Comment cultiver le thym ?

Antiseptique respiratoire, intestinal et urinaire, antispasmodique, hygiène de la bouche… la polyvalence du thym incite a l'avoir au jardin. Voici des conseils pour bien le cultiver et l'utiliser 


Utile, décoratif et très mellifère, le thym est indispensable au jardin ou sur un balcon car il pousse fort bien en toutes situations. Il existe de très nombreuses variétés de thyms, qui sont toutes très résistantes aussi bien à la sécheresse qu’au froid.

Où cultiver le thym ?

En plein soleil, dans un sol pauvre, sec et calcaire. Une terre de jardin même médiocre fera l’affaire de cette sobre plante. Plantez-le en bordure du potager ou des massifs floraux, en pots ou en jardinières.
 

Quand ?

Semez au printemps. Toutefois, une excellente façon de multiplier le thym est le bouturage de jeunes pousses ou le marcottage qui se fait souvent naturellement (une branche touche terre et s’enracine), de même que le semis. Sauf en période de gel, le thym en godets se plantent quasiment toute l’année.
 

Comment cultiver le thym ?

Végétal frugal, vous n’aurez pas besoin de l’arroser ni de le nourrir à l’engrais : trop d’eau et des engrais chimiques font perdre ses vertus au thym (comme à la plupart des plantes médicinales…). Les plantes qui végètent en plein soleil dans une terre pauvre sont bien plus riches en principes actifs que les grosses touffes verdoyantes… Taillez vos thyms, surtout s’ils sont en bordure : cela évite une montée en branches qui dégarnit la base. La taille a lieu après la floraison et favorise des touffes bien trapues. Vivace et rustique, le thym peut vivre pendant des années.

 

Préparez une terre poreuse

Attention, aux terres gorgées d’eau, la pourriture des racines abrégera la vie de votre thym. Si c’est le cas dans votre jardin, mélangez du sable et du gravier dans le coin du thym afin que l’eau ne stagne pas autour de ses racines. En pot, surtout pas de terreau enrichi d’engrais, une terre basique mélangée avec un peu de sable et une couche de graviers au fond du pot conviendront mieux.
 

Thym : des propriétés thérapeutiques en cascade.

Antiseptique respiratoire, intestinal et urinaire, antispasmodique…le thym est paré de très nombreuses propriétés de santé. Voici quelques usages simples que vous pouvez faire de cette belle méditerranéenne  

  • Sous la forme d’infusion ou de décoction, le thym est un classique incontournable pour soigner les maux d’hiver grâce à ses propriétés antiseptiques et bactéricides. À prendre dès les premiers symptômes. C’est un bon stimulant général. Vous pouvez également l’utiliser en inhalation avec une serviette sur la tête.
     
  • Des tisanes régulières soulageront également les désordres digestifs et gastro-intestinaux. Il est diurétique.
     
  • Il est également parfait pour les soins et l’hygiène bucco-dentaire ainsi qu’en lotion pour nettoyer les petites plaies et blessures du quotidien.
     

À noter : le thym, qui contient de la vitamine K, sera utilisé avec précautions et parcimonie par les personnes qui suivent des traitements anticoagulants.

 

A lire aussi :

Le thym, pas seulement dans le bouquet garni !

Le thym, un antiseptique puissant

Plantes et Santé vous aide à découvrir le trésor caché dans votre jardin, qui rend la vie belle et joyeuse.