Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Se soigner cet hiver avec les arbres (7/11)

L’olivier stimule la fertilité, le chêne renforce, le bouleau purifie… Fascinants à contempler, les arbres nous rendent aussi de fiers services sur le plan de la santé ! En tisanes, décoctions ou macérats de bourgeons, ils déploient pour nous un riche éventail de solutions thérapeutiques à redécouvrir. Des remèdes souvent anciens et éprouvés, particulièrement bien adaptés aux maux de l’hiver.

Le cyprès

Le cyprès, souverain pour la circulation sanguine

La verte silhouette en fuseau de Cupressus sempervirens s’impose comme un repère dans un paysage. Et ce dès la Rome antique, puisque ce sont sans doute les Romains qui l’ont introduit en Méditerranée. Ses fruits sont des cônes globuleux formés à partir des inflorescences femelles qui parviennent à maturité tous les deux ans. Pour les utiliser médicinalement, on les cueillera en hiver avant maturité. Ils contiennent des tanins particuliers, appelés tanins condensés, qui ont la propriété d’inhiber le processus de réplication des virus. Ce qui lui confère des vertus...

antivirales bien spécifiques, sous la forme simple de la tisane.

Mais on connaît mieux le cyprès pour ses propriétés vaso-constrictrices : en cas d’hémorroïdes (dilatation veineuse au niveau du rectum), on pourra boire 2 tasses par jour d’une décoction réalisée avec 20 g de cônes pour 1 litre d’eau (laisser bouillir 15 minutes). On utilise aussi facilement son huile essentielle, riche en terpènes, notamment l’alpha-pinène. Elle est appréciée pour relancer la circulation sanguine en cas de jambes lourdes. Son effet drainant et décongestionnant est également appréciable en cas de stase lymphatique. Enfin, on y aura aussi recours pour les affections bronchopulmonaires. À ces propriétés antibactériennes s’ajoute une action antispasmodique contre la toux, en particulier en cas de coqueluche.

Faites-le vous-même : extrait de plantes contre mononucléose infectieuse

Préparation : mettre 3 cuillerées à café d’EPS de cyprès (extrait de plantes fraîches standardisées non-alcoolique) dans 300 ml d’eau.

Mode d’emploi : boire lentement à plusieurs reprises dans la journée en dehors des repas pendant 4 à 6 jours.

À savoir : le cyprès ne s’utilise pas de façon prolongée.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité