La Brunelle : une diablerie contre les angines

Le mot brunelle pourrait dériver de la couleur brune du calice de la fleur, cette plante de la famille de la menthe a des fleurs bleuâtre de forme oblongue et des feuilles pointues disposées par paire. La brunelle est un exemple qui illustre bien ce que les médecins appelaient autrefois la « doctrine des signatures » : les plantes rappellent, par leur forme, la partie du corps sur laquelle elles sont censées agir.

On pensait que puisque cette plante avait l'aspect d'une bouche, elle devait soigner les maux de gorge et autres infections de la bouche.

L'abbesse de Bingen, Sainte Hildegarde recommandait la brunelle mélangée à des feuilles de laitue et à du cerfeuil légèrement écrasé dans du vin. Et de prendre ce mélange en bouche et de le garder quelques temps, dix à vingt minutes. Ce liquide était censé chasser les humeurs nocives des gencives et ainsi calmer les gingivites.

C'est précisément pour ces indications (en gargarisme, pour lutter contre les infections de la bouche et les angines), que les meédecins du XVIe`  siècle  la consignent dans les herbiers médicinaux.

Dans son herbier publié en 1597 sous le titre de The Herbal, le naturaliste Anglais, John Gerard, écrit à propos de la Brunelle, de son nom latin Prunella vulgaris : « Il n'existe pas dans le monde de meilleure plante pour les blessures que la brunelle » et mélangé à de l'eau et du vin, elle « guérit et rétablit la santé de toutes blessures, à l'intérieur comme à l'extérieur ». L'application de feuilles fraîches aide en effet les plaies à cicatriser et empêche les infections.

Elle fut également utilisée pour lutter contre la diarrhée et les furoncles. En Chine, les tradipraticiens l'utilisent toujours pour ses propriétés « yin » qui agissent sur le méridien du coeur en diminuant la pression artérielle.

En élixir la brunelle est dite agir sur la confiance et l'acceptation. L'élixir, aide à améliorer la santé, particulèrement au niveau de l'assimilation des substances nutritives. Il facilite le jeûne et permet d'éliminer l'acide urique. C'est un catalyseur de guérison, un régénérateur. Il aide également à accepter la transformation intérieure, à venir à bout de la confusion et du doute de soi.