• Plante médicinale: Potentille tormentille, l’astringent radical

Potentille tormentille : l’astringent radical

Parmi les simples, la potentille est une rosacée qui se distingue par son efficacité et sa rapidité dans le traitement de la diarrhée et des inflammations de l’intestin. Le principe actif de la plante, astringent majeur, réussit également à venir à bout des aphtes, des ulcérations de la bouche et des inflammations de la gorge.

Le nom de potentille vient du latin potens, potentis, qui veut dire « puissant », par allusion à la force de ses propriétés médicinales. C’est en effet l’un des simples les plus rapides et les plus efficaces comme plante astringente.

 

Trois sœurs, un même effet

La famille des potentilles compte trois « sœurs » que l’on trouve communément dans toute la France à l’exception de la région méditerranéenne :

  • L’anserine, Potentilla anserina, veut dire « qui appartient à l’oie », par allusion au fait, selon les uns, que ces palmipèdes raffolent de la plante ou, selon les autres, que sa feuille ressemble à la patte de l’oie.
  • La potentille tormentille viendrait soit du latin tormentum (tourment), parce que cette espèce était réputée soulager les maux de dents, soit de tormina qui signifie « colique ».
  • Enfin, la dernière des sœurs est dite reptans en raison de sa croissance au sol, en « rampant ».

Mais toutes les trois se signalent par leurs propriétés astringentes, anti-inflammatoires et calmantes qui les ont fait utiliser de tout temps contre les ennuis intestinaux.
L’herboriste Marie-Antoinette Mulot rapporte que, dans un traité du XVIe siècle, il est mentionné à propos de la potentille rampante : « C’est un cas fort merveilleux que cette plante mise sous la plante des pieds et au creux de la main fait cesser les chaleurs de quelque fièvre que ce soit… »
Toutes les trois peuvent être utilisées pour leur vertu astringente. Mais il est admis que c’est la tormentille qui se montre la plus active par sa richesse en tanin : 18 % dans le rhizome. Puisque c’est dans le rhizome que se concentre l’acide tannique, le principe actif de la potentille.

 

Troubles de l’intestin

À cause de leur astringence, les potentilles sont particulièrement utiles tant en usage interne (pour soigner la diarrhée) qu’en externe (pour soigner les affections des muqueuses de la bouche et de la gorge).

Dans le cas de la diarrhée, elles sont efficaces contre l’entérocolite, la diarrhée estivale, l’entérite et la colite aiguë. On peut les prendre sous forme de tisane, à raison d’une à trois cuillerées à soupe de rhizomes coupés en morceaux à faire bouillir quinze minutes dans un demi-litre d’eau. Prendre une tasse plusieurs fois par jour.
Le vin de tormentille est particulièrement efficace. On le prépare en faisant macérer, pendant une semaine, 70 g de racines bien nettoyées dans un litre de porto. Filtrer et boire d’un à trois verres à vin par jour.
Par voie externe, la toux des fumeurs serait soulagée par des gargarismes à la racine de tormentille.


En teinture, décoction et friction

  • La teinture s’obtient en laissant macérer pendant 15 jours 150 grammes de rhizomes séchés dans un litre d’alcool à 45°, avant de filtrer. Absorber 20 gouttes par jour sur un morceau de sucre.
  • La décoction se fait au maximum avec 100 g de rhizomes pour un litre d’eau.
  • Elle s’utilise en lavage ou en compresse sur les contusions, les plaies, les ecchymoses, les ulcères variqueux et les maladies de peau.
  • Pour les muqueuses buccales, on l’emploie en gargarisme contre les aphtes, les stomatites, les gingivites, les amygdalites et les ulcérations de la bouche.
  • On peut aussi tout simplement mâcher un peu de rhizome séché et s’en frictionner les gencives. C’est excellent pour leur fermeté.

Herboristerie du Palais-Royal
11, rue des Petits-Champs
75001 Paris
Tél. : 01 42 97 54 68
Site : http://www.herboristerie.com/