La luzerne: un phyto-oestrogène allié de l’âge

Ce sont les Arabes, maîtres incontestés en matière d’élevage chevalin, qui ont les premiers utilisé la luzerne pour augmenter la valeur nutritive de l’alimentation de leurs bêtes. Outre les usages médicinaux qu’on lui connaît en herboristerie occidentale où on utilise les graines germées et les parties aériennes au début de la floraison pour traiter l’arthrite et l’arthrose, les irrégularités menstruelles, les troubles des reins et de la vessie, les problèmes digestifs, la luzerne (Medicago sativa) est réputée en Chine traiter le rhume ainsi que les troubles digestifs et en Inde, soigner les abcès. Chez les Amérindiens la luzerne est employée pour traiter la jaunisse et favoriser la coagulation.

Reminéralisante

Plante d’une haute valeur nutritive, la luzerne est un formidable réservoir naturel de vitamines. Riche en vitamine A, elle contient des vitamines du groupe B, de la vitamine E et de la vitamine K. Ses racines puisent très profondément dans le sol et y soutirent d’importants nutriments. Elle est très riche en protéines. Elle est également bien pourvue en oligo-éléments (calcium, phosphore, fer, zinc, cuivre, sélénium). Et contient des saponines et des substances capables de complexer le cholestérol et médicinaux de la luzerne remontent à plusieurs centaines d’années, voire quelques millénaires, il n’existe que très peu d’études cliniques en confirmant la valeur. Les données sur lesquelles on peut s’appuyer proviennent surtout d’extrapolations effectuées à partir de faits scientifiques d’ordre général. Cependant, en se fondant sur le savoir empirique traditionnel, des chercheurs ont démontré, essais cliniques préliminaires et observations de cas médicaux spécifiques à l’appui quelques-unes des propriétés thérapeutiques exceptionnelles de cette plante. Tonique, reminéralisante, la luzerne exerce à ce titre une influence stimulante sur le système nerveux et s’avère efficace en cas de décalcification, fatigue générale, épreuves sportives, prévention des claquages et des crampes musculaires. On la recommande tout particulièrement aux femmes ménopausées, aux arthritiques, aux rhumatisants et aux goutteux. Par ailleurs, cette plante est riche en chlorophylle, une substance précieuse comparable à l’hémoglobine du sang et qui s’avère efficace dans toutes les situations où l’organisme se trouve aux prises avec un phénomène infectieux. On peut la donner avantageusement dans les cas de bronchite, d’asthme, de pros- tatite, de troubles de la vessie, de maladies de la peau et de maladies virales et bactériennes en général. De plus, elle nettoie le tube digestif et combat ainsi la mauvaise haleine et les odeurs corporelles offensantes. La luzerne est aussi hypocholestérolémiante. Des recherches au « Wistarinstituteofanatomyandbiology» ont montré que la luzerne pouvait, grâce à son taux élevé en fibres, réduire un taux de cholestérol et de triglycérides trop élevé, sans pour autant affecter le « bon » cholestérol. Enfin, cette plante devrait faire partie de toutes les cures de désintoxication. Son puissant effet nettoyant sur les tissus de l’organisme en fait un atout précieux pour les personnes qui ont besoin de se « purifier » en profondeur.