• Plantes médicinales : Le plantain, un compagnon de route

Le plantain : un compagnon de route

On marche dessus, on le piétine souvent sans le voir sur les pelouses et les chemins. Pourtant, on devrait prêter plus d’attention au plantain, cette robuste plante aux vertus adoucissantes mais aussi tonifiantes.

Astringent, cicatrisant, tonique général…

  • Tous les plantains ont quasiment les mêmes vertus : ils sont particulièrement appréciés lors d’affections des voies respiratoires, leurs propriétés adoucissantes calment les grosses toux et les gorges irritées. Les plantains ont ceci de particulier qu’ils sont à la fois adoucissants et émollients tout en étant astringents (et donc utile pour faciliter la cicatrisation et calmer les inflammations douloureuses).
  • L’action hémostatique des feuilles, permettant d’arrêter le sang, est particulièrement bienvenue lors de petites blessures telles les écorchures de ronces ou les petites coupures au jardin.
  • À savoir : on peut utiliser la plante entière ou, selon les besoins, simplement ses feuilles ou ses graines.

 

Le tour de main de l’herboriste

 

Infusion adoucissante

  • 1 c. à soupe de feuilles
  • 200 ml d’eau
  1. Faire infuser le plantain 10 min. dans l’eau bouillante.
  2. Boire 3 à 4 tasses par jour lors de coup de froid, toux, bronchite, fatigue générale. Cette même infusion, utilisée froide, peut servir de lotion adoucissante lors d’eczéma, de dartres et pour les peaux sensibles et irritées.

 

Macération laxative

  • 1 généreuse c. à soupe de graines
  • 1/2 verre d’eau

Laissez macérer les graines pendant trois heures dans l’eau à température ambiante. Le soir, au coucher, avaler le tout, puis boire un autre verre d’eau.

Contre les piqûres

  • Feuilles fraîches
  1. Froissez les feuilles pour en exprimer le suc.
  2. Massez doucement les parties touchées par les orties ou piquées par les insectes : le soulagement est généralement immédiat.

À noter : on peut utiliser indifféremment le grand plantain, le plantain intermédiaire (Plantago media) ou le petit plantain ou plantain lancéolé (Plantago lanceolata).


Conseils de culture

En plus des invités sauvages, que vous laisserez gentiment prospérer, plantez en septembre le plantain corne de cerf, aux feuilles finement découpées.

Où ?

Au soleil, dans une terre ordinaire
mais légère. Le plantain apprécie les terres sableuses.

Quand ?

Semez en mars et avril, ou au mois de septembre
, directement en pleine terre et en place définitive. Ensuite, la récolte aura lieu toute l’année, au fur et à mesure de vos besoins. Le plantain n’est pas exigeant sur la qualité de la terre et les fertilisations ne lui sont pas nécessaires.

Comment ?

Éclaircir une ou deux fois les semis afin de ne laisser qu’un plant tous les 10 à 15 cm
. Vous pouvez repiquer les petits plants ou les diriger dans la cuisine pour la salade du dîner. Arrosez en période de sécheresse afin d’avoir toujours des feuilles tendres : même si le plantain pousse sans problème en terre sèche, il est alors fort difficile à mâcher tant ses feuilles peuvent devenir filandreuses. Lors de la montée en graines, récoltez pour consommation ou pour vos prochains semis. Coupez ensuite les touffes à 2 ou 3 cm de la terre, puis arrosez jusqu’à l’apparition de nouvelles et tendres feuilles.

Bienvenue aux plants spontanés

Quelques plantains arrivent parfois spontanément dans la pelouse ou un coin du jardin ; connaissant maintenant ses vertus, vous ne tenterez plus de l’extirper en le traitant de mauvaise herbe… Mais surveillez la pousse de feuilles tendres à ajouter à votre salade ainsi que la montée en graines que vous récolterez ! Quel que soit le plantain, des touffes ça et là dans les rangs du potager ne sont nullement gênantes : mellifère, le plantain attire des insectes utiles.

 

Plantes et Santé vous aide à découvrir le trésor caché dans votre jardin, qui rend la vie belle et joyeuse.