• jus de raisin

Le raisin, antioxydant à tous grains

Qu’il soit de cuve (à partir duquel on élabore le vin) ou de table (celui que l’on picore à tout moment de la journée), le raisin est connu depuis la nuit des temps. C’est sans doute l’une des premières cultures de l’homme.

Bien qu’il soit présent sur les étals presque toute l’année (en provenance des pays chauds et avec certaines variétés précoces comme le prima, l’ora ou le cardinal), c’est le fruit du début de l’automne par excellence. Et en respectant les cycles de la nature nous profitons au maximum de ses bienfaits.

 

  • Osez la cure de raisin

La cure uvale basée sur la consommation exclusive de raisin et de jus (environ 1 à 2 kg de fruits par jour) permet de détoxiquer l’organisme selon le principe de la monodiète dépurative. Cette cure est la bienvenue en automne afin de s’alléger des toxines que l’organisme va se remettre à stocker pendant l’hiver. Le raisin est intéressant en monodiète car son taux élevé en glucides nous fournit suffisamment d’énergie et évitera les sensations d’affaiblissement. Il est conseillé de boire beaucoup afin d’aider à l’évacuation et de ne pas dépasser trois jours de cure.

 

  • Le raisin noir a-t-il plus de qualités que le raisin blanc ?

Le raisin noir contient légèrement plus d’antioxydants que le raisin blanc. Si l’on se réfère à l’unité de mesure ORAC, le premier est à 1 260 quand le second se limite à 1 118. 

Plus le raisin est foncé et plus il serait riche en vitamines, minéraux et surtout en pigments protecteurs. De façon assez logique, on retrouve le même avantage pour le vin rouge. Ce dernier renferme aussi plus de substances bénéfiques. On a pu ainsi calculer que les polyphénols peuvent totaliser jusqu’à 4 g par litre, soit environ cinq fois plus que le vin blanc. Mais on ne sait pas encore tout dans ce domaine. Le cépage et les pratiques œnologiques semblent avoir également une influence. Des études ont ainsi montré que ce sont les vins de Bourgogne qui contiennent le plus de resvératrol. Vraisemblablement grâce au cépage pinot noir. Les vins de Cahors sont riches en anthocyanes et en tanins. Mais la concentration diminue avec l’âge de la bouteille : les grands crus sont donc moins protecteurs que les vins récents de bonne qualité.
 

  • Le jus de raisin est-il aussi protecteur que le vin ?

D’après les chercheurs qui se sont penchés sur la question, il faudrait consommer trois fois plus de jus de raisin que de vin pour obtenir les mêmes effets cardioprotecteurs. Le vin contient plus d’antioxydants. C’est la fermentation du moût (mélange de peau, de pulpe et de pépins broyés ensemble) qui permet d’extraire de grandes quantités de flavonoïdes. 

Alors que le jus issu d’un simple pressage en contient moins.

Reste qu’il n’est jamais bon de consommer le vin en trop grande quantité. Tandis qu’à l’exception des diabétiques, l’abus de jus de raisin porte moins à conséquence. Ses qualités énergisantes en font une boisson parfaite pour les convalescents.

 

  • Les vertus du vinaigre de vin

Le vinaigre est sans doute le premier antibactérien de l’histoire. On l’utilisait pour la conservation des aliments bien avant que Pasteur n’explique son processus de fabrication. Le vinaigre provient en fait d’une double fermentation : la fermentation alcoolique (les sucres se transforment en alcool) et la fermentation acétique (au contact de l’oxygène, l’alcool se transforme en acide acétique). Sa filiation avec le raisin confère au vinaigre des propriétés nutritives intéressantes mais sans doute moindre que celle du vinaigre de cidre.

Il est en tout cas fort utile en usage externe pour soulager de nombreux petits maux.

  1. En cas de mycoses, trempez vos pieds dans une solution d’un tiers de vinaigre pour deux tiers d’eau tiède.
  2. L’acide acétique agit sur la circulation sanguine en permettant une meilleure vascularisation. Contre les jambes lourdes et les varices, vous enroulerez vos jambes dans des bandes trempées dans du vinaigre.
  3. En cas de migraine, vous appliquerez un linge imbibé sur le front ou à l’endroit de la douleur. 

 

À lire : 

  • « Vinaigre, bienfaits et vertus », de Martina Krcmar aux Éd. Grancher - 15 euros chez votre libraire ou chez amazon.fr 
 

À écouter :