• Phytothérapie : aromathérapie quantique

Aromathérapie quantique : une autre dimension ?

La physique quantique gagne petit à petit le monde médical. Un des grands spécialistes de l’aromathérapie, le Dr Pénoël, en a fait la pierre angulaire de sa démarche et élabore désormais des huiles essentielles quantiques. Zoom sur cette nouvelle approche qui implique tout un état d’esprit.

 

Quantique… Le mot peut évoquer une approche quelque peu ésotérique. Le concept est pourtant au cœur des recherches de la communauté scientifique. En effet, l’étude du domaine microscopique bouleverse les concepts de la physique classique. L’infiniment petit ne peut se comprendre qu’en intégrant de nouveaux concepts : l’information reçue et émise par la cellule ainsi que l’influence réciproque avec le monde extérieur. L’air, l’eau, la nourriture, les champs électromagnétiques, la terre, le ciel, l’univers mais aussi nos pensées, nos intentions et notre psyché agissent sur notre organisme (et sur la matière en général), tout comme ce dernier transforme l’extérieur. Dans l’infiniment petit, il n’y a pas de monde physique objectif qui évolue de façon indépendante de nous. Le principe d’incertitude remplace le principe de causalité. La physique quantique est une théorie révolutionnaire qui remet en question la manière d’observer et de raisonner. L’observateur influence sa perception de la réalité de par sa position, son intention. L’« œil quantique » est guidé par la conscience. Ainsi, Masaru Emoto a montré que la structure moléculaire d’une eau (observée au microscope) change lorsqu’elle est soumise à des informations (musiques, émotions, intentions) différentes.

 

L’œil quantique

La dimension quantique implique donc un nouvel « état d’esprit », une autre manière d’observer la matière et la vie. C’est cette dimension qu’intègre l’Aromathérapie quantique (AQ). De fait, l’aromathérapie véhicule non seulement des molécules, mais aussi une information. L’Aroma­thérapie quantique consiste donc à prévenir ou à soigner les maladies, en choisissant la (ou les) plante aromatique qui de par sa (leur) nature même (forme, biotope, nom, couleur, région d’origine, manière de pousser et de se comporter avec les autres…) rentre en résonance avec l’histoire et la nature même de l’organisme qui va la recevoir. Organisme avec ses zones fragiles ou en souffrance, ses événements de vie douloureux, ses racines, ses aspirations, ainsi que ses rapports avec son environnement. Voilà pourquoi l’Aro­ma­thérapie quantique n’est pas forcément en contradiction avec l’aromathérapie scientifique, elle la prolonge.

Le docteur Pénoël, un des grands spécialistes de l’aromathérapie, de la stature des Gattefossé et autres Franchomme, est à l’origine de ces avancées. Médecin engagé depuis trente-cinq ans dans le combat pour les médecines naturelles et l’écologie intégrale, il donne à l’aromathérapie un nouvel élan, à la lumière de l’approche quantique, depuis qu’il a été frappé par le « miracle de fragonia ».

De l’intuition et sept principes

Selon lui, l’Aromathérapie quantique permet de se réapproprier son état de santé, la personne apprend à rééduquer son pouvoir d’autoguérison. Dans le Centre aromatique de soins et de services intégrés de santé (CASSIS), qu’il dirige dans la Drôme, les personnes se rendent rapidement compte que son retentissement ne se cantonne pas aux propriétés pharmacologiques pour la plupart répressives (anti-inflammatoire, antibiotique, antihistaminique, antidépresseurs…). Les effets thérapeutiques (sur le corps physique ou la sphère émotionnelle) de ces HE ont toujours une dimension de rééquilibrage et d’éducation dans le respect de la globalité de l’organisme et des relations entretenues avec l’environnement.

Dans l’Aromathérapie quantique, chaque observation ou intuition est étayée par les grands principes de la physique quantique. En voici quelques-uns. Le principe n° 3 est celui de la non-séparabilité : une HE ne doit pas être dissociée de la plante aromatique dont elle est issue. Et le choix de celle-ci se fait non seulement en fonction de ses principes actifs (le cinéole, par exemple) mais aussi de son nom, de son apparence, de son origine. Car chaque famille, chaque biotope, chaque plante transmet une information différente.

Le principe n° 4 est celui du continuum espace-temps. Concrètement, l’Aromathérapie quantique accorde de l’importance à la place de la plante aromatique sur l’échelle de l’évolution botanique et géographique. Quand et où est-elle apparue ? Ce principe est aussi à la base des phénomènes de synchronicité pour lesquels les notions d’espace, de temps et de conscience se font complices et nous donnent ainsi l’impression saisissante qu’un Sens plus grand que notre Moi nous interpelle, et peut nous éclairer dans nos décisions. Pour illustrer ce principe, le docteur Pénoël aime souligner que, bien souvent, lorsqu’il découvre une propriété intéressante pour une HE, il arrive quelques jours après un patient pour lequel l’HE en question sera l’une des clés pour réveiller ses forces d’autoguérison. Ce parcours quantique a aussi amené le docteur Pénoël à faire écho aux grands principes complémentaires de la tradition chinoise que sont le yin et le yang. D’une manière purement intuitive et instinctive, par sa manière d’observer toute chose avec conscience, il a repéré deux plantes qui, de par leur parfaite complémentarité, leur apparence, leur biotope, leur fragrance, leur « conscience » et leur impact énergétique sur les organismes vivants, apparaissent comme l’incarnation du yin et du yang.

Fragonia et kunzea, deux plantes originaires d’Australie occidentale et de Tasmanie, sont respectivement le yin et le yang, la nuit et le jour, le froid et le chaud, le féminin et le masculin. L’analogie spontanée avec la tradition chinoise lui a permis de constater que ces deux plantes se complètent. Lorsque leurs quintessences aromatiques touchent un organisme, elles le nourrissent du souffle vital et viennent rétablir l’harmonie, elles rappellent à la vie. Sur le plan de la psyché, fragonia est l’énergie féminine et protectrice, elle aura le potentiel de pacifier et réconcilier. Kunzea, de par son pôle masculin, saura relever, donner du courage, de la force physique, elle aidera le procrastinateur et le sujet victime d’une dépendance à s’affirmer. Selon le pôle dominant d’un individu, sa préférence ira vers l’HE en correspondance. L’appréciation peut d’ailleurs varier selon l’énergie ou les manques du moment.

Mais les exemples de fragonia et kunzea ne sont pas isolés. C’est l’univers complet des huiles essentielles qui s’intègre à cette approche intuitive. Pour en ressentir les impacts subtils, il convient de les intégrer à son quotidien, de les respirer, de les toucher, de les déposer sur sa peau… voire de les ingérer, chaque geste étant fait avec envie. C’est un long parcours initiatique qui, nous promet-on, peut nous amener vers une autre manière de penser, d’agir et de réagir en harmonie.

 

 

  • Contacts :

L’École Pénoël a vocation à former des praticiens en Aromathérapie quantique.
Site : www.ecolepenoel.com
Email : ecolepenoel@orange.fr
Tél. : 04 75 25 68 06
www.osmobiose.com

 

 

  • À lire

« L’Aromathérapie quantique », par le Dr Daniel Pénoël. Éd. Trédaniel, 2010.