Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Le bicarbonate de soude : bon à l'intérieur comme à l'extérieur

Bicarbonate de soude

Le bicarbonate de sodium (fréquemment appelé bicarbonate de soude) est fabriqué industriellement depuis la fin du XIXe siècle. Cependant, après la Seconde Guerre mondiale, il a déserté les placards des Français au profit d'autres produits ménagers, pourtant plus chimiques et coûteux. À la fois 100 % minérale et biodégradable, cette fine poudre se refait aujourd'hui une réputation, et pas seulement pour nettoyer la maison.

Pourquoi emporter une boîte de bicarbonate de sodium dans sa valise pour un week-end seulement ? « Parce ce que je m’en sers comme déodorant, comme dentifrice, pour les lendemains de fête difficiles et éventuellement comme détachant », me répond mon amie Caroline du tac au tac. Ce qui paraît être une évidence pour elle sonne à mes oreilles comme un anachronisme. Je revois ma grand-mère faire tremper son argenterie dans un mélange d’eau bouillante, de bicarbonate et de boules de papier d’aluminium, et s’extasier devant la brillance du résultat. J’avais également appris, plus jeune, que ce composé était utilisé dans l’Antiquité pour embaumer les morts. Rien de bien glamour ! En réalité, les Égyptiens employaient du natron, un mélange naturel que l’on trouve encore aujourd’hui dans certains gisements en Afrique et en Amérique du Nord.

Le bicarbonate de sodium commercialisé en France de nos jours résulte, quant à lui, d’une transformation chimique. Une réaction entre le chlorure de sodium (du sel) et la craie produit du carbonate de sodium, qui est ensuite changé en bicarbonate par un autre procédé. Ce dernier, découvert en 1846 en Nouvelle-­Angleterre par un fermier, John Dwight, et son beau-frère, le docteur Austin Church, a été développé en 1863 par le chimiste belge Ernest Solvay avant d’être importé en France.

À prendre avec des pincettes

« Attention à ne pas confondre le bicarbonate et le carbonate de sodium – ce dernier, très irritant, est uniquement employé dans l’industrie pour la fabrication de lessive, de détergent, de verre et d’émail, rappelle Caroline. Le bicarbonate de sodium, qui se présente sous la forme d’une poudre blanche, est plus raffiné et bien moins abrasif. » Miscible dans l’eau ou les solutions acides (mais pas dans l’alcool), le bicarbonate de sodium permet en effet aussi bien de décrasser l’argenterie et les casseroles dans la cuisine que d’éliminer les traces de calcaire sur la robinetterie (mais pas sur de l’aluminium).

En cosmétique, il peut également servir, à petites doses, dans de nombreuses préparations. Dans un gommage pour le visage ou le corps, on l’associera avec une huile végétale (type amande douce bio) pour éviter les irritations. En déodorant, Caroline l’utilise pur, mais elle nous conseille toutefois de le tamponner sous les aisselles plutôt que de le frotter, et de ne pas l’appliquer directement après un rasage ou une épilation au risque de brûlures passagères.

 

Recette de mère Nature : un déodorant pour peaux sensibles

En alternative au bicarbonate de sodium pur, qui n’est pas supporté par les aisselles de tout le monde, voici une...

recette de déodorant solide (crémeux, en fait) et plus doux. Les femmes enceintes ou allaitantes n’y ajouteront pas d’huiles essentielles.

  1. Faites fondre au bain-marie deux ­cuillères à soupe d’huile de coco avec une ­cuillère à café de beurre de karité et une ­cuillère à café d’huile végétale d’amande douce.
  2. Toujours sur le feu, ajoutez en fouettant deux cuillères à soupe rases de bicarbonate et la même quantité de fécule de maïs.
  3. ­Complétez par 10 gouttes d’huile essentielle bio de palmarosa ou de sauge sclarée, les deux étant réputées pour lutter contre les ­mauvaises odeurs. Si vous n’aimez pas ces senteurs, vous pouvez opter pour de l’huile essentielle de lavande vraie ou de petit grain ­bigarade, ou encore de cèdre de l’Atlas – sans oublier deux gouttes d’HE de ­benjoin pour une fragrance ­légèrement boisée-­vanillée.
  4. Faites ensuite couler le mélange chaud dans un pot en verre de 50 ml et figez la ­préparation dix minutes au congélateur pour qu’elle ne se déphase pas (c’est-à-dire afin que le ­bicarbonate de sodium ne tombe pas au fond du pot).
  5. Conservez le ­déodorant dans son contenant fermé deux mois au ­réfrigérateur ou trois semaines à ­température ambiante.
  6. ­Appliquez avec les doigts sous les aisselles.

Conseils : Pour une version encore plus solide (à couler dans un contenant spécifique pour déodorant fait maison ou dans un moule en silicone), suivez la même recette, mais ne mettez qu’une seule ­cuillère à soupe d’huile de coco et ­ajoutez au mélange 2 ­cuillères à soupe de cire d’abeille jaune ou blanche. Cette formule s’applique comme avec un stick classique.

 

Un excellent produit de complément

À l’instar du vinaigre de cidre, le bicarbonate de sodium peut être employé en complément dans des produits ménagers faits maison. En cuisine, associé à des substances acidifiantes (par exemple du lait, du miel…), il crée du dioxyde de carbone. Ainsi, une pincée de bicarbonate peut faire gonfler la pâte d’un gâteau à la place de la levure, alléger un écrasé de pommes de terre, stabiliser l’acidité d’un coulis de tomate ou contribuer à monter plus rapidement des œufs en neige.

En outre, le bicarbonate de sodium possède des vertus thérapeutiques, notamment anti-inflammatoires. Le naturopathe Loïc Ternisien le conçoit comme un excellent remède à prendre avec discernement. « Il ne s’agit pas d’une solution de fond, mais le bicarbonate de sodium peut soulager des brûlures d’estomac occasionnelles, rééquilibrer le pH d’une peau lors d’une poussée acnéique ou bien encore, grâce à ses propriétés antifongiques, être utilisé en bains de bouche ou de pieds. À la maison, je m’en sers également en dentifrice selon une recette bien précise pour favoriser l’élimination de tartre, mais j’alterne avec d’autres pâtes pour ne pas risquer d’abîmer l’émail de mes dents. »

Recette de mère Nature : le dentifrice antitartre de Loïc Ternisien

Les dentifrices industriels contiennent de nombreux ingrédients dangereux pour la santé, comme le dioxyde de titane (E171), le fluorure ou encore le propylène glycol. D’où l’intérêt de fabriquer sa propre pâte. Voici la formule de notre naturopathe :

  1. Mélangez deux cuillères à soupe d’­argile blanche à une cuillère à café rase de bicarbonate de sodium alimentaire.
  2. Ajoutez de l’aloe vera en gel jusqu’à obtenir une texture assez homogène et ferme.
  3. Additionnez 5 gouttes de vitamine E ou d’extrait de pépin de pamplemousse.
  4. Enfin, ­complétez par 2 gouttes d’huile essentielle bio de menthe ­poivrée et 2 autres de ­giroflier.
  5. Conservez trois semaines dans un petit pot en verre fermé à température ambiante ou cinq semaines au ­réfrigérateur.

Conseils : alterner ­régulièrement (toutes les trois semaines environ) ce dentifrice antitartre avec cette autre formule, plus douce et ­légèrement ­blanchissante : 2 cuillères à soupe d’huile de coco (en vente sous forme solide, à faire fondre sous un robinet d’eau chaude), mélangées à 2 gouttes d’huile essentielle bio de zeste de citron.

Plus d'infos : https://loicternisien.com

Des utilisations multiples, même en petite quantité

Le bicarbonate de sodium est écologique et économique, car il est biodégradable et efficace même en petite quantité. Sa validité se teste à la mousse qu’il produit quand on laisse tomber dessus une goutte de citron ou de vinaigre. Pour ne pas altérer ses qualités, il convient de le conserver dans son emballage d’origine, au sec et dans le noir. Si vous souhaitez en transporter dans vos bagages, vous pouvez en mettre dans un contenant opaque et hermétique, en plastique alimentaire si possible. Cela évitera que l’ensemble de vos vêtements ne blanchisse si l’emballage se perce… Une personne avertie en vaut deux !

Alimentaire ou ménager ?

La différence entre le bicarbonate de sodium alimentaire et le ménager (ou technique) est floue : il s’agirait d’une question de pureté. Mais comment cette substance est-elle nettoyée ? Cela reste un mystère… Par mesure de sécurité, on préférera la version dite « alimentaire » : elle a subi davantage de tests et est disponible en grande surface. Ce bicarbonate est aussi plus fin, facilement soluble, et se prête à tous les usages.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité