• aromathérapie : thyroïde

Thyroïde : relancer la dynamique

Les déséquilibres de la glande thyroïde sont fréquents. Lorsque le fonctionnement de cette « glande-papillon » s’altère, on pourra faire appel aux huiles essentielles. Si leurs mécanismes gardent une part de mystère, elles se montrent efficaces pour relancer ou au contraire freiner l’activité thyroïdienne.

 

Soutenir l’activité de la thyroïde

  • Formule à visée stimulante pour relancer la sécrétion d’hormones thyroïdiennes : 

VOIE CUTANÉE
HECT de myrte vert (Myrtus communis CT cinéole) : 4 ml ou 80 gouttes
HE de giroflier (Eugenia caryophyllus) : 1 ml ou 20 gouttes
HV de noisette QSP 30 ml

 

Préparation

  • Verser les deux huiles essentielles selon les quantités indiquées dans un flacon en verre teinté de 30 ml muni d’un compte-gouttes. Compléter le flacon avec l’huile végétale et agiter.
     

Mode d’emploi

  • 5 gouttes en massage de la thyroïde 2 fois par jour. En cas d’hypothyroïdie plus ancienne, ajoutez 4 à 6 gouttes sous la langue, 2 fois par jour.

 

 

L’hyperthyroïdie : freiner l’emballement

À l’inverse de l’hypothyroïdie, l’hyperthyroïdie correspond à une suractivité de la thyroïde, qui s’accompagne d’une stimulation de l’ensemble des systèmes de l’organisme. L’étiologie est un peu floue. Il s’agit bien souvent d’un problème auto-immun (maladie de Basedow) dont l’origine est indéterminée (stress, hérédité, problème génétique…). En aromathérapie, dès les premiers signes d’augmentation des hormones thyroïdiennes, il est salvateur d’avoir recours à la myrrhe (Commiphora molmol).
 

À FAIRE

Lorsque la glande s’emballe, appliquer l’HE sur la zone concernée (diluée dans une huile végétale de noyau d’abricot à 10 %, soit 20 gouttes dans un flacon de 10 ml). À pratiquer deux fois par jour au long cours. En cas d’hyperthyroïdie sévère, il est recommandé de prendre par voie sublinguale cette même dilution à 10 %, à raison de 8 gouttes sous la langue 2 fois par jour, au long cours.

Geste simple

  • Hypothyroïdie : le feu de la cannelle

Dès les premiers stades de l’hypothyroïdie ou dans les périodes de vie où les étapes sont dures à franchir, lorsqu’on est confronté à une grande force d’inertie, qui fait que rien ne se réalise, il peut être utile de se tourner vers l’activité énergétique et subtile des hydrolats. Par voie interne, l’hydrolat de cannelle de Ceylan apporte de la vie et de la chaleur, stimule le métabolisme et l’ensemble des systèmes de l’organisme y compris les glandes endocrines. Il redonne le tonus perdu, ramène l’élan pour passer à l’action et même allège l’organisme de quelques kilos superflus. Il sera utile en période de préménopause, où l’activité thyroïdienne peut se ralentir.

À FAIRE

Prendre une cuiller à soupe d’hydrolat de cannelle dans un peu d’eau tiède le matin à jeun pour réveiller l’ensemble des fonctions organiques. Faire la cure pendant 40 jours. Ce geste simple, qui se place sur le registre énergétique, peut accompagner tout autre traitement d’aromathérapie ou d’allopathie, qui agit sur la matière.

 

 

Protection : thyroïde et radioactivité

Les sujets les plus vulnérables à la radioactivité sont ceux présentant des troubles thyroïdiens, les enfants en pleine croissance, ainsi que les femmes enceintes. En aromathérapie, les huiles essentielles ne contiennent ni vitamines ni minéraux et donc a fortiori pas d’iode. À ce jour, nous ne connaissons pas d’huile essentielle ayant des propriétés radioprotectrices pour la thyroïde. Le seul moyen de se prémunir contre d’éventuelles substances radioactives dans l’atmosphère, comme cela pourrait être le cas suite aux problèmes de la centrale de Fukushima, est de saturer les récepteurs à l’iode, par des compléments alimentaires, notamment à base d’algues contenant la dose journalière recommandée. Les huiles essentielles peuvent toutefois être utiles en complément afin d’aider l’organisme à éliminer au maximum les toxiques. 

C’est le cas du romarin à verbénone, de la livèche ou du lédon du Groenland. Une goutte de chaque dans un peu de miel matin et soir, 5 jours sur 7, pendant la période à risque.

 

  • www.aude-maillard.fr

 

À découvrir :

 

URGENT :
Signez notre pétition pour faire renaître le métier d'herboriste