• Bien digérer les fêtes de fin d'année

Bien digérer les fêtes de fin d'année

Les fêtes de fin d'année approchent avec leur lot de désagréments dus aux excès. Le foie et la digestion, mis à rude épreuve, devraient être soutenus grâce au psyllium, au chardon-marie ou encore au charbon végétal mais pas que. Voici 14 astuces pour un réveillon serein. 


À peine la dinde de Noël et la bûche digérées, voilà déjà le réveillon de la Saint-Sylvestre qui déboule. Que ce soit à l’extérieur ou en famille, vous allez probablement vous retrouver encore une fois devant une table démesurément bien garnie, avec victuailles et boissons jusqu’à plus faim ni soif ! Vous avez bien assez dégusté à Noël et vous voudriez ne pas remettre ça le 31 ?  Nous vous proposons 14 astuces que vous pouvez voir aussi bien comme un programme entier qu’une liste dans laquelle piocher selon vos besoins du moment.

 Les repas de fêtes ne sont pas l’occasion idéale pour se dire qu’on va faire attention, se limiter à une portion de ci, se priver de ça… Quand bien même on se conditionne avec ce genre de motivations, elles ne passent généralement pas le cap des dix premières minutes avec vos convives, n’est-ce pas ? Essayons donc autre chose, sans pour autant se faire « péter le foie » !

  • Astuce 1 : l’extrait de chardon-marie. Sous forme d’extrait standardisé sec ou de teinture, le chardon-marie dynamise l’ensemble des organes digestifs et même les reins. C’est aussi un puissant protecteur du foie dont il stimule l’activité et la régénération et qu’il protège contre les plus dangereuses toxines. Ceci en fait donc le compagnon tout désigné pour vous accompagner en cette fin d’année, sous la forme d’une cure d’une quinzaine de jours, à commencer dès aujourd’hui.
  • Astuce 2 : prendre un peu de psyllium ‒ 1 cuillère à café bombée dans un grand verre d’eau tiède ‒ juste avant le début des ripailles. Le gel qu’il forme une fois ingurgité protégera les muqueuses fragiles de l’estomac et du tube digestif. Le psyllium sert également de ballast ; il facilitera donc l’ensemble du processus digestif et sa capacité d’absorption limitera l’impact de l’alcool. Vous pourrez même en reprendre un deuxième à la fin du repas si vous vous sentez lourd malgré tout. Pensez également à boire davantage que d’habitude entre les repas, ce qui permettra à votre métabolisme d’être plus efficient. Priorité à l’eau plate, en alternance avec une ou deux tasses de thé vert ou d’une tisane digestive.

 Comment dire non à une coupe de champagne ou un verre de vin à table ? Impensable, a fortiori au moment de fêter la nouvelle année ! On se laisse aller à la convivialité du moment, sans trop se demander quand il faudrait s’arrêter. Ce n’est que quelques heures après que la réalité nous rattrape. Y a-t-il un remède miracle ? Non, ça se saurait…Mais il existe l’une ou l’autre parade pour éviter de se faire désarçonner par une soirée festive trop arrosée.

  • Astuce 3 :la première consiste à n’être pas à jeun au moment du premier verre. Car l’alcool commence à passer dans le sang dès qu’il arrive dans l’estomac, et d’autant plus rapidement que celui-ci est vide. Sans compter qu'il agresse les muqueuses gastriques, ce qui entraîne souvent des aigreurs. Mangez donc un petit quelque chose au préalable, comme une bonne poignée de cacahuètes ou deux toasts beurrés garnis d’un petit morceau de fromage ou d’une fine tranche de saumon fumé. À l'apéritif, préférez le vin ou le champagne aux alcools forts. Quant au repas,  évitez les mélanges et buvez aussi un peu d’eau, plate de préférence car le gaz carbonique contenu dans les eaux gazeuses favorise l’absorption de l'alcool dans le sang.
  • Astuce 4 : protection supplémentaire, surtout quand on est sujet aux maux d'estomac, prenez une cuillerée d'huile d'olive avant d’avaler quoi que ce soit. En tapissant les parois de l'estomac, elle protège ses muqueuses des agressions de l'alcool et retarde son passage dans le sang.

Les tables de la Saint-Sylvestre ne sont pas spécialement diététiques : on mange trop, on mange riche, on arrose bien, et ça dure des heures. Tout est donc réuni pour sortir de table avec cette écrasante sensation d’avoir une dalle de béton juste là, sous le plexus solaire. Fatalité ? Peut-être pas, pour peu qu’on se tienne à deux règles simples…

  • Astuce 5 : quoi qu’on vous serve et quelle qu’en soit la durée, mangez lentement et mâchez longtemps. Manger lentement, c’est prendre à chaque bouchée une quantité modérée, de telle sorte qu’il soit facile de mâcher plus longtemps que ce que vous avez l’habitude de faire. Faut-il rappeler que l’écrasement mécanique par les dents et l’action préliminaire de la salive sont en soi une étape à part entière du processus digestif ? Plus vous lui aurez accordé de temps, mieux ça se passera pour les étapes suivantes, à commencer par l’estomac.
  • Astuce 6 : pour la boisson, c’est un peu la même chose. Buvez à petites gorgées, gardez un peu en bouche, surtout si vous avez la chance d’avoir dans vos verres quelque grand cru. Peut-être même pourriez-vous vous mettre en quête de vins de culture biologique, et mieux encore, sans sulfites. Bio, ils sont quand même beaucoup moins chargés en résidus de pesticides, et sans sulfites (ou à faible teneur, moins de 100 mg/l), c’est un gage  ‒ pas une garantie tout de même ‒ qu’ils seront bien moins enclins à provoquer des maux de tête ultérieurement, voire des allergies puisque c’est là leur manifestation critique.
  • Astuce 7 : le truc spécial pour les plats hivernaux à base de fromage comme les fondues savoyardes, les raclettes et autres tartiflettes consiste à ajouter une rasade de cognac, l’équivalent d’une bonne cuillère à soupe pour 4 personnes. Alternative ou complément au cognac selon les affinités des convives, une pincée d’ail des ours par personne  (on en trouve maintenant toute l’année sous forme déshydratée en magasin bio) renforce également la digestibilité de ces menus, tout en en relevant le goût…

Et des ballonnements ! Et peut-être aussi des douleurs dans la nuque ou carrément des maux de tête… Que faire ? Aller se coucher au risque de provoquer des nausées, ou rester assis dans le fauteuil et regarder la télé pendant des heures en espérant qu’à l’aube, ça aura passé ?

  • Astuce 8 : si vous commenciez par prendre une douche bien chaude, histoire de vous relaxer, tout simplement ? Ensuite, prolongez et amplifiez cette sensation à l’aide de la bonne vieille bouillotte chaude (mais pas brûlante) posée sur l’estomac. La chaleur décongestionne très rapidement l’ensemble du système digestif. Vous sentez votre ventre tendu se relâcher peu à peu, et la digestion peut reprendre son cours. Il suffit souvent d’une demi-heure à une heure de ce traitement pour voir les ballonnements s’évanouir et retrouver suffisamment de confort pour envisager de pouvoir dormir quelques heures.
  • Astuce 9 : et pendant que vous vous ramollissez délicieusement en compagnie de votre bouillotte, profitez de ce moment de quiétude absolue pour siroter une infusion de cumin, de menthe poivrée ou de boldo, qui doublera par voie interne l’effet de la chaleur externe. Pour mémoire, le boldo stimule le foie et calme les spasmes, la menthe poivrée dénoue l’estomac et atténue les nausées, tandis que le cumin soulage les ballonnements et relance la digestion.

  • Astuce 10 : pour que le jour d’après ne tourne pas au cauchemar comme le film éponyme, il est préférable de se lever dès le premier réveil. Traîner au lit, c’est prendre le risque de finalement émerger plus tard dans un brouillard épais… Avant toute autre chose, préparez-vous un verre d’eau chaude et laissez-lui le temps (10 à 15 minutes) de produire son petit effet avant d’envisager le petit-déjeuner.
  • Astuce 11 : une fois le petit-déjeuner terminé, chaussez une paire de chaussures de marche, enveloppez-vous de vêtements chauds et allez faire un tour en mode marche rapide. Une promenade d’une heure procure à vos entrailles un automassage bienfaisant qui achèvera de faire passer les excès de la veille et activera la circulation lymphatique, au rôle si essentiel dans le drainage des déchets métaboliques. Vous devriez vous sentir bien plus léger et tonique à votre retour.
  • Astuce 12 : pour les cas de migraines et céphalées persistantes, faites une tentative avec la méthode Gardelle avant de recourir au sempiternels ‒ et peu sympathiques ‒ paracétamol et autre ibuprofène. Celle-ci consiste à placer simultanément une bouillotte chaude  (vous ne l’aurez pas ressortie pour rien) au niveau du foie et une poche de glace enveloppée dans un linge au niveau de la tête. Quelques dizaines de minutes devraient suffire à vous remettre d’aplomb.

  • Astuce 13 : si dans les jours suivants, et malgré le retour à des habitudes plus saines, vous continuez d’être indisposé suite aux excès de table, il vous reste encore un recours : le charbon végétal. Cette véritable pompe à toxines ramasse tout ce qui traîne dans vos boyaux et laisse la place propre et nette. L’intestin ainsi soulagé, c’est tout le système de dépuration qui s’en trouvera amélioré. Avec deux cuillères à soupe rase dans de l’eau tiède une à deux fois par jour pendant 4 à 7 jours, oubliées les lourdeurs !
  • Astuce 14 : une fois cette cure terminée, laissez-vous quelques jours avant d’entamer une autre cure, celle des probiotiques. Ils ne seront pas de trop pour venir au secours de votre flore intestinale, peut-être débordée pas un surcroît de travail aussi intense pendant ces quelques jours. En plus de remettre vos intestins « sur les rails », elle vous apportera une meilleure protection immunitaire, ce qui peut se révéler très utile quand arriveront les premières épidémies de grippe…

Bien sûr, il existe bien d’autres astuces, et sans doute avez-vous les vôtres, éprouvées par votre propre expérience. Pourquoi ne pas les partager à la suite de cet article, d’ailleurs ? En tout cas, je vous souhaite à toutes et à tous un excellent réveillon, et je joins mes vœux aux vôtres ainsi qu’à ceux de toute l’équipe de Plante & Santé pour que nous connaissions tous une année 2016 des plus favorables.