• Le bon geste : faire disparaître ou éviter les hématomes en phytothérapie

Des bleus au corps 

L’hématome est un épanchement de sang provenant de la rupture de vaisseaux sanguins. Le plus souvent, il s’agit du banal bleu, disgracieux et parfois douloureux. Voici comment agir en prévention et en traitement pour favoriser sa disparition.

 

Augmenter la résistance de la peau

Notre peau est une barrière qui nous protège à chaque instant de l’extérieur. Or, en vieillissant, elle devient plus fine et les vaisseaux sanguins, notamment les capillaires, se fragilisent, d’où la fréquence des hématomes sur les mains, les jambes, les bras, au moindre choc. Voici comment la renforcer. 

 

Apaisant

Appliquez sur les contusions des compresses imprégnées d’hydrolat d’hamamélis, le noisetier des sorcières, pour faciliter leur résolution et soulager la douleur.

 

Huile restructurante

Les huiles d’argan et de calophylle agissent en synergie pour redonner de l’élasticité à la peau, tout en protégeant les vaisseaux sanguins. On y ajoute les huiles essentielles de mandarine et de citron, pour augmenter la résistance de la paroi vasculaire et celle de patchouli pour ses propriétés phlébotoniques.

Préparation :

  • 80 ml d’huile d’argan
  • 20 ml d’huile de calophylle inophylle
  • 1 ml d’HE de mandarine zeste
  • 1 ml d’HE de citron zeste
  • 1 ml d’HE de Pogostemon cablin
  • 1 flacon teinté.
  1. Versez les huiles végétales dans le flacon.
  2. Ajoutez les huiles essentielles et mélangez.
  3. Appliquez en massage sur les membres, 1 fois par jour pendant deux semaines en partant des extrémités.
  4. Les HE de mandarine et de citron étant photosensibilisantes, appliquez le soir pendant les périodes ensoleillées.

Cette huile est également tout indiquée avant une intervention chirurgicale pour favoriser la future cicatrisation et limiter les hématomes. Appliquer pendant 2 semaines puis cesser 48 heures avant l’opération.

 

Infusion protectrice

Les vaisseaux sanguins représentent un immense réseau. En agissant à l’intérieur, grâce à une infusion de trois plantes vasoprotectrices et veinotoniques, vous absorbez les éléments indispensables qui donnent de la tonicité aux parois vasculaires. Le sang circule mieux et les hématomes sont moins fréquents.

Préparation : 

  • 45 g de mélilot (sommité fleurie)
  • 45 g de pervenche (feuille)
  • 45 g de cassis (feuille)
  • miel d’aubépine.
  1. Mélangez les plantes dans un bocal.
  2. Prenez 3 g du mélange et versez dans 25 cl d’eau froide.
  3. Au premier bouillon, éteignez le feu et couvrez pendant 3 minutes.
  4. Filtrez et sucrez au miel.
  5. Buvez 2 tasses par jour pendant sept jours.

Faire disparaître rapidement un hématome

Un hématome se résorbe en plusieurs jours, voire en plusieurs semaines. Son évolution se suit facilement par les modifications de sa couleur, dues aux produits de dégradation de composés du sang. De bleu violacé, il devient marron, puis jaune, avant de disparaître grâce au travail des cellules et des enzymes de nettoyage. Il est donc tout à fait possible de les aider dans leur tâche afin d’accélérer le processus. 

 

Cataplasme  de chou

Le chou est doté de vertus innombrables. Son utilisation est récurrente dans diverses affections. Il détoxifie, décongestionne, active la circulation et régénère les tissus : c’est donc un remède de choix dans la prise en charge et le traitement des hématomes.

Préparation :

  • 1 chou vert biologique
  • 1 bande en coton
  • 1 rouleau à pâtisserie.
  1. Prélevez 3 feuilles du chou.
  2. Lavez-les à l’eau claire et retirez la côte centrale au couteau.
  3. Écrasez 2 feuilles, une par une, avec le rouleau à pâtisserie.
  4. Appliquez-les sur la zone atteinte.
  5. Recouvrez avec la troisième feuille et bandez sans comprimer.
  6. Laissez en place la nuit et renouvelez quotidiennement jusqu’à guérison.

 

Bonne circulation : le secret est dans l’assiette !

Limiter l’apparition des hématomes passe avant toute chose par une peau et des vaisseaux en bonne santé, aptes à faire face aux agressions de notre environnement. Nous construisons chaque jour de nouvelles cellules : la peau et les vaisseaux sont faits de « briques », telles les fondations d’une maison, qui doivent nous être apportées par une alimentation de bonne qualité. L’huile de germe de blé, les noisettes, les amandes, l’avocat sont riches en vitamine E, fortement antioxydante : elle ralentit le vieillissement cutané et protège les membranes cellulaires. De plus, elle améliore la microcirculation et redonne de la souplesse aux vaisseaux. On s’assurera d’avoir un apport suffisant en polyphénols et flavonoïdes (brocoli, poivron vert, abricot, citron) qui diminuent la perméabilité des capillaires et augmentent leur résistance. Ils protègent donc des hémorragies. Enfin, on leur associera une source de vitamine C (cassis, orange, kiwi, cresson, épinard), vasculoprotectrice et veinotonique. Avec un tel régime, votre peau sera plus souple et vos vaisseaux plus résistants.

 

À lire

« 20 plantes du Languedoc-Roussillon: tout pour se soigner au quotidient », de Marie-Laure Babelon.  Éd. Ouest-France, 9,90 €.