• Aromathérapie : prévenir et traiter les calculs

Pas d’erreur : ce sont des calculs !

Les lithiases rénales, encore appelées calculs, sont des cristaux de sels minéraux et d’acides qui se forment dans les reins. Souvent récidivante, cette affection dont on ne connaît pas vraiment la cause répond très bien à la prévention.

 

L’eau, élément essentiel

Si vous êtes sujet aux calculs rénaux, la première chose à faire est de boire beaucoup afin d’augmenter le volume des urines et de limiter la précipitation des sels minéraux. Le meilleur témoin d’une hydratation suffisante est la coloration des urines : elles doivent être jaune pâle, presque incolore. 

 

Faites des cures

L’aubier de  tilleul soutient le fonctionnement de tous les émonctoires, dont les reins.

  • Faire bouillir 1 litre d’eau avec 40 g d’aubier jusqu’à réduction d’un tiers.
  • Boire le matin à jeun et entre les repas.

 

Limonade maison

Le citrate est un acide organique qui participe activement à la prévention des lithiases : il inhibe la formation et l’agrégation des cristaux d’oxalate de calcium. On le trouve en quantité importante dans le citron et l’orange qui peuvent être consommés quotidiennement en prévention.

 

Préparation :

  • 1 litre d’eau peu minéralisée type Mont Roucous
  • 2 citrons bio lavés
  • 150 g de sucre complet
  • 2 cuillères à soupe de riz cru.
  1. Versez l’eau et le sucre dans un pot en grès ou en terre cuite.
  2. Ajoutez les citrons coupés en rondelles et le riz. Remuez.
  3. Couvrez et laissez macérer 3  jours en remuant tous les jours.
  4. Filtrez et versez dans une bouteille en verre. Bouchez puis laissez reposer 4 jours au réfrigérateur.
  5. Buvez un verre le matin.

 

Infusion diurétique

Cette infusion augmente la consommation d’eau tout en apportant les substances bénéfiques issues des plantes. Le chiendent et le maïs sont réputés pour leur efficacité dans les affections du rein. On leur ajoute la prêle, qui facilite l’évacuation des déchets par les reins et équilibre la balance minérale, et le cassis, anti-inflammatoire.

 

Préparation :

  • 20 g de feuille de cassis
  • 20 g de tige stérile de prêle des champs
  • 30 g de rhizome de chiendent
  • 30 g de stigmate de maïs
  • sucre de canne.
  1. Mélangez les plantes dans un bocal.
  2. Utilisez 3 g du mélange pour 25 cl d’eau froide.
  3.  Au premier bouillon, éteignez le feu, couvrez et infusez 10 minutes.
  4. Filtrez et sucrez.
  5. Buvez 2 tasses par jour en cure de 21 jours.

 

Soulagez vos reins

Le rein est un organe émonctoriel : il participe à l’évacuation des déchets cristalloïdaux. La présence de calculs rénaux témoigne d’une saturation de l’émonctoire rénal qui n’arrive plus à remplir son rôle. Il faut alors le laisser au repos et dévier les toxines vers un autre émonctoire à cristaux : c’est la dérivation émonctorielle. 

 

Bain hyperthermique

Les glandes sudoripares sont un efficace émonctoire à cristaux : afin de faciliter l’élimination des déchets cristalloïdaux, on prendra un bain bien chaud pour favoriser la transpiration et donc le drainage des toxines. En parallèle, veillez à boire abondamment.

 

Préparation :

  • gant de crin
  • peignoir de bain
  • couverture.
  1. Prenez une douche en vous frictionnant au gant de crin, des extrémités vers le cœur.
  2. Sortez de la baignoire et faites couler la moitié d’un bain à température normale.
  3. Allongez-vous dans la baignoire puis augmentez progressivement la température de l’eau jusqu’à transpirer.
  4. Restez ainsi pendant 10 minutes.
  5. Ouvrez le bouchon d’évacuation de l’eau et restez assis 2 minutes dans la baignoire.
  6. Sortez de la baignoire, enfilez un peignoir et allongez-vous dans votre lit sous une couverture pendant 15 minutes pour continuer à transpirer.
  7. Levez-vous doucement et rincez-vous à l’eau tiède.

Précaution : Le bain hyperthermique est contre-indiqué en cas de troubles cardiovasculaires ou de fièvre très élevée.

 

Infusion sudorifique

Certaines plantes ont une action bénéfique dans le drainage des toxines tout en protégeant les organes d’élimination afin qu’ils ne soient pas lésés par le passage des déchets. Tel est le cas de la bourrache et du sureau : ils favorisent la sudation et ont une action à la fois sur les reins et sur la peau.

Préparation :

  • 20 g de fleur de bourrache
  • 20 g de fleur de sureau
  • sucre de canne complet.
  1. Mélangez les plantes dans un bocal.
  2. Versez 3 g du mélange dans 25 cl d’eau froide.
  3. Au premier bouillon, éteignez, couvrez et infusez 10 minutes.
  4. Filtrez et sucrez.
  5. Buvez 3  tasses par jour pendant 5  jours avant de pratiquer le bain hyperthermique.

 

Calculez votre alimentation !

L’alimentation joue un rôle majeur dans la formation des lithiases : revoir ses habitudes alimentaires est donc primordial. La naturopathie considère les calculs comme le résultat du processus de désacidification de l’organisme. Celui-ci libère des éléments alcalins pour contrer l’acidité ambiante et rééquilibrer le pH : c’est l’effet tampon. Mais lorsqu’il est surchargé, il n’arrive plus à éliminer correctement les microcristaux qui peuvent s’agréger et former des concrétions dans le rein. Celles-ci restent bloquées dans les voies urinaires et sont alors responsables de douleurs et d’infection. Il faut donc limiter les apports en aliments acidifiants : éviter les excès de protéines animales (viandes, volailles et œufs) et de sucres rapides (sucre  blanc, bonbons, gâteaux industriels et boissons sucrées de type soda). Le sel doit être consommé avec modération.

En cas de lithiases d’oxalate de calcium, les plus fréquentes, privilégier les sources de calcium végétal (lentille, persil, haricot vert) sans excès de produits laitiers. Les aliments riches en acide oxalique doivent être consommés avec parcimonie : épinard, cresson, oseille, chocolat. En cas de lithiases d’acide urique, éviter le gibier, les abats, les viandes séchées ou fumées, les fruits de mer et les asperges.

 

 

À lire

• « Conseils naturels de mon médecin de famille », par le Dr Luc Bodin. Sous forme de bloc-notes, de nombreux remèdes faciles à mettre en œuvre. Éd. Jouvence, 8,50 €.