L’onagre l’amie des femmes

Lorsqu'elle est arrivée en Europe au transports maritimes de dises, cette plante robuste n’avait pour tout bagage médicinal que l’utilisation qu’en faisaient les Indiens d’Amérique : contusions, hémorroïdes, maladies de peau. Mais ce n’est que très récemment que l’on a découvert sa véritable richesse, lorsqu’on a mis en évidence le rôle des acides gras essentiels dans le fonctionnement métabolique.

L’huile extraite des graines de l’onagre contient en effet de l’acide gamma-linolénique, en quantité tout à fait intéressante. Cet acide gras de type oméga 6 facilite, en particulier, la production de la prostaglandine, substance anti-inflammatoire dont les femmes souffrant de syndrome prémenstruel manquent souvent. L’huile d’onagre est réputée pour équilibrer la production d’œstrogènes et de la progestérone. Elle permet également de lutter contre l’arthrite rhumatoïde qui touche souvent les jeunes femmes. De façon générale, elle a une action régulatrice au niveau des vaisseaux sanguins, de la coagulation et de la tension artérielle.

Propriétés :

- Règles douloureuses : Douleurs au ventre et aux seins, rétention d’eau, irritabilité, autant de symptômes que nombre defemmes rencontrent avant leurs règles. L’onagre aide à lutter contre les désagréments liés au cycle menstruel. Standardisée à 8 % d’acide gamma-linolénique, l’huile d’onagre est présentée en capsules (dosées à 500 mg d’huile) et flacons. La dose moyenne est de 2 g par jour, soit 4 gélules à prendre lors des repas. Commencer 10 jours avant l’arrivée des règles : prendre 20 jours par mois, pendant quelques cycles. Généralement, les effets commencent à se faire sentir au bout de deux mois d’utilisation régulière… Sa richesse en acide gammalinolénique fait également de l’huile d’onagre un très bon soutien pour faire baisser un taux de cholestérol trop élevé et améliorer ainsi les problèmes cardiovasculaires. Enfin, elle peut être d’une aide précieuse pour certaines maladies de peau et régler les démangeaisons liées à l’eczéma ou au psoriasis. Attention si les douleurs de règles persistent et s'intensifient, il peut s'agir d'une endométriose contre laquelle l'onagre de sera pas efficace.