• Aromathérapie : le thym

Thym de juin : tonifiez votre quotidien

Le thym, c’est du feu sous forme de plante. Ses capacités purificatrices concernent donc aussi bien les poumons que la circulation. Mais ce que l’on sait moins, c’est qu’il tonifie aussi la digestion, l’immunité et l’esprit, en plus de la libido…


Vous n’habitez peut-être pas dans une grande ville, et peut-être ne subissez-vous pas les émanations méphitiques des pots d’échappement. Peut-être êtes-vous aussi non-fumeur. Pourtant, qui n’a pas été pris d’une de ces quintes de toux inexpliquées ? Qui ne les a pas entendues autour de lui ? La pollution, agro-industrielle et automobile, touche aujourd’hui tout le monde, dans toute la France.

Comme le disait le poète anglais John Donne, aucun homme n’est une île. Soigner les autres, c’est contribuer à se soigner soi-même, et réciproquement, car les bactéries ne résistent et les virus ne mutent que s’ils se propagent.

 

A ce titre, savez-vous que le thym est particulièrement recommandé contre les affections respiratoires ? Et cerise sur le gâteau, il se récolte dès maintenant, au mois de juin !

 

Le thym va droit au cœur

Une seule syllabe : thym. Cela me rappelle mes leçons de Grec, du temps où apprendre cette langue ne passait pas pour être le privilège de classes aisées. Thym vient du grec Thumos, qui signifie l’âme, le souffle vital, le cœur, au sens ancien du moins, comme dans la célèbre tirade du Cid de Corneille : « Rodrigue, as-tu du cœur ? »

Vous l’aurez compris, le thym est une affaire de cœur, et il donne du cœur. Il est l’aliment du feu qui brûle en nous. C’est pourquoi Thumon, en grec, signifie parfum, offrande à brûler.

La légende qui entoure le thym est à la hauteur de sa symbolique : la mythologie grecque nous conte que ce sont les dieux qui ont changé les larmes d’Hélène, la malheureuse reine de Sparte responsable de la guerre de Troie, en thym, afin qu’elles profitent à l’humanité.  

Toutefois, ce sont les Romains qui en ont répandu l’usage en Europe. Ils en faisaient des cosmétiques, l’utilisaient pour parfumer les fromages et les liqueurs, pour purifier les maisons et éloigner les miasmes des salles d’audience.

Quant aux soldats romains, qui s’y connaissaient en remèdes, ils mettaient du thym dans leur bain pour gagner en force et en vitalité. Et qui ne souhaiterait pas  faire sienne la fameuse endurance des centurions ? En tout cas, le mot s’est passé pendant des siècles, puisque les chevaliers, au Moyen Âge, en prenaient avant les tournois pour gagner en vaillance.

Alors, vous êtes prêts à sentir votre âme tressaillir de courage ?

 

Du tonus pur

Le thym, c’est du feu sous forme de plante. Ses capacités purificatrices concernent donc aussi bien les poumons que la circulation. Mais ce que l’on sait moins, c’est qu’il tonifie aussi la digestion, l’immunité et l’esprit, en plus de la libido

Si on en retrouve dans les tisanes hivernales, vous imaginez bien que ce n’est pas pour rien ! Il lutte contre toutes les affections respiratoires : toux, bronchites, pneumonie, pleurésie. Il soulage l’asthme et la coqueluche et son action expectorante débarrasse vos poumons de leur mucus.

De la même façon, il vous fouettera les sangs au point de lutter contre les engelures… Et on lui attribue la bonne santé cardiaque de tous les Méditerranéens !

Niveau digestion, le thym n’est pas en reste : il fortifie l’appétit et la digestion et stimule le foie. Diurétique, il peut aussi être pris contre l’indigestion, l’anémie, les problèmes hépatiques et biliaires.

En plus, ses flavonoïdes ont des effets relaxants : ils soulagent les gaz, les coliques, le syndrome du côlon irritable et le côlon spastique. Les tanins astringents protègent les intestins de l’irritation et diminuent la diarrhée.

Quant aux huiles essentielles que l’on fabrique grâce à lui, elles combattent les infections, et surtout, elles aident à rétablir la flore intestinale après une prise d’antibiotiques. Elles ont aussi des vertus antifongiques.

Et ce n’est pas tout ! Il purifie le système génital et lutte contre la vieillesse, par ses effets antioxydants et antidégénératifs. Appliqué sur la peau, il désinfecte et, cerise sur le gâteau, il débarrasse des morpions et des poux !

 

Une promesse d’éternité ?

En tant que remède, le thym doit plutôt être évité par les femmes enceintes. Trop en prendre expose à la stimulation de la thyroïde de façon excessive, ce qui peut conduire à une intoxication.

Mais qu’on ne s’y trompe pas, c’est bien pour ses vertus que le thym a toujours été un ingrédient privilégié de la cuisine française, et provençale en particulier.

Ainsi, ses capacités antiseptiques ne sont pas étrangères à son usage dans le bouquet garni et dans les marinades, surtout celles de gibier faisandé.

C’est aussi un stimulant qui a la réputation d’aviver l’intelligence à la manière du thé. Excellent tonique du cuir chevelu, il fortifie également les gencives, désinfecte la bouche, lutte contre la mauvaise haleine et prévient les caries.

Si vous voulez vous préparer vous-même une infusion de thym, plongez 20 à 30 g de plante dans un litre d’eau bouillante et faites infuser 10 minutes. Prenez 3 ou 4 tasses de thé par jour comme stimulant, contre les rhumes et les mauvaises digestions. A raison de 50 g par litre, l’infusion se révélera plus excitante.

Sinon, je ne saurai trop vous conseiller un remède associant thym, propolis et gelée royale, trois ingrédients qui protégeront vos poumons aussi bien que les corps des momies, puisque ces trois ingrédients servaient à l’embaumement dans l’Egypte ancienne.

Une jolie promesse d’éternité, non ?

 

A lire aussi :

"Thym : les propriétés d'un antiseptique puissant".

"Comment cultiver le thym"

" Le thym, pas seulement dans le bouquet garni !"