• On recommande fortement la bruyère à tous ceux dont l’alimentation trop riche ou trop carnée encombre l’organisme de déchets.

La bruyère commune

Associée à des paysages brumeux et désertiques de landes, la bruyère pousse facilement dans les jardins. La décoction de ses fleurs est diurétique et donc très efficace en cas de rhumatisme et de goutte.


Pour les anciens Celtes, la bruyère était considérée comme une plante magique favorable. Grande plante des reins, ses vertus pour casser la pierre, c'est-à-dire résorber les calculs rénaux, sont connus depuis plusieurs siècles : au XVIe, le docteur Matthioli (1501-1577) affirmait avoir connu des personnes s'étant soignées uniquement avec des tisanes de bruyère. Le docteur Cazin (1836-1891), médecin de campagne et phytothérapeute, prescrivait avec profit cette plante dans les cas de cystite, gravelle et albuminurie. Au début du XXè siècle, le docteur Henri Leclerc remit cette plante à l'honneur pour soigner quelques pathologies bien spécifiques des voies urinaires

Antiseptique urinaire léger, anti-inflammatoire et diurétique, on la préconise aujourd'hui en cas d’inflammation des reins et de la vessie, de cystite aiguë ou chronique. Grande nettoyante des reins (Calluna vulgaris, vient du grec kallune, qui signifie nettoyer ou brosser, les rameaux de bruyère étaient autrefois également utilisés pour fabriquer les balais), elle aide à éliminer de l’organisme les résidus nocifs tels que l’urée, l’acide urique et l’acide oxalique. On la recommande fortement à tous ceux dont l’alimentation trop riche ou trop carnée encombre l’organisme de déchets. Mais d’autre part, cette petite plante gourmande de vie, peut stimuler l’appétit. La bruyère est un remède particulièrement efficace en cas de cystite chez les prostatiques, elle exerce aussi une action sédative sur le ténesme (sensation de tension douloureuse de la vessie) qui accompagne les émissions d’urine. 

Herboristerie pratique

  • Vin médicinal contre la cystite chronique

A condition qu’il n’y ait pas d’état inflammatoire des reins, faire macérer pendant une dizaine de jours 15 g de baies de genévrier bien mûres concassées, 15 g de bruyère et 15 g d’aspérule dans 1 litre de vin rouge. Boire 1 à 2 verres par jour.

  • Infusion de Bruyère (ou mélange avec cassis et reine-des-prés)

Plonger 1 cuillère à soupe de sommités fleuries de bruyère dans une tasse d’eau bouillante. Laisser infuser pendant 5 minutes. Sucrer au miel si nécessaire. Boire 3 à 4 tasses par jour entre les repas.

  • Bain anti-douleur

Plonger 3 poignées de bruyère et 1 poignée de romarain dans 3 litres d'eau froide et amenez à ébulition. Laissez bouillir 2 minutes puis laissez infuser jusqu'à refroidissement. Versez dans l'eau dans petit bain. Barbotez 20 minutes.
Ce bain détend les muscles endoloris, atténue courbatures et fatigue, soulage les douleurs rhumatismales. Renouvelez chaque fois que nécessaire.


Ces conseils ne vous dispensent pas de consulter un médecin, vous pouvez aussi consulter un thérapeute des médecines alternatives. Pour en trouver un près de chez vous, rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com

Pour accéder directement à une liste de naturopathes dans les plus grandes villes, cliquez sur un des liens ci-dessous.