• Plantes médicinales : Les fruits rouges fouettent le sang

Les fruits rouges fouettent le sang

Leur couleur fait du bien au moral à l’image de leurs vertus nutritionnelles qui allient tonicité et légèreté. Grâce à des antioxydants spécifiques, à une bonne présence de vitamine C, les fruits rouges diffusent leur énergie jusqu’aux plus petits vaisseaux de notre corps.


Comment les utiliser pour se soigner ?

Certains naturopathes conseillent d’en faire de petites cures pour évacuer les toxines. Mais on utilisera surtout les feuilles des fruits rouges pour en faire des tisanes diurétiques et désengorger le foie et les reins.

La fraise : en cas de crise de goutte. Il suffit d’écraser 80 g de fraises, d’y ajouter un peu de sucre cristallisé, de bien mélanger à 100 ml d’eau chaude. Boire le tout une fois par jour. L’infusion de feuilles de fraisier sauvage est un excellent diurétique.

 

Le cassis : si la baie de cassis est depuis fort longtemps connue pour ses propriétés anti-infectieuses en raison de sa forte teneur en vitamine C, ses feuilles consommées en infusion permettent de lutter contre les maladies inflammatoires (rhumatismes) en raison des flavonoïdes qu’elles contiennent. Faire infuser un creux de main pour une tasse d’eau bouillante pendant un quart d’heure.

La myrtille : une infusion avec les feuilles est recommandée en cas de diabète.

La cerise : on utilise traditionnellement les queues des cerises pour des boissons diurétiques (10 g pour un litre d’eau à laisser infuser 15 minutes). Mais certains naturopathes conseillent également de faire de courtes mono-diètes (2 à 3 jours) aux vertus dépuratives et reminéralisantes. La cerise a une action drainante, elle libère les toxines, les reins, le foie et les articulations. Et tonifie l’ensemble. Mais attention, elle est très riche en sucre.

 

La mûre : il faut ramasser la pousse de ronce au printemps et les feuilles en été. Vous les utiliserez ensuite pendant l’hiver en infusion pour soigner les maux de gorge et même les angines.

L’arbouse : on l’appelle aussi la fraise chinoise. Elle arrive à maturité à la fin de l’été. Des décoctions du fruit séché réduit en poudre se révèlent efficaces lors d’engorgement du foie entraînant des problèmes rénaux et de la rétention d’eau (œdèmes).

La framboise : traditionnellement, la tisane de framboisier faisait partie de la pharmacopée des femmes. Une utilisation à double sens : stimulation du muscle utérin pour faciliter l’avancement du travail lors d’un accouchement, ou, au contraire, utilisation abortive en début de grossesse. Car ses feuilles provoquent des contractions.

 

La baie de goji : le fruit de la longévité

Cette petite baie, que l’on appelle aussi lycium (Lycium eleaganus), pousse sur les plateaux du Tibet et de Mongolie. Elle arrive désormais chez nous sous forme de baies séchées ou de concentré pour les jus. Ce petit fruit rouge qui ressemble à une cerise allongée est présenté comme l’aliment le plus efficace pour lutter contre le vieillissement. Ce qui est sûr, c’est que du point de vue nutritionnel, la baie de goji contient de nombreux nutriments et oligo-éléments : germanium, sélénium, zinc, fer, cuivre, phosphore. Elle est également riche en vitamines A, B1, B2, B6, C et E, ainsi qu’en flavonoïdes et en l’acide linoléique. Enfin, elle détiendrait une concentration rare en acides aminés. Pas moins de 18. Plusieurs études scientifiques, réalisées notamment en Chine, montrent ses capacités à protéger l’organisme. Elle serait ainsi bonne pour le foie, pour améliorer la vision. Elle est donc particulièrement recommandée pour les enfants ou les personnes convalescentes. Au moment de l’achat, préférez les baies de goji provenant du Tibet, où le biotope leur est beaucoup plus favorable, à celles cultivées en Chine et que l’on trouve parfois sous le nom de wolfberries.

 


La cranberry, star américaine

Cette baie, qu’utilisaient les Indiens pour ses vertus nutritionnelles et thérapeutiques, est cultivée sur de grandes surfaces aux États-Unis et au Canada. Elle fait aussi l’objet de nombreuses études médicales. C’est ainsi qu’a été mise en évidence la présence d’antioxydants spécifiques : les proanthocyanidines de type A qui limitent l’adhésion des bactéries pathogènes sur les tissus et empêchent une infection de se développer. Cette propriété permet d’éviter la récidive des cystites à colibacilles. Pour obtenir cet effet antiadhésif, le jus s’avère le plus efficace à raison d’un verre le matin et le soir. Selon le même principe, la cranberry permettrait d’éliminer la bactérie Helicobacter pylori responsable de 80 % des ulcères de l’estomac. La cranberry (Vaccinium macrocarpon) est appelée canneberge par les Canadiens, mais il s’agit d’une variété différente de la canneberge européenne.

 

Les fruits rouges sont-ils bons pour la vue ?

Les anthocyanes, ces pigments flavonoïdes, présents dans les différents fruits rouges, ont un rôle particulier en rapport avec la vision. Ils aident notre organisme à synthétiser une protéine indispensable à la vision nocturne et sont également capables de protéger les tissus de l’œil de l’exposition à la lumière. En améliorant la circulation, ils favorisent celle des microcapillaires de l’œil. Des études, menées notamment avec la myrtille, ont montré un ralentissement de la maladie pour des personnes atteintes de cataracte. En Inde, des recherches ont mis en évidence les bienfaits de la groseille à maquereau pour différents problèmes oculaires.