L’argousier, antioxydant et tonifiant

On rencontre l’argousier aussi bien dans les régions montagneuses que sur les dunes littorales. À l’automne, l’arbuste très épineux se couvre de fruits dont le goût acide fait écho à la couleur vive.


L’argousier est un arbrisseau qui peut dépasser les trois mètres de haut. Son aire de répartition est curieusement disjointe :
 il se rencontre dans les régions sèches des Alpes, le long des cours d’eau et, descendant parfois les fleuves, se retrouve sur le littoral de la Baltique, de la mer du Nord et de la Manche où il forme couramment de denses fourrés qui se teintent d’orange en automne.

On reconnaît facilement l’argousier à ses tiges fortement épineuses, portant de longues feuilles étroites, d’un vert argenté, ponctuées sur leur face inférieure de petites taches brunes. Ses petites fleurs verdâtres sont insignifiantes, mais tout change dès que paraissent les fruits d’un orange vif, tachetés eux aussi de points brunâtres. Les argouses sont gorgées d’un abondant jus orangé, goûteux mais très acide. Mais attention, les cueillir fraîches est une entreprise hasardeuse !

Un arôme incroyable

L’huile des graines possède une teneur élevée en acides gras insaturés (73 %) dont deux acides gras essentiels. L’huile de pulpe est riche en oméga 7, un acide gras rare et bénéfique (prévention des rides et du dessèchement des muqueuses oculaire, digestive, urogénitale).

Et ces fruits ne se contentent pas d’être bons pour la santé, ils permettent aussi d’intéressantes préparations culinaires. Sirops et gelées sont classiques, ce qui n’enlève rien à leur intérêt : comme le jus d’argouse est très acide, l’ajout de sucre aide à le consommer. Vu son arôme incroyable, il m’arrive d’ailleurs, simplicité ultime, de l’utiliser tel quel, comme un vinaigre parfumé, dans des salades ou des hors-d’œuvre, ou d’en préparer de puissants sorbets

Antioxydant et tonifiant

Ce sont surtout ses activités antioxydantes (baies et huile) et stimulantes immunitaires qui caractérisent l’argousier. Des études faites sur l’huile de ses graines ont montré une amélioration de l’immunité chez les patients soumis à une chimiothérapie. On le recommande aussi en cas d’infections répétées (grippe, épuisement physique…).

Pour les soins de la peau, des études topiques ont montré des effets curatifs, anti-inflammatoires, antimicrobiens et régénérateurs de l’huile d’argousier sur les blessures (escarres…), brûlures et dermatites causées par l’irradiation sur la peau (et en prévention).

La petite baie orange, légèrement apéritive, est aussi un tonifiant général et un stimulant cérébral.

Enfin, ce grand protecteur n’oublie pas de protéger le coeur, c’est un cardiotonique léger qui stimule la circulation. La consommation des huiles d’argousier réduit les risques de maladies cardiovasculaires, d’artériosclérose et contribue à la diminution du cholestérol (LDL).

Herboristerie pratique

  • Macération huileuse à l’argousier (pour usage interne et externe)

Pour bénéficier de tous ses bienfaits (sauf de la vitamine C), on peut réaliser une macération de graines et de pulpe de baies écrasées au pilon dans de l’huile d’olive (assez pour que la pâte soit bien recouverte). Laisser macérer 21 jours au frais (cave). Filtrer en exprimant avec une étamine. Mettre en flacons et conserver au réfrigérateur. En soin pour la peau, mélanger 2 ml de l’huile obtenue à 7 ml d’huilede rose musquée, 3 ml d’huile de jojoba, 2 ml d’huile de germe de blé. Ajouter ensuite 1 goutte d’HE de ciste ladanifère et 2 gouttes d’HE de géranium rosat. Bien agiter. Appliquer matin et soir avant la crème habituelle.

  • Sirop d’argousier, un nectar antioxydant

Cueillir juste la quantité suffisante de baies le matin avant que le soleil ne les réchauffe (la vitamine C se conservant très mal, rien ne sert de stocker). Les réduire en purée grâce à un extracteur (avec l’accessoire pour purée et non pour jus). Éliminer les graines en exprimant la pâte obtenue au travers d’une étamine. Peser le poids de jus obtenu et ajouter le même poids de sucre de canne non raffiné. Mélanger pour bien dissoudre le sucre et consommer dans les 48 heures en conservant au réfrigérateur, dans un bocal en verre hermétiquement fermé.

  • Apéritif d’argousier

Ingrédients : 300g de fruits d’argousier, 1 l de jus de pomme, 50 cl d’eau gazeuse

Extrayez le jus des argouses en les passant au moulin à légumes ou au mixer, puis filtrez. Mélangez le jus d’argouse et le jus de pomme. Ajoutez l’eau gazeuse et servez frais.

NB : On peut aussi simplement boire le jus frais (2 ou 3 cuillères à soupe par jour).


Ces conseils ne vous dispensent pas de consulter un thérapeute des médecines alternatives. Pour en trouver un près de chez vous, rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com

Pour accéder directement à une liste de naturopathes dans les plus grandes villes, cliquez sur un des liens ci-dessous.