• Basilic sacré ou tulsi

Cultivez le basilic sacré au jardin

Cette plante tant admirée en médecine ayurvédique débarque enfin chez nous. Jusqu’à maintenant, le basilic sacré ou tulsi nous taquinait à distance, plante exotique que nous ne parvenions à rencontrer que dans les anciens récits hindous. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. On peut désormais en trouver des graines de bonne qualité. Et si vous n’avez pas la main verte, ne renoncez pas. Il est aussi facile à cultiver que le basilic culinaire, que ce soit sur le balcon ou au jardin ! 


Que le tulsi me pardonne de présenter en si peu de lignes toutes ses propriétés ! Parlons tout d’abord de ses qualités contre le stress chronique amenant un état que je qualifie de « brouillard mental ». Sous l’assaut constant de l’adrénaline et du cortisol, bringuebalé par les yoyos glycémiques qui s’ensuivent, le cerveau ne fonctionne plus clairement. Il « multitâche » d’une manière brouillonne et imprévisible. Le basilic sacré, pris en infusion de plante fraîche tous les jours pendant plusieurs semaines, a une action adaptogène. Il calme l’axe hypophyse-hypothalamus-surrénales et régule le taux de cortisol 

Par ailleurs, le basilic sacré est une excellente plante de fond contre la rhinite allergique. Vous commencerez à boire l’infusion 2 à 3 semaines avant l’arrivée des premiers pollens. 

Comme le basilic culinaire, c’est une plante remarquable pour la régulation de la glycémie sanguine. Les études confirment cette propriété, que l’on soit à jeun ou que l’on vienne de manger. Il redonne à nos cellules une meilleure sensibilité à l’insuline. Je ne saurais trop vous conseiller une petite infusion concentrée juste après les repas. D’ailleurs, le tulsi réduit aussi les fer- mentations et calme les crampes intestinales. L’infusion est bien acceptée par les enfants. 

Annuel ou vivace ? 

Je ne vais pas m’attarder sur le semis, car il faut procéder de la même façon que le basilic culinaire, c’est-à-dire au printemps, lorsque les risques de gelée sont écartés. Couvrez à peine les graines de terre. Tassez bien et gardez humide jusqu’à la germination. Pour la suite tout dépend si vous avez semé des graines de basilic sacré annuel (Ocimum sanctum) ou des graines de basilic vivace (O. gratissimum). 

Un peu d’espace pour planter 

L’annuel germe très facilement et produit une grande quantité de feuilles et de fleurs. Il est trapu, de forme compacte et demande un certain espace pour bien se développer. Ne laissez qu’un plant par pot. Pour la pleine terre, espacez vos plants de 30 cm. Il produit une grande quantité de fleurs et se ressème avec abondance. 

Disponible toute l’année 

Le vivace germe moins facilement. Il produit moins de feuilles et elles sont moins tendres. Il prend de la hauteur, mais reste plus étroit et longiligne. Gardez trois plants par pot, ou cultivez serré en pleine terre. Il est un peu moins aromatique, un peu plus amer. En revanche, il a un avantage non négligeable : il reste disponible douze mois sur douze.

Entretien du basilic sacré

Les deux espèces ne sont guère exigeantes en eau. En revanche, gardez-les en plein soleil, dans une terre normale qui draine bien. Attention de ne pas trop les laisser à l’humidité. Attention aussi aux chenilles et aux pucerons. Si vous voulez retrouver votre basilic vivace l’année suivante, n’oubliez pas de le rentrer durant les mois les plus froids de l’hiver. Et gardez-le devant une fenêtre bien ensoleillée.

Vous pouvez trouver des graines de Tulsi notamment ici

 

À lire aussi :

Le tulsi, un avatar botanique

Le tulsi, un sacré bouclier