• Aromathérapie : Excroissances, faire peau nette

Excroissances : faire peau nette

Certains organismes ont parfois la fâcheuse habitude d’accumuler ou de fabriquer en excès certains tissus.  Verrues, kystes graisseux, polypes prolifèrent ou bien la peau devient épaisse, jusqu’à former une véritable corne. De la solution cosmétique au traitement thérapeutique, l'aromathérapie offre des solutions efficaces.

 

Ma formule pour restaurer peau et muqueuse

Propriétés : action exfoliante, kératolytique et lipolytique, antivirale et antibiotique.

  • HECT* de sauge officinale (Salvia officinales) : 0,25 ml
  • HECT de lavande aspic (Lavandula spics) : 0,5 ml
  • HECT de niaouli (Melaleuca quinquenervia) : 0,5 ml
  • HECT de romarin à verbénone (Rosmarinus officinalis CT verbénone) : 0,25 ml
  • HECT d’eucalyptus à cryptone (Eucalyptus polybractea à krypton) : 0,5 ml
  • Huile végétale de pépins de framboise  : 2 ml
  • Gel d’aloé vera : QSP 50 g ou QSP 20 g seulement pour traiter les lésions HPV et les kystes sébacés.

*HECT : huile essentielle chémotypée.

 

Indications

  • Exfoliation des peaux mixtes à grasses, cicatrices de tous types (acné, opération chirurgicale, plaie…), surinfection de boutons, acné, excroissance cutanée (verrues, condylomes de papillomavirus), kyste séborrhéique. Peut être utilisé sur les muqueuses externes (vulve, anus).

 

Contre-indications

  • Grossesse et allaitement, enfant de moins de 6 ans, sujets épileptiques.

 

Voie cutanée

  • Masser la zone à traiter avec une noisette de gel, deux fois par jour, pendant trois semaines. Pour l’effet gommage sur le visage, appliquer le soir, pendant trois semaines, puis arrêt. Précaution : éviter le contour des yeux.

 

Préparation

  • Faire préparer en pharmacie ou à réaliser en respectant l’ordre des ingrédients : d’abord l’huile végétale, puis les huiles essentielles et enfin le gel d’aloé vera.

 

Cor, corne et durillon

Les essences  qui dissolvent

Les traitements de l’hyperkératose reposent sur une synergie d’HE riche en propriétés révulsives (réchauffe la zone, favorise les échanges), kératolytiques et exfoliantes. Pour cela, on applique les HE de romarin à camphre, de pin sylvestre et de gaulthérie couchée.

  • À FAIRE : mélanger à parts égales dans un flacon de 10 ml et déposer 1 à 2 gouttes sur la zone à traiter, matin et soir, en prenant soin d’épargner les zones où la peau est fine et se laver les mains ensuite. Poursuivre jusqu’à amélioration, contre-indiqué chez la femme enceinte, allaitante, le sujet épileptique et l’enfant de moins 6 ans.

 

 

Thuyone : Respecter la dose

La thuyone présente dans l’huile essentielle de sauge officinale et de thuya est un principe actif à manier avec précautions. Son affinité pour les corps gras s’exerce sur la myéline qui protège par des gaines l’ensemble des nerfs. Dans l’organisme, leur affinité pour le sang est faible. Elles ont donc tendance à migrer vers les fibres nerveuses et à lyser la gaine de myéline. Aux doses toxiques, ces HE peuvent donc être à l’origine d’altérations neurologiques irréversibles. Toute intoxication nécessite la prise en charge médicale en urgence. Les signes cliniques sont : nausées, apathie, maux de tête, vertiges, vomissements.
 

Des actifs aromatiques exfoliants

La famille aromatique des cétones terpéniques a des propriétés pharmacologiques particulièrement adaptées au lissage, à l’exfoliation et à la lyse des tissus. Les associer permet de tendre vers une synergie particulièrement puissante, à condition de veiller à varier les molécules : verbénone (HE de romarin à verbénone), bornéone ou camphre (HE de lavande aspic), thuyone (HE de sauge officinale), cryptone (HE d’Eucalyptus polybractea à cryptone). Appliquées sur la peau ou la muqueuse à traiter, elles exercent une lyse bioaromatique des cellules épidermiques. De l’effet gommage des plus doux au peeling abrasif, ces HE sont à doser selon l’objectif à atteindre (visée esthétique ou thérapeutique), mais aussi la zone à traiter (peau ou muqueuse).

Les supports de dilution peuvent être des huiles végétales aux propriétés réparatrices et anti-inflammatoires par exemple comme l’huile végétale de pépins de framboise ou de calendula, ou un gel d’aloé vera. Mais attention, la puissance de ces huiles impose une utilisation cadrée et on ne les conseillera pas aux sujets présentant un système nerveux immature ou fragile.

 

  • Site : www.aude-maillard.fr

 

Lire également :