Plantes et Santé Le magazine de la santé par les plantes

Huit arbres au pollen allergisant à reconnaître

Pollen
Pollen

Mars. Les allergies saisonnières sont de retour. Bouleaux, cyprès, frênes… Au détour des jardins, lors de balades en forêts, sur les bords de route ou encore le long des rivières, nous croisons de nombreux arbres qui produisent des pollens au fort potentiel allergisant a. En voici huit à identifier et à éviter, dans le cas où vous êtes sujet aux allergies.

1. Le bouleau - (Betula pendula ou Betula pubescens)

L'écorce blanche et les feuilles en losange du bouleau

Chez Plantes & Santé, on vous parle souvent de sa sève drainante et favorisant l’élimination. Le bouleau, de la famille des bétulacées comme l’aulne, le noisetier et le charme, est un arbre pouvant atteindre 25 mètres de hauteur. On le retrouve dans les plaines, en montagne, dans les jardins et les parcs… Son tronc présente une écorce blanche caractéristique, marquée de lenticelles (sorte de pore ou de canal traversant l’écorce) et ses feuilles dessinent une forme de losange. 

De mars à mai, de longs chatons mâles (fleurs de 10 cm) pendent, tandis que les chatons femelles (3 cm) se dressent d'abord avant de pendre. Les pollens de bouleau qui se dispersent en mars-avril sont particulièrement redoutés des allergiques au printemps.

2. Le noisetier commun – (Corylus avellana L.)

Feuilles du noisetier

De la famille des bétulacées, le noisetier est un arbuste pouvant atteindre 5 mètres de hauteur. En plaine, en montagne, dans les prairies, les champs, le long des cours d’eau, ou encore à la lisière des bois, le noisetier est reconnaissable par son écorce lisse de couleur brun gris. L’arbre possède des feuilles dentées, velues, ovales, avec un sommet en pointe, et des chatons pendants.

Le noisetier fleurit de janvier à mars, c’est le végétal forestier dont la floraison est la plus précoce, car parfois, elle survient même dès le mois de décembre. Son pollen responsable de rhinite (obstruction nasale, éternuements) mais aussi d’atteintes oculaires et d’asthme est plus présent dans la région Centre, dans l’Est et le Nord-Est dès la fin janvier et courant février, en particulier s’il fait beau.

3. L’aulne glutineux (Alnus glutinosa)

Feuilles et chatons de l'aulne

Les aulnes appartiennent à la famille des bétulacées et sont des arbres de taille moyenne pouvant atteindre 20 à 30 mètres. Ils se développent en bord de rivière, le long des cours d’eau, en terrain humide. On les reconnaît par leur écorce brun noir et crevassée, par leurs feuilles vert foncé, de forme ovale, échancrées à l’extrémité (comme découpées d’un coup de ciseau), et par leurs jeunes pousses printanières collantes au toucher. 

Les aulnes entament leur période de pollinisation tôt dans l’année, en février-mars, avec l’apparition de chatons mâles (pendants) et femelles (courts) sur le même arbre. À savoir : le pollen d’aulne peut être un déclencheur de symptômes allergiques chez les personnes fortement sensibilisées au pollen de bouleau.

4. Le charme commun (Carpinus betulus)

Feuille du charme

Le charme également appartient à la famille des bétulacées. Il est fréquemment planté comme arbre d’ornement dans les parcs et jardins, et pour constituer des allées et des haies. C’est un arbre de taille moyenne mesurant jusqu’à 20 mètres de haut environ. On le distingue facilement par son tronc cannelé, couleur gris-verdâtre foncé, long et légèrement sinueux. Le charme commun possède également des feuilles dentées avec des nervures saillantes sur le verso. 

Ces feuilles apparaissent en même temps que les chatons de fin mars à mai, selon les régions. Ces dernières déversent un pollen modérément allergisant.

5. Le cyprès vert commun (Cupressus sempervirens) et cyprès bleu (Cupressus arizonica)

Le cyprès est un conifère qui fait partie de la famille des cupressacées. Il est actuellement présent sur l’ensemble du territoire français, planté comme arbre d’alignement en guise de brise-vent et de haies. Les cyprès les plus fréquemment rencontrés en France sont le cyprès vert commun et le cyprès bleu d’Arizona ; ils possèdent tous deux un fort potentiel allergisant. L’arbre peut atteindre une hauteur de 5 à 18 mètres et une largeur variant de 1 à 5 mètres. On reconnaît son feuillage à sa couleur jaune doré virant au bleu en passant par le vert. Ses feuilles, semblables à des écailles, dégagent également une odeur de résine. 

Les pollens du cyprès bleu apparaissent en début d’année, avant ceux du cyprès vert, et leur potentiel allergisant est plus important dans le Sud-Est de la France, l’humidité étant moins présente que dans les autres régions. Les seuls départements de la région Paca épargnés sont les Alpes de Haute-Provence et les Hautes-Alpes. Si vous en avez dans votre jardin, le mieux est de tailler les haies de cyprès à l’automne, ce qui réduit ensuite l’émission de pollen.

6. Le chêne (Quercus)

Feuilles du Chêne

Le chêne est un des arbres les plus répandus sur la planète et il est très facile à reconnaître. De la famille des fagacées ou cupulifères, le chêne possède des feuilles ovales aux lobes arrondis. Observez également l’écorce, brun noirâtre, crevassée verticalement et rugueuse. 

La floraison a lieu au printemps avec l’apparition des nouvelles feuilles. De grandes quantités de pollens sont alors dispersées par le vent et peuvent provoquer des allergies, bien que le potentiel allergisant de ce pollen soit modéré.

7. Le frêne (Fraxinus excelsior L.)

Tronc et branches du frêne

C’est un arbre commun sur l’ensemble de la France, hormis dans la région méditerranéenne. De forme généralement ovoïde, l’arbre mesure jusqu’à 45 mètres de hauteur avec un tronc pouvant atteindre un mètre de diamètre. Son écorce est grise et généralement lisse, ses feuilles composées portent jusqu’à 15 folioles vert foncé, ses branches montent vers le haut et il produit également de gros bourgeons terminaux noirs. Très résistant aux conditions urbaines, on le retrouve souvent en bordure de rue. 

L’arbre fleurit au mois d’avril, et son pollen au fort potentiel allergisant se propage surtout dans le Sud de la France, en région méditerranéenne, avant de s’étendre progressivement dans le reste du pays pendant plusieurs semaines.

8. L’olivier (Olea europaea var. europaea)

Olivier

Cet arbre à l’origine de notre huile de cuisson favorite fait partie de la famille des oléacées. De dimension moyenne, son écorce est brune et crevassée. Son tronc est reconnaissable car il est un peu tordu et peut atteindre quinze mètres de hauteur. Cependant, l’arbre peut aussi conserver une forme de boule lui donnant l’aspect d’un buisson épineux. Ses longues feuilles vert foncé luisant sur la face supérieure, sont vert clair argenté avec une nervure médiane saillante sur la face inférieure. 

Sa floraison a lieu de mai à juin, et son pollen est un allergène important en région méditerranéenne, notamment dans les régions où sont cultivées les olives.

L’ambroisie - (Ambrosia Artemisiifolia)

On la croise de plus en plus sur les bords de route, les sols traités aux désherbants qui n’ont aucun effet sur elle, les terrains bouleversés par des aménagements routiers ou de construction. Cette plante de la famille des astéracées peut mesurer jusqu’à 2 mètres de hauteur. Elle possède une tige droite couverte de poils blancs, ainsi que des feuilles vert foncé et des rameaux rougeâtres alternes. Au moment de la floraison dès la mi-août jusqu’à fin octobre, les fleurs de couleur vert jaune deviennent uniquement jaunes une fois ouvertes. L'ambroisie est très présente dans la vallée du Rhône, où l’allergie touche 20 % de sa population, ainsi que dans la Drôme et l’Ardèche ; son pollen est particulièrement allergisant et provoque des symptômes qui rappellent ceux du rhume des foins. Gare à ne pas la confondre avec l’armoise (Artemisia vulgaris) qui ne possède pas de tige velue, et dont les feuilles sont blanchâtres en dessous. D’autre part, les fleurs de l’ambroisie sont jaunes une fois ouvertes alors que celles de l’armoise sont vert gris puis blanchâtres. Enfin, l’ambroisie n’a pas d’odeur lorsqu’on froisse ses feuilles, tandis que l’armoise dégage une senteur agréable.

Trois applis pour suivre l’évolution des pollens

  • L’application "Alertes pollens" vous aidera à mieux vivre vos allergies grâce aux alertes polliniques du RNSA et à des infos sur la qualité de l’air. En activant la géolocalisation, l’application affiche les informations de la zone géographique dans laquelle vous vous trouvez. Disponible sur Play store et AppStore.
  • L’application "Ma vie d’Allergik" vous accompagne dans le suivi de votre allergie. Elle livre des données polliniques, des informations pratiques, des astuces et conseils… L’application est disponible sur Google Play et l’AppStore. 
  • L’application "Pollen" fournit une prévision de pollinisation personnalisée pour les trois jours à venir dans votre zone. Les symptômes d’allergies peuvent être enregistrés et comparés avec le taux de pollinisation au sein d’un journal pollinique. Disponible sur Google Play et l’AppStore.
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Vous appréciez nos articles, allez plus loin en vous abonnant au magazine en cliquant ici
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité