• schizandra sinensis

La schizandra : le fruit de l’amour pour la libido

Connue depuis des millénaires en Chine sous le nom de wu wei zi, elle la compte parmi les cinquante plantes supérieures de la pharmacopée chinoise. Hépatoprotectrice et adaptogène, la schizandra renforce l’activité de l’organisme en aidant à soutenir l’activité physique et intellectuelle tout en éliminant le stress. Elle est également la plante de la sexualité : la médecine traditionnelle chinoise la nomme « le fruit de l’amour ».


Les baies de la schizandra sont connues des pharmacopées chinoise et russe depuis des millénaires. Traditionnellement, les baies étaient utilisées pour soulager la digestion, les troubles respiratoires, l'insomnie, l'impuissance. Plus généralement, les chasseurs et dans beaucoup de tribus de chasseurs cueilleurs durant des siècles et certains athlètes de sports d’endurance en ont pris pour augmenter leur résistance. 

Les baies de schizandra sont présentes dans de nombreuses formules de la médecine traditionnelle chinoise. Le nom chinois de la baie séchée (wu wei zi) veut dire fruit aux cinq saveurs, car elle combinerait tous les goûts : aigre, sucré, salé, piquant et amer. Cette notion est importante car elle signifie que les baies ont le pouvoir d’harmoniser les cinq éléments de la tradition chinoise : bois, feu, terre, métal, eau, et donc, les cinq organes correspondants : foie, cœur, rate, poumon et rein. 

Les baies de schizandra sont en effet très riches en vitamines A, B6, C, E et en oligo-éléments : germanium, sélénium, iode et zinc plus particulièrement. Elles contiennent une huile essentielle dans laquelle ont été isolés du citral, du bêtachamigrène, des acides organiques tels que l’acide citrique et l’acide malique. Enfin, on dénombre une trentaine de lignanes (schizandrine, déoxyschizandrine, gomisione...) qui seraient à l’origine de l’activité anti-toxique des baies sur le foie.

Le schizandra : une plante adaptogène par excellence

Cette notion de ré harmonisation générale mise en avant par la médecine chinoise peut se traduire en langage occidental par la notion de plante adaptogène. Les baies de schizandra recèlent des substances actives capables d’agir de façon sélective en fonction des besoins de l’organisme. L’action générale permet une amélioration rapide du stress physique et émotionnel. L’amélioration des fonctions de l’organisme s’accompagne d’une augmentation de l’énergie disponible, d’une plus grande résistance à l’effort physique et intellectuel de même qu’une normalisation des fonctions nerveuses particulièrement au niveau de la libido

Protectrice des grandes fonctions de l’organisme, respiratoire, cardiaque, rénale et cérébrale, la schizandra qui est souvent utilisée en Chine dans le traitement des hépatites, est maintenant reconnue chez nous comme hépatoprotecteur majeur. Deux des lignanes qu’elle contient ont été identifiés, par une étude menée par le docteur Hikano de l’Université de médecine d’Osaka, comme aptes à être transformés par des bactéries présentes dans l'intestin, en substances de type hormonal. Selon ces travaux, ces substances auraient une influence sur la prolifération des cellules malignes hépatiques et sur la neutralisation de la peroxydation des lipides qui entraînent des lésions graves du foie.

Pour une libido harmonieuse

Tonifiant général, la schizandra a été donnée durant des siècles aux jeunes Chinois avant leur nuit de noce, afin qu’ils honorent, comme il se doit, leur jeune épouse. C’est en effet un activateur, au niveau du système nerveux central, des cinq sens : goût, odorat, ouïe, vue et surtout... toucher. Ses vertus antifatigue en font un aphrodisiaque aussi prisé en Chine que le ginseng (auquel on peut l’associer). D’ailleurs, la tradition chinoise affirmait que les baies de schizandra permettaient de « posséder dix femmes pendant cent nuits ».

Ce qui semble également vrai pour les femmes, car l’action du schizandra sur la sensualité et la libido n’est pas uniquement réservée qu’aux hommes.

D’ailleurs de nombreux témoignages de femmes le prouve, elles décrivent une sensualité plus harmonieuse, les cinq sens étant plus stimulés, le plaisir est plus intense. Certaines sensations sont décuplées procurant ainsi une sensation de plénitude.

Réguler la transpiration

Le schizandra possède une action régulatrice sur la sudation en diminuant l’activité  glandes sudoripares, elle freine la transpiration excessive chez les personnes présentant une hypersudation. Particulièrement, utile pour les personnes souffrant de ce problème.

Cure et contre-indication

La schizandra est une plante destinée à tous ceux et celles qui ont une libido en baisse à cause soit de la routine ou du quotidien, et éprouvant moins de désirs avec leur partenaire. 

On observe un effet assez rapide au bout de quelques jours seulement.

Dans son usage traditionnel comme protecteur du foie, la schizandra peut, lors d’une atteinte hépatique par des toxines, en protéger les cellules. 

Doses à prendre

En traitement d’attaque, on prendra trois à 4 gélules en une seule prise pendant trois semaines. Le traitement peut ensuite être poursuivi pendant un mois à raison de deux à trois gélules par jour toujours en une prise. En général 1 gélule pour 25 kg de poids.

Toutefois, évitez de prendre la schizandra en cas grossesse, d’hypertension non traitée, de glaucome ou d’ulcère gastrique

 

Infos et point de vente :  Schizandra

 

À écouter :