Le bon rituel tisane

Exit la tisane à l’image un peu vieillotte… Les infusions ont désormais la cote : un rien branchées, elles se sirotent en toute saison et à toute heure, froides ou chaudes, et se lovent dans d’élégants emballages. Nous vous donnons ici quelques conseils pour en tirer le meilleur, tant pour la gourmandise que pour la santé.  


La bonne vieille tisane de nos grands-mères n’a qu’à bien se tenir. Une nouvelle génération d’infusions s’impose petit à petit dans les boutiques spécialisées. Présentées dans des emballages jouant la carte déco ou design, les plantes promettent de nouvelles sensations… Chez la Compagnie Royale des Indes Orientales, située dans le Marais, à Paris, on vous propose d’atteindre le « Nirvana », ou d’opter pour un mélange « Zen Sutra » ou « Chakra Booster ». Au Chic des Plantes, une « aromagicienne » réserve aux amateurs de délicieuses heures végétales baptisées « Ô Joie », « Fantasma », « L’Élixir »… S’adressant à une clientèle masculine, Herbal Drinkers Club joue de son côté la carte de « l’homme moderne » avec des « blends » baptisés « Le Champion », « Le Festif » ou « L’Irrésistible », nichés dans des boîtes anthracite design. Et chez Pukka, jolie marque distribuée en magasin bio, on vous invite à faire l’expérience de « L’Amour » grâce à une association de fleurs de rose, de lavande, de sureau et de réglisse !

Le point commun entre ces approches ? Le glamour et l’élégance comme antidotes à la « ringardisation » des plantes d’antan. Aux côtés de ces dernières, comme les classiques (camomille, fenouil, tilleul, réglisse, menthe, thym, etc.), des ingrédients inédits font souvent leur apparition : écorces de fruits, baies de goji, maté, curcuma, rooibos, spiruline... Le ton est donné : les plantes ne sont plus ennuyeuses et ternes, au mauvais goût, synonymes de froid, de grisaille, de maladie, à siroter emmitouflé dans un chandail épais, mais au contraire, elles véhiculent rêve, bien-être, gourmandise, y compris les jours d’été…

Une longue liste de propriétés

Les plantes comme synonyme de plaisir, certes, la tendance est réjouissante, mais le mieux reste encore d’y associer le côté thérapeutique. Les tisanes, rappelons-le, sont un moyen majeur de profiter des principes actifs des plantes extraits grâce à de l’eau chaude agissant comme un solvant. Anti-inflammatoire, analgésique, circulatoire, cholérétique, cholagogue, diurétique, sudorifique, hémostatique, hypotensive, antiseptique, digestive, laxative, sédative, vermifuge… La liste de leurs propriétés est longue, et dépend des propriétés intrinsèques de chaque plante, qui cumule souvent plusieurs bienfaits simultanément. L’herbaliste Christophe Bernard, collaborateur de Plantes & Santé, rappelle également sur son site Althea Provence que les infusions de plantes, à condition d’être filtrées grossièrement, sont également une source d’albumine, de protéines et de polysaccarides, des sucres complexes, nourrissant notre flore intestinale. Sans compter une quantité de minéraux directement assimilables par l’organisme…

Sous le terme tisane se déclinent deux formes préparatoires majeures. L’infusion à proprement parler, d’abord, qui consister à laisser des parties de plante, en particulier fragiles comme les fleurs, quelques minutes dans l’eau frémissante. Vient ensuite la décoction, consistant à laisser sur le feu dans une eau frémissante les parties les plus coriaces comme les racines, écorces, bois et feuilles dures. Dans l’art de la tisane, le choix de l’eau, de source de préférence, et des ustensiles – casserole émaillée ou en inox, cuillère en bois, tisanière en verre ou en porcelaine – est aussi important. Pratiques sous forme de sachets tout prêts à infuser, les tisanes ne donnent pourtant le meilleur thérapeutique d’elle-même que lorsque les plantes ont subi le moins de transformation possible, et sont utilisées au bon dosage… Choisissez de préférence des marques privilégiant des parties entières, coupées ou broyées mais pas pulvérisées, idéalement en vrac, tout en veillant au bon mode préparatoire, celui-ci étant crucial pour profiter pleinement de leurs bienfaits. Pour les dosages, comptez entre 25 et 50 g de plante sèche par litre d’eau, et de 50 à 100 g pour des plantes fraîches, ces dernières, moins concentrées en principes médicinaux, présentant néanmoins l’avantage d’un arôme intense non dénaturé. Les dosages dépendent bien sûr de la nature de la plante. Pour certaines, comme l’ortie, qui est « inoffensive », on pourra se montrer généreux tandis que pour d’autres, comme le millepertuis ou le thym, plus chargés en principes actifs puissants, on sera plus précis pour la quantité utilisée. Et n’hésitez pas, comme on le fait souvent machinalement, à presser votre sachet infusé ou le marc de la plante dans votre tisanière en fin d’infusion, vous en extrairez le maximum de liquide thérapeutique.

Enfin, n’oubliez pas d’opter pour le bio, dont le cahier des charges interdit, en plus des pesticides, l’ionisation. Cette pratique, autorisée dans l’Union européenne, est présentée comme un moyen de conservation et de décontamination ; elle consiste en l’irradiation d’aliments, y compris les herbes aromatiques séchées, au moyen de rayons gamma d’une source radioactive (rayons X, cobalt 60, césium 137 ou faisceaux d’électrons à très haute énergie). L’ionisation altère le goût et soulève des questions quant à l’impact sur la santé. Il serait dommage de se priver de la totalité des vertus des tisanes, à l’instar de celles que nous vous proposons ci-dessous, d’après le livre Secrets des plantes, de Michel Pierre et Michel Lis (éditions Artémis).

Infusion du matin, au parfum agréable, fraîche, stimulante et tonifiante

Versez une pincée de chaque plante pour une grande tasse d’eau bouillante, ajoutez-y un quart de citron puis laissez infuser pendant 10 minutes.

Infusion épicée à boire toute la journée, pour la forme, le dynamisme et la bonne humeur

  • Racines de gingembre
  • Écorces de cannelle
  • Feuilles de menthe
  • Feuilles de sarriette
  • Fruits de cardamome

Versez une pincée de chaque plante pour une grande tasse d’eau bouillante, puis laissez infuser pendant 10 minutes. En option, ajouter une tige d’angélique confite dans le mélange.

Infusion de l’après-midi et des journées cocooning, au parfum fleuri et délicat

  • Fleurs de jasmin
  • Fleurs de violette
  • Pétales d’oranger
  • Boutons de rose

Versez une pincée de chaque plante pour une grande tasse d’eau bouillante, puis laissez infuser pendant 10 minutes.

Infusion du soir « douce nuit » pour un sommeil réparateur

Versez une pincée de chaque plante pour une grande tasse d’eau bouillante, puis laissez infuser pendant 10 minutes.


Ces conseils ne vous dispensent pas de consulter en premier lieu un médecin pour établir un diagnostic. Vous pouvez également vous faire accompagner par un thérapeute en médecine complémentaire. Pour en trouver un près de chez vous, rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com