Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

L’estomac dans tous ses états

Certaines huiles essentielles à visée digestive stimulent les sécrétions des sucs enzymatiques, de la salive aux enzymes pancréatiques ou hépatiques.

L’estomac, premier réceptacle du bol alimentaire, est soumis à de multiples attaques. Une mauvaise hygiène alimentaire, le manque de mastication, mais aussi le stress, jusqu’à l’excès d’acide peuvent venir déstabiliser son fonctionnement. Si les plantes aromatiques naturellement présentes dans l’alimentation soutiennent physiologiquement la fonction stomacale, elles peuvent aussi la rétablir lorsqu’elles sont utilisées en cures d’huiles essentielles.

L’estomac malaxe et digère les aliments par un brassage mécanique, mais aussi par une attaque chimique. C’est ainsi que débute la digestion. Le bon déroulement de cette étape est important pour que la phase intestinale et l’assimilation se passent bien. D’ailleurs, digérer est bien souvent un moment où l’on éprouve un sentiment de fatigue. Tout simplement parce que cette phase postprandiale a un coût énergétique très important pour l’organisme.

Faciliter et soutenir cette fonction vitale est non seulement un moyen de se sentir plus léger et tonique après les repas, mais également une aide pour épargner les réserves énergétiques de l’organisme, ce qui optimise d’autres fonctions essentielles comme la circulation, l’immunité, la thermorégulation... Pour cela, quelques conseils sont bons à rappeler : mastiquer si possible trente fois chaque bouchée, éviter les aliments glacés, éviter les sucres rapides et les graisses animales qui sollicitent beaucoup le foie et le pancréas, le lait de vache et ses dérivés qui rendent poreuse la paroi de l’intestin, les fruits en fin de repas qui stoppent les sécrétions des sucs digestifs. Il est bien sûr préférable d’être également raisonnable quant aux quantités ingérées.

Certaines huiles essentielles à visée digestive stimulent les sécrétions des sucs enzymatiques, de la salive aux enzymes pancréatiques ou hépatiques. Prises par voie sublinguale, avant un repas qui s’annonce copieux ou riche, deux petites gouttes sous la langue de la formule conseillée sont un réflexe santé qui peut changer le déroulement de la suite de la journée. En cas de douleurs stomacales ou abdominales, la présence d’HE d’anis vert et de menthe poivrée apporte de puissants effets spasmolytiques, en plus de favoriser la digestion, ce qui permet d’éviter (ou de calmer) les contractions des muscles digestifs.

Digérer le subtil

D’un point de vue énergétique, et aussi selon les principes de la médecine traditionnelle chinoise, l’estomac est relié à l’élément terre. Il a pour fonction de transformer l’énergie impure de la terre (qui vient des aliments) en énergie pure directement assimilable par l’organisme. Sur le plan subtil, l’estomac s’alimente aussi d’une nourriture psychique, particulièrement celle reliée aux contraintes matérielles. Problèmes d’argent, de gestion de son temps, soucis de moyens de transport, stress professionnel ou scolaire... sont aussi prédigérés par l’estomac. Ainsi, une hyperacidité traduira une rumination excessive, un ressassement tournant à l’obsession, et un trop-plein d’activités. C’est le signal d’alarme avant des complications plus graves qu’il est important d’écouter. L’HE de basilic exotique, outre ses propriétés eupeptiques (qui soutiennent les fonctions digestives) et antispasmodiques (qui préviennent ou soulagent les douleurs épigastriques et même intestinales), a un retentissement évident sur le corps mais aussi sur l’esprit. Elle est vivifiante et tonifiante sur le plan physique, sans être excitante, elle soutient toutes les fonctions vitales. Sur le plan subtil, elle augmente le niveau vibratoire du corps et élève la conscience pour lui permettre de se détacher de la matière et des repères terrestre. Bref, elle permet de prendre de la hauteur et d’apaiser l’acidité de la vie.

Excès d’acidité masqué

Les pathologies de l’estomac résonnent souvent avec le déséquilibre des systèmes nerveux et circulatoire. Leur retentissement est parfois sournois et différent d’un individu à un autre: brûlure gastrique, œsophagienne ou dans la gorge, sensation de remontées liquides acides dans la gorge ou derrière la poitrine, douleurs ou crampes au creux de l’estomac, nausées, voire vomissements, parfois troubles intestinaux. D’une manière moins évidente, d’autres symptômes comme le ronflement, l’apnée du sommeil, les aphtes, la toux sèche chronique peuvent aussi être des manifestations de l’hyperacidité gastrique. Des zones plus ou moins étendues s’enflamment, peuvent même se nécroser en ulcère. Enrayer le processus est loin d’être simple car différentes dimensions sont à redresser : stress, acidité, foyers inflammatoires voire infectieux (contamination par Helicobacter pylori), nécrose de la muqueuse.

D’un point de vue énergétique, l’acidité gastrique excessive correspond à une accumulation de chaleur. Cette accumulation est bien souvent le résultat d’un excès d’aliments de nature chaude : alcool, piment, poivre, café, jus d’orange, mais aussi graisse cuite, charcuterie, viande rouge. L’accumulation de chaleur peut aussi provenir d’une stase d’énergie suite à un accès émotionnel. Le propre d’une émotion est le mouvement et la circulation. Lorsque celle-ci est étouffée, elle stagne la plupart du temps à différents niveaux de l’abdomen en créant des déséquilibres énergétiques. Les effets sur l’estomac et les intestins sont instantanés : nœud, barre, spasme, arrêt du péristaltisme, nausée, appétit coupé sont les effets de la décharge d’adrénaline en liaison directe avec l’émotion. En aromathérapie, il existe un véritable fluidifiant émotionnel et régulateur du système nerveux qui ramène le calme sur le système mésentérique : l’huile essentielle de camomille noble. Déposer sur le plexus solaire bloqué, voire l’abdomen entier, et respirer profondément. D’une manière générale, l’HE de camomille noble agit sur toutes les conséquences du stress quel que soit le territoire concerné (système digestif, respiratoire, circulatoire, cutané). Ses propriétés antispasmodiques permettront de lever les spasmes. Et ses qualités d’anti-inflammatoire de la peau et des muqueuses vont lui octroyer des effets pré-anesthésiants sur les douleurs épigastriques. Si un événement est «resté sur l’estomac», elle contribuera largement à l’assimilation de celui-ci.

Ma formule aroma : Soutenir la fonction digestive

Propriétés : stomachique, eupeptique, antispasmodique digestive, apéritive, anti-inflammatoire et cicatrisante de la muqueuse digestive.

  • HECT de basilic exotique (Ocimum basilicum ssp basilicum) : 2 ml
  • HECT de camomille noble (Chamaemelum noble) 1 ml
  • HECT de menthe poivrée (Mentha X piperait) : 1 ml
  • HECT d’anis vert (Pimpinella anisum) : 1 ml
  • Huile végétale de noyau d’abricot QSP (Prunus armeniaca) : 10 ml

Pour les HE : 1 ml = 20 à 25 gouttes

HECT : huile essentielle chémotypée

QSP : quantité suffisante pour

Indications : pathologies de l’estomac, remontées acides, douleurs épigastriques, hernies hiatales, digestions difficiles, troubles du transit, intestins irritables. 

 

Voie cutanée : appliquer 10 à 15 gouttes sur l’estomac en massage léger, trois à six fois par jour selon les besoins.

Voie sublinguale : dans la bouche, 4 à 5 gouttes trois fois par jour, au début de chaque repas. Traiter par cure de 15 jours à 3 semaines, puis arrêter au moins une semaine.

Contre-indications : grossesse, allaitement, enfants de moins de 6 ans, sujets épileptiques et antécédents de cancers hormono-dépendants (présence d’anis).

Indications : pathologies de l’estomac, reflux, douleurs épigastriques, hernies hiatales, digestions difficiles, troubles du transit, intestins irritables.

 

Un pansement argilo-aromatique pour les ulcères

Les douleurs épigastriques de l’hyperacidité et de l’ulcère sont parfois intenses et difficiles à calmer. Il peut être utile d’associer plusieurs gestes pour une action plus rapide. Combinée aux huiles essentielles, l’argile constitue un pansement gastrique apaisant et reminéralisant qui calme les zones échauffées et neutralise l’acidité.

À faire :

Réaliser une eau d’argile en mélangeant, à l’aide d’un ustensile en bois, l’équivalent d’une cuillère à soupe d’argile verte dans un grand verre d’eau. Laisser sédimenter une nuit. Boire seulement ce qui surnage avec une paille. Vous pouvez y ajouter 4 gouttes de la synergie aromatique suivante : HE de myrrhe amère 2 ml (anti-inflammatoire majeure et cicatrisante de la muqueuse), HE de laurier noble (anti-nécrosante et antibiotique) 1 ml, HE de pistachier lentisque 1 ml (revascularisation de la muqueuse), HE de menthe poivrée 0,5 ml (anti-inflammatoire), HE de giroflier (antalgique) 0,5 ml.

Grâce aux particules d’argile, les HE vont tapisser les parois de l’œsophage jusqu’à l’estomac. À boire de préférence à jeun, tous les matins, en cure de 15 jours à 3 semaines, en association ou non à notre formule. Veiller à ne pas consommer de graisse simultanément, les lipides prendraient en masse avec l’argile et constitueraient une glu indésirable.

Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité