• aromathérapie : thyroïde

Thyroïde : relancer la dynamique

Les déséquilibres de la glande thyroïde sont fréquents. Lorsque le fonctionnement de cette « glande-papillon » s’altère, on pourra faire appel aux huiles essentielles. Si leurs mécanismes gardent une part de mystère, elles se montrent efficaces pour relancer ou au contraire freiner l’activité thyroïdienne.


La thyroïde est une glande endocrine située à la base du cou. À sa taille normale, elle n’est pas palpable. En forme de H, elle comporte un corps mince central appelé isthme et deux ailes appelées lobes. Elle est en contact avec l’œsophage, la trachée, les glandes parathyroïdes ainsi que les cordes vocales. Elle gère entre autres le métabolisme général, avec la dégradation des glucides, lipides et protéines. Son dysfonctionnement se répercute sur tous les grands systèmes de l’organisme : troubles cardiaques, musculaires et osseux, problèmes digestifs et nerveux avec une fatigue physique et psychique, et d’autres signes généraux en rapport avec le poids et la température interne du corps... Une bonne activité thyroïdienne est donc une carte maîtresse dans l’état de santé globale d’un individu. D’autant plus qu’un déséquilibre thyroïdien – témoin d’un problème de terrain – est bien souvent précurseur et annonciateur d’autres problèmes endocriniens. La surveillance de la glycémie et du fonctionnement du pancréas est menée de près, ainsi que la sécrétion de cortisol et l’activité des glandes surrénales.

Une thyroïde au ralenti

L’hypothyroïdie, qui s’apparente à un ralentissement de la fabrication des hormones thyroïdiennes (les iodothyronines, qui transportent l’élément iode), amène progressivement un ralentissement général de l’organisme : fatigue physique, psychique, prise de poids, constipation, frilosité, crampes, cycles menstruels irréguliers, cheveux secs, bradycardie. Les processus vitaux semblent en perte de vitesse et l’individu plonge dans un état léthargique. Les causes de cette pathologie ne sont pas bien identifiées : certaines formes d’hypothyroïdie peuvent être d’origine auto-immune, plus rarement une carence en iode est évoquée. Le stress semble aussi être un facteur de risque important, puisque les hypothyroïdies émergent souvent après un choc émotionnel. La prévention semble donc passer par une prise en main de son hygiène de vie, notamment par des mesures diététiques, ainsi qu’une meilleure gestion de ses émotions.

Relancer l’activité glandulaire

En aromathérapie, certaines huiles essentielles présentent une activité certaine de relance thyroïdienne. Leurs effets ont été vérifiés, mais leurs mécanismes restent plus ou moins connus. Le giroflier, qui est une des huiles essentielles les plus réchauffantes et stimulantes de l’organisme de par la présence de phénol, a la particularité de relancer la sécrétion d’hormones thyroïdiennes. Attention à la diluer : appliquée pure, elle est dermocaustique et provoque des brûlures. De la même façon, les cannelles et les pins, du fait de leur nature tonifiante, ont une bonne activité de relance de l’activité glandulaire. L’huile essentielle de myrte vert stimule d’un point de vue énergétique l’activité des chakras cardiaque et pharyngé et possède un effet régulateur sur la thyroïde (en cas d’hypothyroïdie) et les ovaires. Dans les premiers stades de l’hypothyroïdie, la voie cutanée est suffisante par simples massages de la base du cou. Pour les cas plus anciens, une voie sublinguale de la même synergie (voir formule ci-dessus) doit être ajoutée. Le rééquilibrage sera ainsi plus fort. Les éventuels traitements substitutifs allopathiques pourront être diminués sur les conseils du médecin, résultats d’analyses à l’appui. La guérison totale est cependant loin d’être garantie.

Suivez le papillon

Il semble que, pour que la thyroïde retrouve son autonomie et son fonctionnement normal, la relance de l’organe nécessite un chemin de réflexion personnelle et un renouveau psychique. Si la thyroïde joue un rôle majeur dans la croissance et la différenciation cellulaire, elle est aussi rattachée au niveau symbolique à la notion de maturation. Dans sa forme également, elle évoque un papillon, symbole de métamorphose et d’éternité. Chaque étape de la courte existence de cet insecte l’élève toujours un peu plus haut pour parvenir, au stade ultime de l’éclosion, à se débarrasser de ses enveloppes et accéder à la liberté.

Travailler le subtil

Les déséquilibres thyroïdiens sont bien souvent en rapport avec l’impossibilité de dire ou faire ce que l’on voudrait, ce qui se conjugue également avec un non-accomplissement de ses désirs les plus profonds. La sensation de ne pas réaliser pleinement sa vie se fait envahissante, avec bien souvent un sentiment de frustration et de manque de temps. La leçon de vie du papillon nous invite à tourner chaque page consciemment, et à laisser émerger les désirs les plus profonds.

D’une manière générale, les huiles essentielles, de par leurs propriétés olfactives et leur vibration énergétique, accompagnent très bien, au quotidien, un chemin de développement personnel. Elles libèrent l’intuition, guident vers la confiance et aident à apaiser les peurs. Plus précisément, elles peuvent aider à exprimer ses désirs, à aller à sa propre rencontre et permettre de lever un blocage émotionnel, précurseur d’un problème thyroïdien. Par exemple, l’huile essentielle de sauge officinale active le chakra pharyngé, celui de la création, de l’expression. Cette huile essentielle est un véritable bâton de parole qui libère le verbe. La sauge n’est-elle pas la plante par excellence de la femme et de la procréation ? La thyroïde n’est-elle pas non plus appelée le troisième ovaire ? Ce n’est par un hasard si les problèmes d’infertilité s’accompagnent de problèmes de thyroïde. Dans cette démarche holistique, respirer une solution d’huile essentielle de sauge officinale diluée à 10 % aide à lever les éventuelles tensions énergétiques de la thyroïde ou de la sphère pharyngée.

Ma formule aroma : soutenir l’activité de la thyroïde

Indication : formule à visée stimulante pour relancer la sécrétion d’hormones thyroïdiennes

Ingrédients :

  • HECT de myrte vert (Myrtus communis CT cinéole) : 4 ml ou 80 gouttes
  • HE de giroflier (Eugenia caryophyllus) : 1 ml ou 20 gouttes
  • HV de noisette QSP 30 ml

Préparation : verser les deux huiles essentielles selon les quantités indiquées dans un flacon en verre teinté de 30 ml muni d’un compte-gouttes. Compléter le flacon avec l’huile végétale et agiter. 

Mode d’emploi : 5 gouttes en massage de la thyroïde 2 fois par jour. En cas d’hypothyroïdie plus ancienne, ajoutez 4 à 6 gouttes sous la langue, 2 fois par jour.

L’hyperthyroïdie : freiner l’emballement

À l’inverse de l’hypothyroïdie, l’hyperthyroïdie correspond à une suractivité de la thyroïde, qui s’accompagne d’une stimulation de l’ensemble des systèmes de l’organisme. L’étiologie est un peu floue. Il s’agit bien souvent d’un problème auto-immun (maladie de Basedow) dont l’origine est indéterminée (stress, hérédité, problème génétique…). En aromathérapie, dès les premiers signes d’augmentation des hormones thyroïdiennes, il est salvateur d’avoir recours à la myrrhe (Commiphora molmol).

À faire : Lorsque la glande s’emballe, appliquer l’HE sur la zone concernée (diluée dans une huile végétale de noyau d’abricot à 10 %, soit 20 gouttes dans un flacon de 10 ml). À pratiquer deux fois par jour au long cours. En cas d’hyperthyroïdie sévère, il est recommandé de prendre par voie sublinguale cette même dilution à 10 %, à raison de 8 gouttes sous la langue 2 fois par jour, au long cours.

Hypothyroïdie : le feu de la cannelle

Dès les premiers stades de l’hypothyroïdie ou dans les périodes de vie où les étapes sont dures à franchir, lorsqu’on est confronté à une grande force d’inertie, qui fait que rien ne se réalise, il peut être utile de se tourner vers l’activité énergétique et subtile des hydrolats. Par voie interne, l’hydrolat de cannelle de Ceylan apporte de la vie et de la chaleur, stimule le métabolisme et l’ensemble des systèmes de l’organisme y compris les glandes endocrines. Il redonne le tonus perdu, ramène l’élan pour passer à l’action et même allège l’organisme de quelques kilos superflus. Il sera utile en période de préménopause, où l’activité thyroïdienne peut se ralentir.

À faire : prendre une cuiller à soupe d’hydrolat de cannelle dans un peu d’eau tiède le matin à jeun pour réveiller l’ensemble des fonctions organiques. Faire la cure pendant 40 jours. Ce geste simple, qui se place sur le registre énergétique, peut accompagner tout autre traitement d’aromathérapie ou d’allopathie, qui agit sur la matière.

Protection : thyroïde et radioactivité

Les sujets les plus vulnérables à la radioactivité sont ceux présentant des troubles thyroïdiens, les enfants en pleine croissance, ainsi que les femmes enceintes. En aromathérapie, les huiles essentielles ne contiennent ni vitamines ni minéraux et donc a fortiori pas d’iode. À ce jour, nous ne connaissons pas d’huile essentielle ayant des propriétés radioprotectrices pour la thyroïde. Le seul moyen de se prémunir contre d’éventuelles substances radioactives dans l’atmosphère, comme cela pourrait être le cas suite aux problèmes de la centrale de Fukushima, est de saturer les récepteurs à l’iode, par des compléments alimentaires, notamment à base d’algues contenant la dose journalière recommandée. Les huiles essentielles peuvent toutefois être utiles en complément afin d’aider l’organisme à éliminer au maximum les toxiques. 

C’est le cas du romarin à verbénone, de la livèche ou du lédon du Groenland. Une goutte de chaque dans un peu de miel matin et soir, 5 jours sur 7, pendant la période à risque.


Ces conseils ne vous dispensent pas de consulter en premier lieu un médecin pour établir un diagnostic. Vous pouvez également vous faire accompagner par un thérapeute en médecine complémentaire. Pour en trouver un près de chez vous, rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com