La chlorelle, l’arme anti-métaux lourds

Ne confondez pas chlorelle et spiruline

Contrairement à une idée couramment admise, la Chlorelle n’est pas une proche cousine de la Spiruline. En effet, la Spiruline appartenant à la famille des Cyanobactéries est un organisme microbien, donc procaryote, c’est-à-dire dont le noyau n’est pas individualisé par une membrane nucléaire. La Chlorelle est une algue microscopique à part entière, organisme eucaryote disposant d’un noyau nettement individualisé par une membrane, riche en chlorophylle et en cellulose. Il n’en reste pas moins qu’une prise conjuguée de chlorelle et de spiruline permet de démultiplier les effets de l’une et de l’autre.

Un super légume

Composée de plus de 50% de protéines, la chlorelle contient des pigments concentrés en chlorophylle et en lutéine. Il y a quatre fois plus de chlorophylle dans la chlorelle que dans la spiruline, ce qui va favoriser une meilleure désintoxication et  oxygénation de l’organisme. Riche en oméga 3, en vitamines (B1, B6, B12) et en minéraux (potassium, calcium, magnésium, fer, zinc et sélénium), la chlorelle est, en outre, naturellement concentrée en nutriments.

Une algue capable d’éliminer les polluants toxiques

La chlorelle contient des molécules qui emprisonnent ou transforment d’autres molécules, comme le plomb, pour les éliminer. La membrane cellulaire de la chlorelle est capable de capter, puis de stocker les métaux lourds ainsi que les produits chimiques qui se trouvent dans l’organisme. Cette qualité permet leur élimination naturelle en  renforçant la vigueur de l’intestin.

Perte de mémoire, douleurs musculaires, et si c’était à cause des métaux lourds ?

Mercure dans les amalgames dentaires, aluminium dans les cosmétiques, dans les produits alimentaires et certains médicaments, malgré notre vigilance, nous nous intoxiquons au quotidien. Ces deux métaux lourds sont utilisés en toute légalité, même si des études ont prouvé leur responsabilité dans des maladies telle que la maladie d’Alzheimer ou certaines maladies auto-immunes. Les métaux lourds sont entrés malgré nous dans nos vies et il faut trouver moyen de nous en débarrasser. La chlorelle est un allié précieux pour éliminer le plomb, le mercure, le cadnium ou de l’arsenic qui polluent l’organisme.

Des effets secondaires ? Oui, mais on sait pourquoi.

En début de prise, il est possible de voir apparaître des troubles intestinaux, car la chlorelle stimule l’activité intestinale. La plupart du temps, ces effets sont légers et bien tolérés. Si l’activité intestinale devient inconfortable, il suffit de diminuer la dose de chlorelle voire de l’arrêter pendant quelques jours. D’autres effets secondaires, rares, peuvent être ressentis lors des premières prises et varient en fonction des types de pollutions et des niveaux d’intoxication de chaque individu. La chlorelle remet en circulation les métaux lourds et c’est justement cela qui provoque des effets secondaires plus violents (maux de tête, humeur dépressive, sinusite, douleurs articulaires). Dans ce cas, bien souvent, il faudra augmenter la dose de chlorelle pour permettre une rapide élimination des métaux et la disparition des effets indésirables.