Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Intoxications alimentaires, les stopper en douceur

Cactus

Les intoxications alimentaires sont plus fréquentes en été et dans les régions du Sud, car la chaleur favorise la multiplication des bactéries. Souvent, elles sont aussi bénignes que leurs symptômes sont violents: nausées, vomissements, diarrhée, douleurs abdominales, fièvre... Le principal risque restant la déshydratation. Le premier traitement repose donc sur la réhydratation et la mise au repos du tube digestif. En parallèle, on peut recourir à l’argile et au charbon végétal activé qui vont, en douceur, absorber les toxines et retenir les fluides.

Pour le premier remède, prenez une cuillèred’argile blanche diluée dans un verre d’eau. Le charbon se prend à l’écart d’autres médications pour éviter qu’il ne les neutralise. Les recettes aroma et phyto présentées ci-après viennent compléter ces premières mesures d’urgence.

Faites-le vous-même

Gouttes anti-infectieuses
Notez tout d’abord que la prise de médicaments antidiarrhéiques bloque le transit et prolonge la durée de l’infection. Il vaut donc mieux les éviter si la diarrhée, qui aide à chasser plus rapidement les toxines, est supportable. En revanche, les huiles essentielles (HE) au puissant pouvoir antimicrobien sont particulièrement indiquées. On peut mélanger des HE au large spectre d’action anti-infectieux (origan, cannelle, girofle) et d’autres qui, comme le basilic, sont antispasmodiques et apaisent les nausées. L’origan Kaliteri, grâce à sa teneur réduite en carvacrol, est plus doux que les origans vulgaire et compact.

Ingrédients  
• Huiles...

essentielles : giroflier (Eugenia caryophyllata)  1 ml 
• cannelle de Chine (Cinnamomum cassia) 1 ml 
• origan Kaliteri (Origanum vulgare var. Kaliteri) 1 ml 
• basilic tropical (Ocimum basilicum) 1 ml 
• 25 ml de dispersant de  type Solubol ou Disper.

Préparation  
Mélanger les HE dans  le dispersant et prendre 5 à 10 gouttes  trois fois par jour dans un verre d’eau.
Conseil  
Dans le cas d’un traitement anticoagulant, remplacer la cannelle  de Chine par la cannelle de Ceylan  (Cinnamomum zeylanicum).

Tisane anti-diarrhéique
Les tisanes ont l’avantage de traiter en même temps qu’elles hydratent. Notre mélange associe quatre plantes astringentes (ronce, ortie, salicaire et myrtille), la myrtille étant en plus un antibactérien intestinal. L’ortie est riche en oligoéléments et minéraux, venant combler les pertes liées à la diarrhée. La salicaire est une plante aux propriétés antivirales et antisécrétoires qui protège la muqueuse intestinale.

Ingrédients  
• Feuilles de ronce 
• baies  de myrtilles séchées 
• feuilles d’ortie  
• parties aériennes de salicaire.

Préparation 
Mélanger ces  quatre plantes à parts égales et infuser  une poignée dans 1l d’eau pendant  10 minutes. Boire dans la journée.

S’alimenter par étapes

Pour se réhydrater, il faut certes boire beaucoup, mais il ne faut  pas prendre de trop grandes quantités d’un coup pour éviter  de déclencher des vomissements. Le premier jour, mangez uniquement des aliments liquides comme des soupes ou des  tisanes sucrées au miel pour ménager l’intestin. Le lendemain,  réintroduisez les viandes et les poissons maigres ainsi que les  féculents, au premier rang desquels le riz blanc. Quand vous sentez une amélioration, recommencez à manger des fruits et  des légumes, mais seulement sous une forme cuite, pendant  48 heures. Mieux vaut éliminer les aliments riches en fibres  comme les céréales complètes, le café et les boissons froides  qui accélèrent le transit.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité