• Hyperactivité traitée par les plantes

L’hyperactivité : comment faire face

L’hyperactivité n’est pas seulement une maladie infantile, car elle nous touche tous de près ou de loin. La médecine officielle peine à faire face, mais un peu de bon sens et quelques remèdes naturels peuvent nous aider.

Que ce soit dans la vie professionnelle ou durant les études, on récompense d’abord le potentiel d’accélération et de vitesse, mais jamais la capacité de freinage, de récupération, ou de modulation de l’activité. Même le temps de repos rime désormais avec sport ou avec loisirs, ce qui suppose de faire encore. Et si on réapprenait à ne rien faire, de temps en temps ?

Hyperactivité et échec scolaire

Les difficultés scolaires de beaucoup d’enfants trouvent leur source dans un problème d’hyperactivité. L’enfant ne parvient pas à se concentrer en classe, les devoirs à la maison n’en finissent pas et se terminent très tard. On a l’impression qu’il ne comprend rien… Parfois, il n’est pas particulièrement turbulent, ce qui rend le diagnostic encore plus difficile.

Ce qu'il faut faire 

  • Évitez les colorants alimentaires

Les colorants artificiels et certains additifs comme le benzoate de sodium (E 211, conservateur), provoquent ou exacerbent l’hyperactivité chez les enfants.

C’est le verdict d’une étude réalisée par l’université de Southampton et publiée par la célèbre revue scientifique The Lancet. Plusieurs études avaient déjà, ces dernières années, mis en garde les parents. Cette fois, l’autorité britannique de surveillance des aliments (FSA) a lancé un avertissement public et saisi l’Autorité européenne de sécurité alimentaire. Bonbons fluo, danger !

  • pas de sucre
  • pas de farine raffinée
  • moins de lait
  • et… ne rien faire
  • Au-delà d’une alimentation saine, essentielle, il existe une plante tout indiquée pour l’hyperactivité : l’ashwagandha (racine). Cette adaptogène d’origine indienne, utilisée depuis 2000 ans en médecine ayurvédique, ne dispose pas d’autorisation à la vente en France mais sa consommation est possible et on peut s’en procurer aisément (Ashwaganda - Tandem Santé - Tél. : 01 39 59 97 34 - www.tandem-sante.com).

    Plante vertueuse sur bien des plans, l’ashwagandha agit comme un équilibrant du système nerveux. Le « ginseng indien » se montre très efficace pour lutter contre nombre d’affections nerveuses, contre l’anxiété mais aussi l’insomnie. Il combat le stress et favorise les capacités de mémorisation et d’apprentissage. À prendre généralement à raison d’une gélule par jour, le matin.
  • En compléments, le Ginkgo biloba et le ginseng donnent de bons résultats. Selon une étude canadienne réalisée en 2001, ces produits améliorent l’état des hyperactifs en favorisant une meilleure irrigation sanguine du cerveau.
     
  • Enfin, une supplémentation en fer est fortement recommandée. Selon une très sérieuse étude de chercheurs de l’hôpital Robert Debré à Paris (2005), une grande majorité d’enfants atteints de TDAH présentent une carence en fer. Ils ont aussi constaté que plus le taux de ferritine est bas plus les symptômes de la maladie sont sévères. Le fer est un élément essentiel à la synthèse de la dopamine, un neurotransmetteur qui stimule dans le cerveau les régions responsables de l’attention, du sens de l’organisation et du contrôle des mouvements.

    Pour pallier cette carence, on s’efforcera d’apporter dans l’alimentation des légumes feuilles et l’on complétera celle-ci par la prise quotidienne de spiruline : l’algue contient 6 fois plus de fer que les céréales et 45 fois plus que les épinards.
  • Il est important en parallèle d’assurer une bonne santé du foie, l’organe garant d’un recyclage équilibré du fer dans l’organisme. Pour cela, on privilégiera l’emploi de tisanes de plantes à la fois toniques et protectrices des fonctions hépatiques comme le chardon Marie, le chrysanthellum ou éventuellement le desmodium. On peut se procurer ces préparations en herboristerie ou en boutique bio. 

Faites confiance à la nature

La pomme est un modérateur du système nerveux. Ce fruit réputé calmant lutte notamment contre les migraines et les insomnies – on conseille encore dans nos campagnes de croquer une pomme avant le coucher.

La pomme accélère l’élimination des toxines et des métaux lourds (notamment le plomb) grâce à la pectine. De plus, la pomme est riche en potassium, phosphore, calcium, en oligo-éléments ainsi qu’en antioxydants (vitamines B surtout et quercétine).

Pensez à manger tous les jours des pommes, de préférence bio, et faites sécher épluchures et trognons, plus riches que la pulpe, dont vous tirerez profit en tisanes.

 

À lire : 

  • Dr Céline Causse, « Vivre avec un enfant hyperactif » (Alpen Éd.) - 9,50 euros
    Chez votre libraire ou sur amazon.fr
     
  • notre Hors-série de Pratiques de Santé : "L'HYPERACTIVITÉ"