• Hélichryse italienne

Se remettre d’une fracture

Après le traumatisme de la fracture osseuse vient le temps, souvent long et pénible, de la réparation. Vous avez donc aussi tout intérêt à soutenir ce processus par une bonne alimentation, l’apport de minéraux et d’accompagner la remise en mouvement après la période d’immobilisation, comme nous vous le proposons ici.


La structure osseuse, composée de fibres protidiques, de calcium et d’eau, se renouvelle normalement à un rythme beaucoup plus lent que les autres parties de l’organisme. Mais en cas de fracture, un processus de réparation accéléré se met en place pour rétablir l’intégrité de l’os tandis que le calcium (les tuiles qui donnent sa dureté à l’os) se fixe à la trame protéique (qui constitue la charpente). Une supplémentation en vitamine D s’avérera indispensable pendant quelques mois, d’autant plus qu’à sa carence, chronique sous nos latitudes, s’ajoute la difficulté de s’exposer au soleil, qui en est une bonne source, lorsqu’on a une fracture. 

Nourrir la réparation osseuse

Pour soutenir la réparation, assurez un apport quotidien en protéines de qualité, une supplémentation ou une alimentation riche en calcium et en sels minéraux (purée de sésame, graines de pavots), en vitamine K (légumes verts à feuille type chou kale, épinards, moutarde), en zinc (huîtres), en acides gras oméga 3 (poissons gras, huile de périlla). Enfin, des cures de certaines plantes comme l’astragale (Astragalus membranaceus) ou le Gu Sui Bu (Rhizoma drynariae) de la médecine traditionnelle chinoise pourront aussi soutenir la réparation osseuse.

Infusion reminéralisante

Une infusion à base de plantes est idéale pour fournir au corps des minéraux directement absorbables. Cette tisane associe des plantes avec une forte teneur en calcium comme l’ortie (convalescence) ou la prêle, riche en silice, minéral de structure par excellence. La menthe poivrée et le romarin apporteront de l’acide ursolique, qui encourage la différenciation des ostéoblastes (cellules spécialisées dans la production de l’os) et la formation de la trame osseuse.

Ingrédients (plantes sèches)  Ortie jeunes feuilles (Urtica urens) 50 g  prêle des champs (Equisetum arvense) 50 g  menthe poivrée (Mentha piperita) 25 g  romarin officinal (Rosmarinus officinalis) 25 g.

Préparation 1. Faire bouillir de l’eau 2. Remplir une tasse moyenne et ajoutez 3 cuillères à café du mélange 3. Couvrir et laisser infuser 10 à 15 minutes. 4. Passer le mélange et boire 2 à 3 tasses par jour pendant trois semaines.

Décongestionnant aromatique

Après l’immobilisation d’un membre (attelle, plâtre), celui-ci doit être remis en mouvement. Une activité physique douce aidera à retrouver de la mobilité et encouragera la solidification osseuse. La synergie aromatique proposée ici par Aude Maillard associe des huiles essentielles (HE) réparatrices des tissus (hélichryse), antalgiques et réchauffantes (marjolaine, laurier noble), désinfiltrantes et astringentes (lentisque et géranium). Elle permettra de réveiller la région lésée, de limiter l’œdème et d’éviter la cyanose des extrémités suite à l’immobilisation.

Ingrédients  HE d’hélichryse italienne  HE de lentisque pistachier  HE de laurier noble  HE de marjolaine des jardins  HE de géranium Bourbon.

Préparation 1. Dans un flacon de 30 ml, verser 5 ml de HE d’hélichryse italienne, de lentisque pistachier, de marjolaine des jardins, de géranium Bourbon et 10 ml d’HE de laurier noble. 2. Agiter pour mélanger. 3. Faire pénétrer 8 à 10 gouttes sur l’endroit meurtri. 4. En cas d’irritation cutanée, diluer dans une coupelle la synergie pure avec quelques gouttes d’huile végétale de millepertuis ou de noyau d’abricot. 5. À faire 3 à 5 fois par jour selon le ressenti et le réconfort apporté, pendant trois semaines si besoin.

 

À lire aussi 

La consoude : un solide appui