• Sauge

La sauge : propriétés et recettes

Appréciée depuis l’Antiquité, la sauge est parée de tant de vertus qu’on a même fini par dire qu’elle pouvait rendre immortel. Il n’en reste pas moins que ses feuilles aromatiques sont efficaces pour de nombreux problèmes de santé.


La réputation de la sauge n’est plus à faire. Ce n’est pas pour rien que son nom – salvia – signifie en latin la plante qui sauve la vie ! Les anciens Égyptiens connaissaient ses effets sur le système hormonal des femmes. On la retrouve quel­ques siècles plus tard en Grèce où Diosco­ride la conseille pour les maux féminins mais aussi pour traiter les infections des muqueuses. Au début du IXe siècle, Charle­magne impose sa culture. Et c’est tout naturellement qu’elle se retrouve dans de nombreuses préparations : eau d’arquebuse, eau céleste, eau impériale. La sauge était si appréciée des Chinois qu’au début du XVIIe siècle ils échangeaient avec des marchands hollandais une caisse de feuilles de thé contre trois de feuilles de sauge. À la même époque, elle entre dans la composition du « vinaigre des quatre voleurs » censé protéger de la peste. Louis XIV, qui vécut jusqu’à un âge canonique pour son époque, buvait chaque matin une décoction de sauge. Au XVIIIe siècle, les vertus de la sauge sont mises à profit par les asthmatiques, ses feuilles sont fumées, comme du tabac, pour soulager les crises ! Père de l’hydrothérapie moderne, l’abbé Kneipp (1821-1897) apprécie aussi la sauge et fait cette recommandation : « Aucun propriétaire de jardin n’oubliera, en le cultivant, d’y planter un pied de sauge… » Et fait ainsi écho au dicton provençal « Qui a de la sauge dans son jardin n’a pas besoin de médecin. »

La sauge, une plante de rituels

La sauge est associée à de nombreux rites. Les Romains la cueillaient à la main, vêtus de toges immaculées, les pieds nus. Chez les Celtes, les druides la cueillaient aussi à main nue, ou avec une serpette en or, jamais avec un outil  en métal ferreux. Traditionnellement, elle est employée lors des rituels de purification. La sauge des devins, Salvia divinorum, aux vertus hallucinogènes, était utilisée par les chamans mexicains

Tonique, digestive, dépurative, et antiseptique

La sauge résout les désordres de la ménopause. Riche en œstrogènes (hormones féminines), elle soulage en agissant sur les glandes sudoripares, elle atténue la formation des bouffées de chaleur et suées nocturnes.

Elle aide à préparer l’accouchement mais pendant la grossesse, on se limitera à une utilisation culinaire. La sauge est déconseillée aux femmes qui allaitent puisqu’elle est lactifuge (antilaiteuse).
Excellent désinfectant, elle soigne les rhumes (l’infusion de trois feuilles de sauge dans un verre de lait miellé a la réputation de stopper le rhume à ses débuts). Faire des gargarismes en cas de maux de gorges. Elle facilite la digestion en augmentant la sécrétion de bile.

Très riche en antioxydants, la tonifiante sauge stimule aussi la mémoire.

Le tour de main de l’herboriste

• Lotion fortifiante pour les cheveux

Faites macérer 100 g de feuilles de sauge séchées dans 1 l de vodka ou de rhum, pendant 10 jours.
Massez le cuir chevelu avec cette lotion assainissante qui stimule la croissance des cheveux.

• Bain de sauge

Jetez 250 g de feuilles ou de tiges fleuries de sauge officinale ou sclarée dans deux litres d’eau bouillante.
Laissez reprendre l’ébullition, couvrez et retirez du feu.
Laissez infuser 15 minutes, filtrez et versez dans l’eau de votre bain.

Tonifiant, soulageant les rhumatismes et traitant les problèmes de transpiration, le bain de sauge posséderait aussi quelques vertus coquines…

• Antitranspirant

Quelques feuilles (fraîches ou sèches) posées dans les chaussures sont fort utiles pour les pieds souffrant de forte transpiration.

• Lotion pour les peaux grasses

L’infusion (une grosse poignée pour 250 ml d’eau, à infuser un quart d’heure) assainit les peaux grasses.

• Désinfectant

On peut brûler des feuilles sèches de sauge officinale, ou mieux de sauge blanche (Salvia apiana), encore plus parfumée, pour assainir l’atmosphère d’une pièce.

 

Côté cuisine : des plats plus digestes

Les jeunes feuilles de sauge fraîche seront utilisées, hachées sur les salades ou les légumes vapeur. On peut aussi en faire des beignets, ou les cristalliser au sucre. Quant à la sauge ananas (Salvia elegans), vous pouvez la parsemer sur tous les desserts de fruits.

Les feuilles sèches, à l’arôme plus marqué que les fraîches, s’utilisent dans les farces, les pâtes à pain. Elles aromatisent les huiles, les vinaigres ainsi que le vin. Ajoutez quelques feuilles dans tous les plats riches, car elle en facilite la digestion. Riche en vitamine K, la sauge sera utilisée parcimonieusement en cuisine par les personnes sous traitement anticoagulant.