• Aromathérapie : Accompagner une chimiothérapie

Aromathérapie : accompagner une chimiothérapie

Les effets secondaires des traitements médicamenteux lourds sont nombreux et désagréables, cette formule vise à les prévenir au mieux en soutenant les fonctions vitales et en détoxifiant l’organisme. Elle sera donc également bénéfique en cas de lithiase hépatique ou même d’hypercholestérolémie.


Ma formule

  • HECT d’hélichryse italienne (Helichrysum italicum) : 5 ml
  • HECT de litsée citronnée (Litsea citrate) : 3 ml
  • HECT de livèche racine (Levisticum officinale) : 2 ml

HECT : huile essentielle chémotypée.

 

Préserver l’hygiène buccale

Les cellules qui tapissent la muqueuse buccale se renouvellent rapidement et sont sensibles aux molécules de la chimiothérapie. Il en résulte fréquemment des aphtes, des irritations, de la sécheresse buccale. À chaque brossage, il est utile de déposer sur le dentifrice deux gouttes d’HE de tea tree (Melaleuca alternifolia). Cette HE a des propriétés assainissante et antiseptique, elle privilégie l’équilibre de la flore buccale et diminue le risque de mycose et d’aphtes. Des bains de bouche avec des hydrolats frais (solution aqueuse résultant de la distillation) au moins quatre fois par jour pour rincer la bouche, compléteront les bienfaits. Choisir de préférence la menthe poivrée (rafraîchissante, décongestionnante), le laurier noble et le tea tree (antifongique, antibiotique), le lemongrass (antifongique). Faire un bain de bouche de quelques minutes et recracher ensuite sans rincer. Pour le manque de salive, privilégier l’hydrolat de basilic exotique.

 

Un moyen de prévention efficace

Les oncologues recommandent de ne strictement rien appliquer sur la peau avant une séance de radiothérapie. En effet, les textures grasses favorisent la radiodermite, c’est-à-dire la brûlure occasionnée par les rayons. Les HE de tea tree et de niaouli augmentent la capacité de la peau à résister à ces attaques. Les HE sont des corps lipophiles, ce ne sont pas des corps gras comme les huiles végétales. La synergie, présentée lors des cours du Collège international d’aromathérapie Dominique Baudoux, a fait ses preuves de nombreuses fois et améliore l’observance du traitement qui peut être mené à son terme plus confortablement pour le patient.

À FAIRE :

  • Mélanger 4 ml d’HE de tea tree, 4 ml d’HE de niaouli, 2 ml d’HE d’hélichryse italienne.
  • Appliquer la quantité nécessaire de ce mélange sur la zone irradiée deux fois avant la séance, le matin même au réveil et une autre fois une demi-heure avant.
  • Attention de ne pas diluer ces HE dans une huile végétale et de les appliquer pures, sous peine de déposer un filmogène en surface et de favoriser la brûlure.

 

Une belle convalescence : des HE qui réparent et revitalisent

Les HE d’épinette noire (ou rouge) et de pin sylvestre en massage des surrénales, ramèneront de l’énergie, relanceront la circulation et soutiendront l’immunité.

À faire :

  • Appliquer 3  gouttes de chaque avec un peu d’huile végétale de noyau d’abricot en massage réchauffant des surrénales deux fois par jour, pendant trois semaines.

L’HE de livèche (racine), toujours et encore en synergie avec l’HE de lédon du Groenland, par exemple, favorisera la relance hépatique et rénale.

À faire : 

  • Mettre 1 goutte de chaque, trois fois par jour, sur une boulette de mie de pain à avaler, pendant trois semaines.

 

Aude Maillard
www.aude-maillard.fr

 
 

À écouter sur Radio Médecine Douce