Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Plantes stimulantes :
faites-en bon usage (5/5)

Pour rester dynamique, booster son intellect et relancer sa libido, l’usage de certaines végétaux stimulants est très en vogue. Argousier, damiana, ginseng, guarana, maca… le choix est large. Mais leur consommation, loin d’être anodine, nécessite quelques précautions. 

Damiana, Turnera diffusa

Ces végétaux qui réveillent la sexualité

Dans une société où l’acte sexuel est jugé sur l’atteinte ou non de l’orgasme, la durée du rapport et la fréquence de ce dernier, la notion de performance est réelle. Toutefois, sans forcément entrer dans cette logique, on peut avoir besoin de temps en temps de stimuler sa libido et de soutenir sa sexualité. Certes, les preuves scientifiques ne sont pas faciles à établir, mais certaines plantes ont traditionnellement la réputation de donner un coup de pouce pour éveiller les sens à l'érotisme, voire d’agir comme une sorte de Viagra naturel.

Parmi les plantes connues en la matière, certaines possèdent des propriétés adaptogènes (elles augmentent la résistance de l’organisme). Parmi elles, le ginseng (Panax ginseng) s’est imposé dans le monde entier comme la plante qui aide à conserver une activité sexuelle dans la durée grâce à sa teneur en ginsénosides. Des études ont déjà confirmé son action régulatrice sur les glandes surrénales, notamment sur la sécrétion d’hormones du stress comme le cortisol.

Julie Lannoy, biologiste-experte en phytothérapie et aromathérapie chez Naturactive, explique : « L’action globale du ginseng sur l’organisme va permettre la recapture de plusieurs neuromédiateurs comme la dopamine, la noradrénaline, la sérotonine et le GABA, en plus d’augmenter la capacité des cellules à absorber l’oxygène, ce qui va prolonger l’endurance physique. »

Cependant, il faudra se montrer patient pour ressentir les effets de la plante. « La prise de ginseng ne permet pas de grimper au rideau au bout d’une journée. Il faut en consommer durant cinq à sept jours pour que l’effet se fasse sentir », nous confie-t-elle. On l’achètera sous forme d’extrait sec de préférence, pour profiter d’une concentration en ginsénosides accrue et constante. Attention, le ginseng reste contre-indiqué chez la femme enceinte, lors de prise d’anticoagulants, de traitements contre les migraines et l’hypertension, ou encore en cas d’antécédents de cancers hormono-dépendants.

De la maca contre les troubles sexuels

Cap, à présent, sur la maca (Lepidium meyenii), connue et utilisée en Amérique du Sud depuis l’époque des Incas pour ses vertus stimulantes. Interdite en Europe jusqu’en 2005, elle est aujourd’hui commercialisée la plupart du temps sous forme de poudre et de capsules. En 2015, elle fit l’objet d’une étude confirmant qu’elle augmente la concentration et la mobilité des spermatozoïdes chez les hommes lorsqu’ils en prennent régulièrement ; mais aucune étude ne confirme, à ce jour, son action sur le désir.

Ce tubercule, qui pousse à environ 4 500 m d’altitude sur les plateaux de la cordillère des Andes, possède malgré tout des vertus tonifiantes. « Deux cuillères à café de poudre représentent l’équivalent d’un demi-kilogramme de viande en protéines », confie Cesar Tolentino, qui commercialise de la maca péruvienne en France.

On l’indique d’ailleurs pour d’autres pathologies que les troubles sexuels : en cas de baisse des défenses immunitaires, d’anémie, de problèmes menstruels, de...

paresse intestinale... À raison d’une cuillère à café par jour avant les repas, à diluer dans une boisson froide, une prise de la plante durant des périodes de deux à trois semaines se fait sans danger.

Une barre énergétique à la maca

Il est très facile de bénéficier des vertus stimulantes et dynamisantes de la maca, qui se saupoudre sur les petits plats. Pour concocter une dizaine de barres énergétiques à consommer au goûter mais aussi au petit-déjeuner, voici une recette facile à réaliser :

Ingrédients

  • 10 c. à s. de farine de maca
  • 60 g de pistaches ou noisettes ou amandes
  • 50 g de cerneaux de noix
  • 60 g de raisins secs
  • 50 gr de pignons
  • 4 c. à s. d’huile végétale
  • 2 c. à s. de sucre de coco
  • 4 c. à s. d’eau

Préparation Préchauffer le four à 200 °C. Concasser les noix et les pistaches dans un récipient. Ajouter les fruits, le sucre, l’huile, l’eau et mélanger. Incorporer progressivement la farine jusqu’à l’obtention d’une pâte. Recouvrir une plaque à pâtisserie d’un papier cuisson et étaler la pâte sur une ­épaisseur de 1 cm. Former un carré, découper des bandes de 3 cm de large puis recouper chaque bande en deux. Faire cuire pendant vingt minutes.

 

D’autres végétaux doivent leur effet érogène à leurs vertus toniques. En exerçant une action sur le système nerveux, la contraction des muscles et des vaisseaux, ils apportent de la vitalité à l’organisme et fortifient notre santé sexuelle.

Aussi, dans le cas où le manque de libido serait lié à la baisse de sécrétion de testostérone, pensez à la prise de sarriette en teinture mère ou en infusion. L’apport quotidien en zinc et en magnésium sera, quant à lui, nécessaire pour favoriser la contraction musculaire du pénis.

La gemmo de la libido des hommes

Plus vibratoire, la gemmothérapie peut également apporter une action plus subtile sur la sexualité. Parce que la fatigue nerveuse et le stress peuvent rapidement impacter le désir, la prise du bourgeon de chêne (Quercus robur), dont les propriétés sont orientées vers le système nerveux et glandulaire, est recommandée chez l’homme dans les cas d’asthénie sexuelle due au surmenage.

Toniques sexuels, les bourgeons de cet arbre sacré stimuleraient la production de testostérone, et de ce fait, l’activité des testicules. Quant aux bourgeons de séquoia (Sequoiadendron giganteum), ils rééquilibreraient la spermatogénèse en plus de stimuler l’immunité et de freiner le vieillissement, tant au plan sexuel qu’au plan général.

Demiana et yohimbe, des aphrodisiaques traditionnels

Autre plante sachant raviver l’envie : le damiana (Turnera diffusa). Cet arbuste d’Amérique centrale et du Sud fait l’objet de nombreuses recherches. Pris une à deux heure(s) avant le rapport, il agirait sur l’excitation et l’orgasme de la femme ainsi que sur la tonification de l’érection et la diminution des éjaculations précoces chez l’homme. À ce jour, cependant, seules quelques études animales confirment son intérêt sur la performance masculine.

De ses feuilles séchées, on pourra réaliser une délicieuse infusion, qui conviendra aux amateurs de café appréciant l’effet « coup de fouet » sans avoir recours à la caféine. Elle est également disponible en gélules et en teinture mère. Une cuillère à café de feuilles de damiana séchées en infusion, deux à trois fois par jour, ou une cuillère à café de poudre par jour suffisent ; n’abusez pas de cette plante car elle peut s’avérer toxique à forte dose, à cause de son effet psychotrope.

Encore plus tonifiante, la yohimbine, principal alcaloïde retrouvé dans l’écorce du yohimbe (Pausinystalia johimbe), un arbre originaire d’Afrique centrale. Reconnue comme un aphrodisiaque dans les traditions locales, cette substance est dotée d’un puissant effet dopaminergique et acétylcholinergique sur le cerveau. Elle entraînerait une vasodilatation procurant une érection rapide et durable. Depuis quelques années, l’écorce de yohimbe est en vente libre, bien que le chlorhydrate de yohimbine soit un médicament sur ordonnance. On en retrouve aussi sous forme de gélules ; son utilisation n’est pas préconisée sur le long terme.

Enfin, d’autres plantes dites aphrodisiaques comme la vanille ou l’ylang-ylang possèdent des composés volatils connus pour agir directement sur la sphère émotionnelle et le système nerveux. Elles procureraient ainsi un effet relaxant et propice à la sensualité. Une bonne introduction au slow sex… Car la véritable performance ne se trouve-t-elle pas, en réalité, dans la capacité à se reconnecter à ses sens, à savoir apprécier le plaisir et à partager, au-delà du Graal qu’est censé représenter l’orgasme ?

Rallumer le feu

Si vous préférez les huiles essentielles, voici deux recettes pour booster votre libido au naturel dans une atmosphère sensuelle.

  • En massage cutané, ­diluer deux gouttes d’huile essentielle d’ylang-ylang (illustration ci-contre) dans quatre gouttes d’HV de noisette. Appliquer en massage sur le bas-ventre et les reins, deux fois par jour pendant dix jours.
  • En olfactothérapie, ­mélanger cinq gouttes d’HE de bergamote, cinq d’HE d’ylang-ylang et cinq d’HE de bois de Hô. ­Diffuser 15 gouttes de cette synergie dans la chambre ­duranttrente minutes.

Nécessaire latence

Tonifier sa libido, oui, mais gare aux abus ! « Pour le ginseng, il faut éviter d’­aller au-delà de trois mois de traitement, car un ­plafond se crée et les ­bénéfices s’arrêtent. De plus, il est ­important de laisser au corps un temps de latence afin qu’il ­réinvestisse ses fonctions ­naturelles », indique Julie Lannoy.

En ce qui concerne la maca, le ­dépassement de la dose à long terme pourrait ­entraîner une prise de poids, due à son effet ­anabolisant. Le damiana est aussi à consommer avec ­vigilance car son ­effet ­psychoactif est ­comparable à celui du ­cannabis : on décrit ­également des lésions ­hépatiques sévères lors d’une prise ­prolongée. Enfin, la yohimbine ­possède des effets ­indésirables et des contre-indications semblables à ceux du véritable Viagra. À respecter, donc…

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité