Les camomilles : une grande famille

Les camomilles nous accompagnent tout au long de notre vie. Ces fleurs aident à garder la blondeur des cheveux de l’enfance, à soulager les migraines d’une vie trépidante, à apaiser nos soirées quand le grand âge arrive ! La grande famille des camomilles s’invite facilement au jardin. Les fleurs sont ravissantes et mellifères, ce qui en fait de bonnes compagnes pour les arbres fruitiers.

 

Conseils de culture

  • Où ?

Ces plantes faciles à vivre marquent une nette préférence pour les situations ensoleillées mais tolèrent la mi-ombre. Un sol léger est nécessaire au bon développement des camomilles, qui acceptent un terrain calcaire. La camomille romaine peut apprécier une terre fraîche. Mais romaine ou allemande se contentent fort bien de la sécheresse. D’ailleurs, trop d’eau fait pousser surtout les feuilles au détriment des fleurs, et l’engrais n’est pas nécessaire. La partenelle (grande camomille) s’invite un peu partout au jardin mais les semis en surnombre sont faciles à arracher : ceci est d’ailleurs valable pour la plupart des camomilles qui se ressèment allègrement spontanément… Sachez qu’elles poussent aussi très bien en pot.
 

  • Quand ?

Les semis ont lieu à partir de mars, sous abri, en place ou en caissette. Les camomilles se multiplient également par boutures au printemps, par éclats et par marcottage.
 

  • Comment ?

Mis à part la camomille allemande qui est annuelle et doit être ressemée chaque année, les camomilles sont des vivaces rustiques. Si vous utilisez l’Anthemis nobilis en guise de « pelouse » (une tradition anglaise) les tailles la feront s’étoffer. Retirez les fleurs fanées pour limiter les semis spontanés. Les camomilles ne craignent pas les parasites.

Le tour de main de l’herboriste

  • Antalgique, emménagogue, fébrifuge, sédative…

Les apaisantes camomilles ont en commun de faciliter la digestion, de soulager les maux de tête, les insomnies et les états fébriles. Cependant, certaines sont plus actives dans un domaine précis : la grande camomille (Tanacetum parthenium) est considérée comme la plus efficace pour soulager les migraines. La matricaire (Matricaria chamomilla ou Matricaria recutita), souvent appelée camomille allemande ou camomille vraie, est considérée comme la meilleure pour soulager douleurs et inflammations. Et la camomille romaine (Anthémis nobilis) est la plus utilisée pour la tisane et se montre efficace pour un usage désinfectant lors de bains de bouche ou soins de la peau.

  • Infusion : 5 à 10 fleurs pour une tasse d’eau. Si cette infusion amère est destinée à être bue, édulcorez avec un peu de miel ; si elle est destinée à des bains de bouche, laissez refroidir avant utilisation.

  • Oreiller contre la migraine

- Une poche en coton (40 x 40 cm environ),
- 2 poignées de fleurs de partenelle (Tanacetum parthenium),
- 1 poignée de lavande,
- 1 poignée de feuilles de camomille romaine

Remplir la poche avec les plantes bien sèches. Recouvrir d’une autre poche choisie dans un bel imprimé. Offrir ce petit cadeau doucement parfumé à votre amie migraineuse !

 

  • Huile contre les rhumatismes

- Camomille romaine ou matricaire,
- un pot en verre,
- huile d’olive 

Remplir votre pot de fleurs de camomille sèche, sans tasser. Versez l’huile, qui doit entièrement couvrir les fleurs. Laissez au soleil une quinzaine de jours. Filtrez. Utilisez en massage en cas de douleurs articulaires et/ou rhumatismales. Si vous venez de récolter votre camomille, laissez les fleurs sur un torchon pendant 48 heures afin qu’en fanant un peu, elles évacuent l’essentiel de leur humidité, néfaste à la bonne conservation de l’huile.

 

 

Plantes et Santé vous aide à découvrir le trésor caché dans votre jardin, qui rend la vie belle et joyeuse.