• réglisse

Helicobacter pylori : place à la réglisse !

Friandise appréciée des enfants, la réglisse est aussi un remède naturel aux multiples vertus. Cette racine efficace contre les inflammations de la gorge et l’hypotension exerce aussi une action réparatrice sur les cellules de l’estomac. Face aux complications liées à l’Helicobacter pylori, elle constitue une alternative intéressante aux antibiotiques.


Je me souviens du plaisir que j’avais, étant petit, à aller m’acheter des bonbons. À l’époque, on ne listait pas les gélifiants et autres ingrédients mauvais pour la santé qu’ils contenaient. Et ils nous paraissaient chers. Avec 10 francs, nous avions un sachet plein, et qui nous semblait énorme…

C’étaient bien entendu des saveurs très enfantines, très sucrées. Du genre de celles que l’on s’interdit passé un certain âge, de peur de voir notre bedaine croître à vue d’œil… Et parmi ces bonbons, il y avait les réglisses, les délicieux réglisses au goût sucré et amer en même temps.

Bien sûr, on pouvait se sentir écœuré de manger trop de bonbons acidulés. Et seuls les réglisses permettaient de tenir jusqu’à la fin du sachet.

Le passé, convocable à volonté, doit rester où il est, surtout quand il s’agit de friandises si nocives. Et pourtant, j’ai récemment appris que la racine de réglisse était non seulement excellente pour le système digestif et l’inflammation, mais qu’elle constituait un remède anticancer d’avenir.

Surtout, j’ai appris qu’elle avait toujours joué le rôle que je lui avais prêté. En effet, des chercheurs en phytothérapie ont remarqué qu’elle était présente dans plus de la moitié des remèdes de la médecine chinoise ! Et ce, afin de les adoucir et de les rendre plus doux au palais…  

La plus douce des racines

Le français « réglisse » vient du grec glycyrrhizion, qui signifie racine sucrée, par l’intermédiaire du latin liquiritia. Il s’agit donc d’un remède connu dans nos contrées depuis l’Antiquité classique, notamment pour le pouvoir sucrant de la glycyrrhizine – substance caractéristique de la réglisse –, 50 fois supérieur à celui du glucose.

De son côté, sainte Hildegarde de Bingen, au Moyen Âge, employait cette racine comme calmant de la toux. Le Codex, qui liste les plantes médicinales employées par la pharmacopée française, recense ses propriétés pectorales, adoucissantes et expectorantes.

Toutefois, en comparaison de la Chine, l’Europe n’en a jamais fait qu’un usage modéré, voire franchement timide.

En effet, dans la médecine traditionnelle chinoise, la réglisse tient lieu de « remède-guide », présent dans près de 60 % des prescriptions conservées. Elle améliorerait l’efficacité des autres ingrédients, le goût des préparations et réduirait leur toxicité !

En plus, elle redonne du tonus, efface la fatigue, passagère ou chronique, ainsi que l’asthme. D’ailleurs, ses indications anciennes contre la toux et la bronchite sont toujours d’actualité…

Comme nous, les Chinois ont commencé à écrire sur elle dès l’Antiquité. La plante est même mentionnée dans leur premier compendium de recettes médicales, le Classique de la matière médicale du Laboureur Céleste, rédigé vraisemblablement aux alentours du IIIe siècle avant J.-C.

En Occident, on la consommait sous la forme d’une boisson nommée « coco », qui a désaltéré jadis non seulement les fiévreux, mais quantité d’assoiffés. Avec l’orge et le chiendent, elle servait aussi à préparer la tisane ordinaire des hôpitaux, dite « bonne-à-tout ». 

Efficace sur l’inflammation, prometteuse contre le cancer

Une récente étude phytothérapeutique a promu la réglisse comme agent préventif du cancer de première importance.

La réglisse freine les phénomènes de cyclo-oxygénase et de lipoxygénase, deux voies majeures de l’inflammation. Or, on le sait aujourd’hui, l’inflammation fait le lit de la dégénérescence cellulaire, donc des cancers.

Sans doute, ses propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes expliquent son classement comme antimutagène, protégeant le corps contre les produits chimiques et toxiques. Ce qui double en quelque sorte son efficacité dans ce domaine. 

Douce de la langue à l’intestin

En 1950, une étude néerlandaise démontrait ce que certains cliniciens avaient déjà remarqué auparavant : la réglisse est bonne pour l’ensemble du système digestif.

Elle possède ainsi une foule de vertus dont vous ne sauriez que profiter : elle diminue l’acidité gastrique, soulage les brûlures d’estomac comme les indigestions.

Elle a plus globalement un effet cicatrisant sur les lésions de la muqueuse irritée, qui cicatrise donc plus rapidement. En somme, c’est un pansement pour l’estomac malade.

Des études montrent qu’elle inhibe la prolifération d’Helicobacter pylori, une bactérie dont l’infection touche plus de la moitié de la population mondiale, et qui est responsable de 70 à 90% des ulcères de l’estomac. D’ailleurs, le traitement d’un ulcère passe le plus fréquemment par l’élimination de cette bactérie.

Enfin, la réglisse intensifie la sécrétion de la bile, et peut servir de laxatif doux. Elle est  également employée avec succès contre les gastrites, et même contre les ulcères gastro-duodénaux. Elle obtient de bons résultats pour traiter l’hépatite chronique. D’ailleurs, au Japon, elle serait même prescrite en accompagnement pour traiter les cirrhoses du foie… 

Mille vertus, une racine

La réputation médiévale de la réglisse, comme remède respiratoire, n’est en rien usurpée. À ce niveau-là aussi, son effet anti-inflammatoire est notable. Elle apaise aussi les maux de gorge, les toux sèches, se révèle expectorante pour la toux irritante, et est toujours efficace contre l’asthme et les infections respiratoires en général.

Dans le même ordre d’idées, elle tient lieu d’antiallergique contre le rhume des foins, la rhinite, l’asthme bronchique et même la conjonctivite allergique. 

Vous pouvez simplement, en cas d’aphtes et d’ulcérations de la bouche, mâcher des racines de réglisse.

Elle est tonique, comme le relevait la médecine traditionnelle chinoise. Elle améliore ainsi la résistance au stress physique et psychologique.

En cause : son action sur les glandes surrénales, productrices de corticostéroïdes, les hormones du stress. La réglisse inhibe en effet la transformation du cortisol en cortisone, ce qui rend l’action des glandes surrénales plus efficace et accroît la résistance aux allergies et aux inflammations. Elle pourrait donc se révéler utile comme plante relais après un traitement à la cortisone.

La réglisse a également des effets sur le système hormonal.

D’une part sur la glycémie : elle aurait ainsi des vertus hypoglycémiantes, ce qui en fait un remède pour les diabétiques, mais aussi hypolipémiantes et anti-obésité.

De même, par les isoflavones qu’elle contient, elle a de légères propriétés œstrogéniques, qui permettent de l’envisager comme remède d’appoint dans les situations de ménopause ou de péri-ménopause.   

Toutefois, cela ne rend pas la réglisse sans danger à hautes doses ou en utilisation prolongée, à cause de son effet sur la rétention du sodium et la perte de potassium. On éviter en particulier d’en prendre en cas d’hypertension, d’insuffisance rénale, ou de tendance aux œdèmes. Pour la même raison, ne la prenez pas en cas de grossesse, de prise de laxatifs et de diurétiques. 

La réglisse par vous-même

Si vous voulez vous soulager de la toux ou de la bronchite, ou même des aigreurs d’estomac, faites-vous une décoction de réglisse !

Pour cela, rien de plus simple. Plongez 15 à 20 g de réglisse par litre d’eau, et faites bouillir 5 à 10 minutes, puis infusez une dizaine de minutes. Buvez-en 3 à 4 bols par jour pendant trois semaines. Cette préparation pourra également vous soutenir si vous êtes sujet à l’hypotension. Pour cela, il ne faudra pas attendre un effet rapide, mais votre tension devrait remonter au fil des semaines, au maximum 6 semaines d’affilée. En cas d’utilisation sur la durée, nous vous conseillons d’investir dans un tensiomètre afin d’éviter que l’hypotension ne se transforme en hypertension.

Pour les aphtes, pensez également aux bains de bouche, avec une décoction bien concentrée.

En outre, le bois de réglisse peut tenir lieu d’édulcorant pour toutes les infusions. Son petit goût boisé et sucré saura ravir le palais. C’est la raison pour laquelle elle est présente dans tant de recettes.

En espérant que vous retrouverez, vous aussi, les plaisirs de votre enfance !