• Phytothérapie et Maladies chroniques

Maladies chroniques : l'efficacité des remèdes naturels

La plus ancienne médecine du monde est tout à fait légitime pour soigner de nombreuses pathologies courantes, souvent installées dans la chronicité. Voici un tour d’horizon des principales indications de la phytothérapie, validées aujourd’hui par l’expérience clinique et les études. 

Les troubles articulaires

 Pour limiter les douleurs et restaurer la mobilité :

Préparation

  • Harpagophytum TM* 40 ml
  • Spiraea TM (reine-des-prés) 20 ml
  • Verbascum TM (bouillon-blanc) 20 ml
  • Salix TM (saule) 15 ml
  • Ribes nigrum MG** (cassis) 5 ml

Utilisation : 50 gouttes dans un verre d’eau trois fois par jour, à distance des repas, vingt jours par mois.


Pour consolider les cartilages et apporter des minéraux :

Préparation

  • Prêle des champs (poudre)
  • Ortie feuille (poudre)

Utilisation : 1 cuillère à café par jour, mélangée à du miel.

* TM : teinture mère

** MG : macérat glycériné


Prévenir et soulager les infections urinaires

En prévention

  • Cranberry (extrait dosé à 36 mg de PAC) avec 1 litre d’eau par jour.
  • Cures régulières de probiotiques pour un bon équilibre de la flore intestinale.
     

En début de gène urinaire

  • Bruyère (fleur) 40 %,
  • thym (feuille) 30 %,
  • frêne (feuille) 20 %,
  • mauve (fleur) 10 %.

Faire infuser 15 g de ce mélange pour 1 litre. Boire dans la journée.

Dans le cas d’une infection urinaire débutante

  • Busserole (nébulisat), 1 gélule de 250 mg trois fois par jour,
  • piloselle (nébulisat), 1 gélule de 250 mg trois fois par jour.

Ou

  • Uva ursi TM (busserole) 150 gouttes
  • Hieracium pilosella TM (piloselle) 150 gouttes
  • Fraxinus TM (frêne) 150 gouttes.

Dans 1 litre d’eau, à boire dans la journée.

 Normaliser la tension

En cas de préhypertension

  • Aubépine (nébulisat), 1 gélule de 250 mg matin, midi et soir. L’action est double, elle régule le rythme cardiaque et agit sur les vaisseaux sanguins. Vingt jours par mois.
  • Olivier feuille (nébulisat), 1 gélule de 250 mg matin, midi et soir. Vingt jours par mois.

 
Contrôle du cholestérol : Mesurer les risques

Un excès de cholestérol sanguin doit toujours être évalué par rapport au contexte du patient et des risques qu’il présente pour sa santé. Il faut donc mesurer le rapport du bon (HDL) et du mauvais cholestérol (LDL) et rechercher les facteurs de risque cardiovasculaire : tabagisme, hypertension, obésité, pilule contraceptive, antécédents familiaux, diabète, pathologie cardiaque ou vasculaire… En l’absence de ces risques associés et si le taux de cholestérol HDL n’excède pas de 20 % la norme, soit 1,9 g/l, il est possible d’avoir recours à des solutions naturelles, dont l’efficacité sera contrôlée par une analyse de sang 2 à 3 mois après le début du traitement. Rappelons que pour obtenir un résultat satisfaisant l’hygiène alimentaire est primordiale.

Protocole pour un taux n’excédant pas la norme de 20 % :

  • levure de riz rouge, 750 mg par jour,
  • phytostérols, 2 000 mg par jour.

 

Les troubles du sommeil

Pour rétablir le terrain et préparer le sommeil

  • Gélule d’eschscholtzia (nébulisat) 250 mg, matin midi et soir.


Pour amener le sommeil et limiter le risque de réveil nocturne

  • Passiflore (nébulisat), 1 gélule de 250 mg à 17 h, à 20 h et au coucher.
  • Mélisse (nébulisat), 1 gélule de 250 mg, ou valériane (nébulisat), 1 gélule de 250 mg à 20 h et au coucher.
  • Si l’insomnie provient d’un état anxieux et dépressif, il est possible d’ajouter millepertuis (nébulisat), 1 gélule de 300 mg le matin et le soir.


Dans tous les cas, le sevrage des hypnotiques sera toujours effectué sous contrôle médical en diminuant très progressivement la posologie ou le nombre des médicaments. La consommation de ces produits amène une véritable dépendance.

Le millepertuis et l’anxiété : mode d’emploi

Le dosage recommandé pour le millepertuis est de 600 à 800 mg d’extrait sec par jour. Certaines personnes peuvent réagir à des dosages moindres, on pourra alors avoir recours à des formes plus diluées comme la teinture mère (TM). Il existe quelques précautions à prendre avec cette plante (photosensibilisation, interactions avec certains médicaments et contre-indications avec les antidépresseurs de synthèse), mais ensuite son action est rapide et généralement très bien tolérée et de nombreux malades ont trouvé dans cette plante une aide remarquable.