Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

L’ embarras du foie prévenir et guérir (3/4)

Doté de capacités exceptionnelles, le foie, organe le plus volumineux du corps, doit faire l’objet d’une attention particulière, tant en prévention qu’en cas de troubles hépatiques. Huiles essentielles, macérats ou décoctions, les plantes offrent un large spectre d’actions pour le soutenir.

Fumeterre (Fumaria officinalis)

Fonction de la bile

La bile, liquide jaune-verdâtre, intervient dans la digestion des lipides et l’absorption des vitamines liposolubles. C’est une voie d’élimination de certains déchets. Sécrétée par les hépatocytes, elle est stockée dans la vésicule biliaire et déversée dans l’intestin selon les besoins. Le foie et la vésicule biliaire travaillent de concert. Une alimentation déséquilibrée et une mauvaise hygiène de vie peuvent dégrader sa qualité. Elle s’épaissit alors et finit par stagner dans une vésicule engorgée. Cette boue vésiculaire peut former des calculs, souvent découverts fortuitement lors d’une échographie. Dans certains cas, un calcul vient bloquer transitoirement l’évacuation de la bile, provoquant une colique hépatique. Si l’obstruction persiste, la situation peut évoluer vers une inflammation de la vésicule, une atteinte du foie et du pancréas. Si les calculs sont parfois éliminés naturellement, il y a fort à parier que d’autres suivront...

La lithiase biliaire est un signe de dysfonctionnement global du foie et de la vésicule biliaire. Pour l’éviter, on associe les plantes cholérétiques, qui favorisent la production d’une bile de qualité, aux plantes cholagogues, qui en assurent l’évacuation. La fumeterre (Fumaria officinalis) est utile en...

cas d’engorgement du foie et de la vésicule biliaire. Elle est dite amphocholérétique car elle est capable d’augmenter et de diminuer la sécrétion de bile, s’adaptant ainsi aux besoins. Notons aussi son action spasmolytique sur le sphincter d’Oddi (passage de la bile vers l’intestin grêle) et cholagogue, favorisant ainsi un bon écoulement biliaire. Autre ami de la sphère hépatobiliaire : le romarin (Rosmarinus officinalis). Cholagogue et cholérétique, il est recommandé en cas d’insuffisance biliaire. Il est aussi un bon hépatoprotecteur. On lui associe la racine de pissenlit qui facilite le désengorgement et le drainage des déchets. Toutes ces plantes se préparent en infusion.

D’autres plantes ont la capacité de réduire la taille des calculs, voire d’éviter leur formation. La racine de bugrane (Ononis spinosa), par exemple, est employée dans les cas de lithiases rénales ou hépatiques. Une cure de jus de pomme complétera le traitement. En cas d’obstruction complète ou de douleurs, les plantes citées ne doivent toutefois pas être employées. Si une douleur apparaît en cours de traitement, celui-ci doit être interrompu.

Que penser de la cure de Clark ?

Une cure est particulièrement à la mode actuellement, celle du docteur Clark, qui permettrait d’éliminer les calculs de la vésicule biliaire par l’action de plusieurs produits : sulfate de magnésium, huile d’olive, jus de citron, teintures de noyer et d’absinthe... À la fin de ce traitement, de gros calculs verdâtres, parfois gros de 2 à 3 centimètres, sont éliminés. Le résultat est certes impressionnant, mais il n’est pas vraiment compatible avec la physiologie des voies biliaires. En effet, le canal cystique, qui permet à la bile d’être excrétée, ne mesure que... 2 millimètres de diamètre. Sans méjuger de l’action globale de cette cure, il semblerait toutefois que les éléments éliminés sont formés par la précipitation de l’huile d’olive avec les sels biliaires et le sulfate de magnésium.

Une infusion équilibrante

Cette infusion va relancer le fonctionnement hépatobiliaire en douceur, par exemple quand la vésicule biliaire est surchargée après un repas riche en graisses et en calories. À faire en parallèle d’une révision de son alimentation et de son hygiène de vie.

Ingrédients
• 50 g de sommités fleuries de fumeterre
• 30 g de feuilles de romarin
• 20 g de feuilles de boldo
• miel de romarin.

Préparation
1. Mélangez les plantes dans un bocal.

2. Pesez 4 g du mélange et placez-le dans 20 cl d’eau froide.

3. Dès les premiers frémissements, éteignez le feu et couvrez pendant 10 minutes.

4. Filtrez et versez dans une tasse. Sucrez au miel de romarin.

5. Buvez 1 tasse avant les repas midi et soir, 10 jours par mois, en cure de 3 mois. 

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité