La pâquerette vivace

Propriétés, effets et usages

La pâquerette était autrefois très connue en médecine traditionnelle pour faire transpirer, comme diurétique, dépuratif et expectorant. Mais sa spécialité, ce sont les contusions, les oedèmes, bref tous les coups contre le corps. L’huile de fleur de pâquerette était d’ailleurs renommée pour l’usage externe et parfois même appelée huile aux femmes battues. Légèrement aromatique et croquante, la jeune feuille de pâquerette vivace (attention, pas celle à fleur double qui est plus ornementale) est délicieuse mêlée à une salade composée de printemps. Seule et crue, elle a un petit goût âcre qui peut irriter la gorge. Celui-ci disparaît à la cuisson. La fleur est aussi comestible et très décorative. C’est une petite plante riche en calcium. Comme elle fleurit tôt et très tard dans la saison, elle est précieuse dans nos jardins pour les insectes butineurs. Il est possible d’en faire une infusion dite « solaire » : il suffit de mettre des fleurs de pâquerette dans un bol en verre rempli d’eau, d’exposer le tout au soleil pendant 3 à 4 heures, puis de filtrer. Il ne reste plus qu’à boire sans tarder cette synergie d’énergies subtiles concentrées. Au lieu d’être hachée tout l’été par les tondeuses à gazon, la petite pâquerette devrait plutôt retrouver le chemin de nos paniers en osier. Elle a tant à nous donner.

Secret d’herboriste

• Huile de fleurs de pâquerette (macérat de pâquerette) :

Finis les coups et les bleus, voici une préparation qui apaisera rapidement vos contusions : remplir de fleurs de pâquerettes sauvages fraîchement cueillies un bocal en verre de 250 ml. Couvrir généreusement les fleurs d’une bonne huile d’olive de première pression à froid. Laisser reposer 15 jours au frais et à l’abri de la lumière en remuant de temps en temps. Filtrer. Mettre en flacon. 

• Synergie raffermissante pour le corps et le buste La pâquerette est une des plantes aux propriétés galbantes qui prend le mieux soin du buste des femmes (là, il y a des hommes qui vont arrêter de tondre et partir à la cueillette !). Voici ma recette : dans 30 ml de macérat de pâquerette, ajouter 10 gouttes d’HE de romarin verbénone, 5 gouttes d’HE d’ylang-ylang, 5 gouttes d’HE de géranium rosat et 5 gouttes d’HE de palmarosa. Masser de façon circulaire pour bien faire pénétrer cette synergie. Appliquer deux fois par jour.