Le genêt : la renaissance

Une plante à étages

Le genêt est un arbrisseau à la structure très simple. À première vue, il se présente comme un buisson fleuri constitué de tiges rectilignes et ramifiées. Mais, en l’observant plus finement, il apparaît comme une plante à étages. Du sol partent de longues tiges tubulaires robustes et droites qui donnent naissance à des rameaux dirigés vers le ciel, sur lesquels s’attachent, à intervalles réguliers, les feuilles et les fleurs. Puis viennent les feuilles organisées de manières distinctes : des groupes de trois petites folioles délicats suivis de feuilles isolées vers le sommet du rameau. De même, l’oeil averti repère très vite sur le genêt le bois de l’année précédente et le bois plus ancien ce qui permet d’observer, sur un même spécimen, les différentes étapes de sa croissance. Ainsi, tant par sa structure que par son rythme de pousse, le genêt nous rappelle que la vie, notamment sur le plan biologique, est aussi une succession d’étapes.

Un temps de latence avant le renouveau

Quand arrive le mois de mai, le genêt se pare d’une profusion de fleurs odorantes, d’un beau jaune doré, qui s’ouvrent après le déclic donné par la visite des bourdons. Le renouveau est spectaculaire et enflamme parfois des collines entières durant quelques jours. Les fleurs ont la grâce et la légèreté du papillon, symbole de transformation et de renaissance, dont elles rappellent la forme lorsqu’elles sont épanouies. Curieusement, les fleurs apparaissent sur les tiges de l’année précédente comme si la floraison avait besoin d’un temps de latence avant de pouvoir s’exprimer. Elle nous invite à faire une pause favorable à  l’intégration d’une expérience avant de redémarrer de plus belle.

Germination et renaissance :

En été, les gousses oblongues noircissent et éclatent d’un bruit sec, projetant au sol une multitude de petites graines qui pourront dormir plusieurs années avant de germer. Le genêt, plante pyrophyte, ne craint pas le feu. Au contraire, celui-ci crée des conditions énergie des arbres favorables à sa germination. Aussi, lorsque des feux de forêt ont détruit la végétation locale, la majorité des espèces doit être replantée excepté le genêt qui, tel le phénix, renaît naturellement de ses cendres. L’énergie qui s’exprime dans cet arbuste nous invite à renaître et à prendre un nouveau départ dans la vie. Elle nous aide chaque fois que nous connaissons des difficultés, des épreuves telles qu’un deuil, une maladie en nous conviant à assimiler ce qui a changé. Elle facilite aussi l’intégration des énergies nouvelles apportées par les bouleversements de la vie. Que ces étapes soient biologiques (sevrage, puberté, ménopause, convalescence…) ou liées à notre mode de vie (déménagement, changement de travail, divorce…), elles représentent une phase nécessaire avant de repartir sur de nouvelles bases.