par les Grecs comme diurétique et pour soigner les calculs rénaux. Mais c'est pour sa capacité à améliorer les troubles du rythme cardiaque que la pharmacopée l'a retenue à partir du XVIesiècle.


La puissance protectrice de la plante était utilisé dans la Rome chrétienne pour éviter aux nouveau-nés les maladies et les influences néfastes. Pour ce faire, les Romains nouaient de petits rameaux d'aubépine au berceau des enfants. Plus tard, des branches d'aubépines  étaient attachées sur les mâts de cocagne, lors des fêtes de printemps, symbolisant ainsi la renaissance de la vie et la fertilite´

L'aubépine était utilisée par les Grecs comme diurétique et pour soigner les calculs rénaux. Mais c'est pour sa capacité à améliorer les troubles du rythme cardiaque que la pharmacopée l'a retenue à partir du XVIesiècle.

Les recettes d'herboristes de la Renaissance stipulent qu'il faut ramasser uniquement les sommités fleuries pour les décoctions et qu'elles doivent contenir au minimum 20 % de fleurs et au maximum 10 % de parties ligneuses.

Les flavonoïdes que contient l'aubépine augmentent le flux sanguin vers le coeur et dilatent les artères coronaires. C'est un sédatif cardiaque doux : essoufflement et palpitations diminuent au cours du traitement, qui ne produit pas ses effets immédiatement. Employée avec de la passiflore et de la valériane, elle réduit les sentiments de peur et de nervosite´ et atténue la perception exagérée des battements cardiaques et des palpitations lorsqu'aucune maladie cardiaque n'a été diagnostiqué

Par ailleurs, des études montrent que l'aubépine abaisse le taux de cholestérol sans doute à cause de ses bioflavonoïdes, semblables à ceux des extraits de pépin et de peau de raisin.

Aujourd'hui, la plante connaît une grande vogue en Europe. Elle entre dans la composition de plus de deux cents préparations médicinales, notamment en France, en Allemagne, en Autriche et en Suisse.