• Phytothérapie : L’huile de Haarlem, un remède sulfureux

L’huile de Haarlem, un remède sulfureux

L’huile de Haarlem est née il y a quatre siècles dans une petite ville de Hollande. Élaborée à base de soufre, elle impose ses propriétés thérapeutiques contre de nombreux maux, des maladies infectieuses aux maladies respiratoires. Elle fait l’objet de nombreuses copies.


Inventée en 1596, l’huile de Haarlem fut pendant plusieurs siècles un des remèdes favoris des médecins. Sa particularité ? Il s’agit de la première transformation selon le principe de l’hémisynthèse, d’un produit naturel, le souffre. Cette petite révolution de la fin du XVIe siècle est le fruit du travail d’une école d’alchimistes basée à Haarlem, aux Pays-Bas. Les savants de cette époque, qui consacraient leur vie à purifier des métaux dans leurs laboratoires, avaient alors réussi l’impensable, greffer du soufre sur des terpènes de conifère. Par la même occasion, ils donnaient une meilleure réputation à ce métal considéré comme toxique. Avec cette découverte, naissait un remède dont les propriétés sont encore reconnues aujourd’hui. Sa formule est composée de trois corps simples : 16 % de soufre, 80 % de térébenthine du pin et 4 % d’huile de lin.

 

L’un de ces alchimistes, Claes Tilly, qui s’attribua alors la paternité du Medicamen­tum Gratia Probatum, ou huile de Haarlem, le préconise pour soigner les maladies de rein et de vessie, autrement dit, les calculs rénaux et biliaires. Pour diffuser le remède, il se fait aider par un éminent médecin et botaniste de l’époque, le professeur Hermann Boerrhaaven. Et pendant deux cents ans, la famille Tilly conserve le secret de fabrication. Le remède sera vendu jusqu’en 1985 dans toutes les officines. En flacon, pour un usage externe, en capsule, sans odeur, et en suppositoires dosés pour les adultes et les enfants, en prévention et en traitement curatif.

 

Son succès inspire de nombreux contrefacteurs qui réalisent des copies de très médiocre qualité, galvaudant ainsi la marque. La réputation de l’huile de Haarlem s’émousse rapidement au point que le remède tombe dans l’oubli. Mais, convaincu de son intérêt thérapeutique, un pharmacien français, Léon Thomas, achète le procédé de fabrication en 1923. Aujourd’hui, l’huile de Haarlem est toujours fabriquée selon ce même principe par son petit-fils, le Dr Van Der Gucht-Lefevre.
 

En 1983, ce dernier fait même réaliser des études qui confirment la biodisponibilité du soufre non oxydé contenu dans l’huile de Haarlem. Mais, le remède est confronté à une nouvelle réglementation et il y a quinze ans, il perd son visa lui permettant d’être vendu en pharmacie. Pourtant, d’autres investigations au cours des années 1990 ont permis de mieux comprendre l’efficacité du soufre comme anti-infectieux sur les voies urinaires, biliaires, et également bronchiques – contre les bronchiolites des tout-petits –, son rôle dans la composition des cartilages, son action sur les rhumatismes et l’arthrose. Mais ce n’est pas suffisant pour les autorités de santé. En attendant d’obtenir la réhabilitation de son remède, le Dr Lefevre commercialise l’huile de Haarlem comme complément alimentaire, par correspondance en France et dans quinze pays, dont la Suède et jusqu’en Australie.

Huile de Haarlem
La Vie Naturelle
Les portes d'Antigone - Bat. B
71 place Vauban
34000 Montpellier
Tél. : 0 800 404 600
Site : www.la-vie-naturelle.com