Le laurier couronne les vainqueurs et traite la dyspepsie

Chez les Grecs, le végétal était dédié à Apollon. La mythologie veut en effet que le fleuve Ladon, pour soustraire sa fille Daphné aux avances du plus beau des dieux, transforma cette dernière en laurier. Le laurier devint vite un symbole de gloire et d'immortalité : chacun sait qu’il ceignait le front des vainqueurs des Jeux Olympiques (qui à l’époque, se contentaient d'une couronne de lauriers... les temps changent). Il en était de même dans le monde romain où l’on couronnait les généraux vainqueurs, mais aussi les poètes, les savants et même les statues de Jupiter aussitôt qu'une victoire intervenait. Cette tradition a perduré au cours des siècles. Au Moyen-Âge, on en orne également le front des poètes, des artistes, des savants, des étudiants qui obtiennent un titre universitaire. D'où le mot baccalauréat. Les récipiendaires avaient le front ceint de laurier portant les baies (bacca = baies, laurea = de laurier). Aujourd’hui encore, la Croix de la Légion d'Honneur porte une couronne mi-laurier, mi- chêne.

Une autre propriété du laurier a traversé les siècles : celle de protéger de la foudre, c'est-à-dire de la colère de Jupiter Olympien. On rapporte que César Tibère portait une couronne de laurier lorsqu'il faisait un orage. Dans la tradition provençale, il est conseillé de jeter dans le feu quelques branchettes de laurier sec dès que gronde le tonnerre. On agit de même en Lozère. En Méditerranée, les marins et les pêcheurs plaçaient dans leur voilure du laurier afin de préserver leur bateau de la foudre. De tout temps, le laurier a également été utilisé pour la divination. Plusieurs auteurs anciens nous ont décrit les pythies prophétisant avec l'écume verte du laurier aux lèvres. Étant donné le goût atroce des feuilles lorsqu'on les mâche, la coutume tomba en désuétude. Il ne subsiste plus que quelques souvenirs lointains de ces propriétés divinatoires : à Manosque-la-pudique, les jeunes filles effeuillent encore parfois le laurier-cerise pour deviner le nom de leur futur époux. Le jeu consiste à graver au revers de la feuille les initiales des divers prétendants et à les placer ensuite sur son cœur. On la retire au bout d'un certain temps ; les lettres les plus noires désignent le futur élu.