• Le charbon végétal

Le charbon végétal pour une digestion de roi

Le charbon végétal est un remède connu depuis des temps immémoriaux, en particulier pour le traitement des troubles digestifs et intestinaux. De l’Égypte antique à aujourd’hui, sa réputation ne s’est pas noircie, bien au contraire.

La plus ancienne trace écrite de l’utilisation médicinale du charbon végétal remonte à 1550 avant J.-C. Dans le papyrus d’Ebes – le médecin de Ptolémée XII – il est préconisé comme antidote universel. Les bois calcinés de bouleau et de peuplier ont en effet très vite été connus comme capables d’absorber les molécules toxiques. Mais la notoriété arrive au XIXe siècle, avec le charbon de Belloc, du nom de Camille Belloc, chirurgien aide-major au 5e Dragons qui le met au point et le commercialise en 1849. Lors d’une campagne en Algérie, il avait contracté une grave maladie gastrique qui lui causait des douleurs intestinales. Il teste alors sur lui-même le charbon végétal activé, qu’il sait être un remède antique contre la diarrhée. Les résultats positifs ne se font pas attendre, si bien qu’il fait de sa poudre de charbon de jeunes pousses de peuplier un médicament, recommandé notamment contre les gaz intestinaux.

Le début du XXe siècle marque l’utilisation de nouveaux procédés de fabrication et l’apparition de remèdes alliant le charbon végétal actif ou charbon actif avec d’autres composants. C’est le cas d’Eucarbon. Ce médicament est créé à Vienne en 1909 par le Dr Wolfgang Pauli et le pharmacien Franz Trenka. Leur objectif : mettre au point un laxatif et un détoxifiant intestinal, en utilisant uniquement des ingrédients d’origine végétale. La recette comprend, en plus du charbon végétal de bouleau, de la feuille de séné et un extrait de racine de rhubarbe pour leur pouvoir laxatif, des huiles essentielles de menthe et de fenouil pour calmer les douleurs intestinales et les spasmes et donner bon goût au médicament. Plusieurs études récentes ont démontré son efficacité, notamment sur le syndrome du côlon irritable. Eucarbon est vendu dans plus de 50 pays via internet, toujours avec le même emballage jaune voulu par Franz Trenka : dans la tradition chinoise, cette couleur est liée aux affections gastro-instestinales.

Après la Seconde Guerre mondiale, le produit fut moins en vogue. Néanmoins aujourd’hui de nombreux fabricants de compléments alimentaires l’ont dans leur catalogue. Le cas échéant, ils y associent des probiotiques, de la propolis verte, tandis que pour sa fabrication on a aussi recours à la noix de coco et à la bourdaine.

 

Charbon pour dents blanches

Les vertus du charbon végétal peuvent aussi être mises à contribution pour l’hygiène buccodentaire. Il a d’ailleurs été utilisé pendant longtemps comme dentifrice. Sur un mouchoir imprimé datant de 1878, on peut lire la recette d’un dentifrice économique : mélanger 100 g de charbon de pain avec 10 g de sucre et 10 g de quinquina rouge. Humidifier le mélange et se brosser les dents avec la pâte obtenue.
Aujourd’hui, on recommande encore le charbon végétal pour blanchir les dents. Pour cela, procurez-vous du charbon végétal de tilleul ou de bouleau en poudre et trempez-y un coton-tige humidifié. Frottez chaque dent puis rincez. Ce traitement peut-être utilisé pendant une à deux semaines.