Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

L’ embarras du foie prévenir et guérir (2/4)

Doté de capacités exceptionnelles, le foie, organe le plus volumineux du corps, doit faire l’objet d’une attention particulière, tant en prévention qu’en cas de troubles hépatiques. Huiles essentielles, macérats ou décoctions, les plantes offrent un large spectre d’actions pour le soutenir.

cellules

Cellules : le don de régénération

Quotidiennement, les cellules hépatiques doivent faire face à des agressions : tabac, alcool, pesticides et médicaments qui abîment et détruisent les hépatocytes. Le danger peut aussi venir de certains virus, en cas d’hépatites ou de maladies génétiques comme l’hémochromatose. Mais le foie a un secret: une extraordinaire capacité à se régénérer. Un seul hépatocyte, cellule hépatique de base, peut se diviser à l’envi pour reformer un foie entier. Comme pour tous les organes, les cellules hépatiques ont une durée de vie limitée, même sans agression extérieure: elles se renouvellent naturellement tous les 300 à 500 jours environ. Certes, le foie peut se « débrouiller » seul pour se maintenir, mais un coup de Pissenlit pouce pour soutenir ses capacités de régénération sera tout de même le bienvenu. Aux changements de saison, faites une cure détox pour éliminer les toxines accumulées dans l’organisme. Pendant cette période, limitez la consommation de viande, de laitages, de graisses et optez pour une alimentation hypotoxique (suppression de l’alcool, du tabac, du café). Les repas doivent être agrémentés de salades sauvages (pissenlit au printemps, chicorée en hiver), dépuratives et riches en vitamines et minéraux. Complétez avec une tisane composée de plantes hépato drainantes comme la racine de pissenlit ou la feuille d’artichaut, auxquelles s’ajoutent d’autres dépuratifs en fonction des besoins de chacun : pensée sauvage pour la peau, mauve pour les intestins, frêne ou aubier de tilleul pour les reins.

En cas d’agression plus violente due à un traitement médicamenteux, un vaccin ou un changement hormonal (ménopause, accouchement), les plantes détoxifiantes ne sont plus suffisantes. Il faut alors se tourner vers celles qui vont protéger et relancer la régénération naturelle du foie en augmentant la division des hépatocytes sains. Historiquement, la plante la plus connue pour cette vertu est le charbon-Marie (Silybum marianum). Ce grand chardon, qui possède des feuilles épineuses et veinées de blanc, favorise la régénération du tissu hépatique et protège le foie des agents cancérogènes ou des poisons. Ses graines contiennent un principe actif, la silymarine, hépatoprotecteur puissant. On l’utilise aussi traditionnellement lors de la prise de médicaments reconnus pour entraîner des troubles hépatiques. Pour autant, son action n’altère pas leurs effets...

bénéfiques. Certains médecins estiment qu’on peut l’employer pendant une chimiothérapie afin de limiter son impact sur le foie. Notez enfin que la plante est reconnue par l’OMS comme étant efficace dans le cadre de la prise en charge des intoxications hépatiques et des hépatites.

Autre plante intéressante : le chrysanthellum (Chrysanthellum americanum). Également puissant hépatoprotecteur, il accélère la formation de nouveaux hépatocytes en cas d’agression. Les flavonoïdes et la chrysanthelline qu’il contient sont à l’origine de ses propriétés protectrices et régénérantes. Par ailleurs, il multiplie par cinq l’élimination de l’alcool, substance particulièrement délétère pour le foie. À noter que le desmodium pris en décoction possède des propriétés similaires. En complément de cette approche, l’alimentation a aussi son rôle à jouer. Privilégiez les protéines maigres nécessaires au travail de synthèse (blanc de dinde, pois chiche, lentille, tofu, seitan) et le pain aux céréales ou complet au levain riche en minéraux. Ajoutez des crucifères et des graines germées dans vos plats : ces dernières sont d’excellentes sources de vitamines, d’antioxydants et d’acides gras, indispensables au renouvellement cellulaire. Enfin, cuisinez à l’huile d’olive, amie de la sphère hépatobiliaire. Ces choix alimentaires sont importants car en cas de régime riche en graisses, en sucres à index glycémique élevé et en alcool, on s’expose à l’obésité et au diabète, deux pathologies fréquemment responsables de la stéatose hépatique (accumulation de graisses dans les cellules du foie). À ce stade, les cellules peuvent se régénérer, mais si le phénomène se poursuit, c’est la cirrhose assurée, pathologie irréversible. Les zones touchées deviennent alors non fonctionnelles. Pour limiter la stéatose et en soulager les conséquences, on peut employer le curcuma (Curcuma longa). Il favorise le drainage du foie, soulage l’inflammation et diminue la formation des dépôts graisseux.

Une cure régulière

Avant chaque repas et 3 semaines par mois :
• Prendre 2 gélules d’extrait sec de chardon-Marie (dosée à 70 mg de sylimarine) ou 7 g de semence de chardon-Marie en décoction.
• Prendre 5 gouttes de macérat glycériné de bourgeon de romarin (Rosmarinus officinalis).
Quand l’amélioration se fait ressentir (à confirmer si nécessaire par des analyses sanguines), les cures peuvent être espacées et complétées avec une tisane d’aubier de tilleul. 

Le boldo, un incontournable

Le boldo du Chili (Peumus boldus) est un petit arbre originaire d’Amérique du Sud. Son action sur la sphère hépatique est très complète. Il augmente le volume de bile (jusqu’à deux fois) et favorise son élimination. Il possède aussi une action anti-inflammatoire et antispasmodique qui le rend utile en cas d’inflammation de la vésicule biliaire, après le passage d’un calcul par exemple. C’est aussi un antioxydant efficace qui protège le foie contre les radicaux libres et limite la stéatose. L’arbre était déjà connu des Indiens de la région qui l’employaient comme épice, mais aussi comme plante médicinale de premier ordre pour les problèmes de foie, de digestion, de fatigue et d’infections urinaires.

MODE D’EMPLOI On utilise les feuilles séchées, préparées en infusion à raison de deux cuillères à café pour 250 ml d’eau bouillante. Laissez infuser 10 minutes et buvez 2 tasses par jour pendant 2 semaines.

La racine de la colère

Le buplèvre chinois (Bupleurum chinense) est appelé Chai Hu en médecine chinoise. Il est cité dès le Ier siècle avant J.-C. dans les textes taoïstes, connu pour harmoniser le yin et le yang qui renforce le foie, mais aussi la rate et l’estomac. La racine de cette plante est employée pour tous les troubles digestifs et hépatiques. Elle apaise le qi du foie en dispersant le déséquilibre énergétique. C’est le principal remède en cas d’atteintes hépatiques médicamenteuses, virales et toxiques (alcool). Rattaché à la colère, le foie est au centre des émotions fortes comme l’agressivité et l’irritabilité qui seront calmées par le buplèvre chinois, car c’est aussi le remède des émotions négatives comme le stress, l’anxiété, la contrariété et la frustration. Son action est très complète : en plus de son rôle hépatique, il limite le cholestérol sanguin, et donc la stéatose hépatique, et inhibe la multiplication du virus de l’hépatite B. 

Un cocktail d’huiles essentielles réparatrices

L’huile essentielle (HE) de carotte, extraite des graines de Daucus carota, est riche en sesquiterpénols (carotol) aux vertus drainantes et stimulantes. Associée à l’HE de citron (Citrus limonum), elle stimule le renouvellement des hépatocytes. Le romarin à verbénone (Rosmarinus officinalis sb. verbenone), stimulant et revitalisant, a en plus l’avantage d’être un excellent hépatoprotecteur et accroît la régénération du foie.

Ingrédients
• 20 gouttes d’HE de carotte
• 40 gouttes d’HE de citron
• 40 gouttes d’HE de romarin à verbénone.

Préparation et mode d’emploi

1. Versez les HE dans un flacon en verre teinté et mélangez.

2. Prenez une goutte de la synergie dans une cuillère à café d’huile d’olive ou de miel de romarin.

3. Renouvelez matin et soir en cure de 2 semaines. 

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité