La petite centaurée ferme les plaies et ouvre l’appétit

La mythologie grecque rapporte que les centaures, ces êtres étranges au torse d’homme et au corps de cheval, aimaient excessivement le vin et étaient incapables de résister à son appel. Un jour, Hérakles, qui avait été instruit en médecine et en astronomie par le roi de centaures, Chiron, fut invité à une partie de chasse par son ami le centaure Pholos. Comme ils étaient assoiffés d’avoir trop couru, l’ami d’Hérakles ouvrit un tonneau de vin. L’odeur du vin attira immédiatement d’autres centaures qui, finalement, s’affrontèrent pour s’emparer du tonneau. La rixe qui s’en suivit s'acheva tragiquement par la mort de Pholos, l'ami d’Hérakles. Le demi-dieu, fou de rage, tua quelques centaures et poursuivit sans relâche les survivants qui se réfugièrent chez Chiron. Malgré l’estime qu’il portait à son maître, Hérakles fit irruption dans la demeure de Chiron et massacra tous les centaures coupables à coups de flèches trempées dans le sang mortel de l'Hydre de Lerne. Hélas, Chiron qu’Héraklès avait souhaité épargner, fut touché au pied par une « flèche perdue » et s’effondra.

Mais Chiron, maître en médecine, connaissait les propriétés bienfaisantes de certaines plantes et notamment de celle que nous appelons maintenant petite centaurée, avec lesquelles il soignait les blessés et les malades. Il réussit ainsi à se soigner et survécut à sa blessure. Le nom de Centaurea serait depuis attribué à la plante qui aurait permis cette guérison.

C’est ainsi que la plante qui avait soigné Chiron a gardé dans l’esprit des hommes de l’antiquité et du Moyen- Âge le pouvoir de soigner les blessures et les piqûres de serpent (les Druides l’employaient à cette fin). Elle fut égaement utilisée dans les fièvres intermittentes du XIXe siècle mais aussi pour son action sur le foie et les ulcères d’estomac. Outre ces usages, elle était réputée fébrifuge et comparable au quinquina.

De nos jours, c'est la sommité fleurie de la petite centaurée qui est utilisée en phytothérapie. On s'en sert principalement en infusion ou mélangée à du vin pour intensifier les sécrétions de l'estomac et ouvrir l’appétit. En externe, la magie de la plante opère toujours comme au temps de Chiron et s’emploie encore couramment comme cicatrisant pour les plaies et comme calmant pour les hématomes.