La laitue facilite la procréation… mais pas l’accouplement

Avec une telle action sur la femme, la laitue devient alors maléfique pour l’homme, qu’elle « empêche d’accéder à la jouissance amoureuse s’il en consomme,et même le rendre impuissant ». La laitue était pour cette raison bannie des banquets rituels réservés aux hommes des cités grecques.Ainsi les Pythagoriciens la nommaient « plante des eunuques », tandis que Levinus Lemnius en préconisait l’emploi « pour astreindre l’ardeur du désir charnel à ceux qui sont adonnés à la vie hors mariage et qui veulent garder leur chasteté ». Dioscoride la recommandait aussi pour tempérer la luxure. Vous l’aurez compris, les propriétés anaphrodisiaques, sédatives et soporifiques de la laitue,oubliés de nos jours,ont fait l’objet de bien des écrits. Les auteurs du Moyen-Âge et de la Renaissance considéraient même que « le feu sacré s’éteint, le sperme diminue » en consommant de la laitue. La métamorphose physique de la lactuca, opérée par d’ingénieux jardiniers, l’a donc embellie, mais lui faisant perdre l’essentiel de ses vertus curatives.Néanmoins, la plus cultivée des plantes possède un trésor, un abondant latex blanc qui apparaît  dès qu’on la coupe. Rien d’étonnant car étymologiquement, lactuca signifie plante laiteuse d’où la présence de latex. Cette « sève » renferme des propriétés sédatives puissantes, proches de l’opium. Les phytothérapeutes modernes lui reconnaissent des propriétés calmantes, antispasmodiques, analgésiques et béchiques, utilisées dans l’éréthisme nerveux, les spermatorrhées, le priapisme de la blennorragie, les bronchites, la coqueluche, ils la recommandent pour trouver le sommeil et calmer les quintes de toux. Manger de la laitue est donc un bon moyen de vaincre l’insomnie. Dans les cas rebelles, il convient d’écraser les feuilles au mortier et d’en boire le jus. Et le choix est infini, il existe une centaine de variétés de laitue, les plus consommées étant la romaine et la batavia.