Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Le souchet, l’autre papyrus d’Égypte

le souchet

Cultivé dans la vallée du Nil au temps des pharaons, le souchet comestible (Cyperus esculentus) possède des vertus digestives et reconstituantes. En Afrique, cette plante de la famille des papyrus (Cyperus papyrus) est encore utilisée comme remède contre une multitude de maux.

Le souchet comestible (Cyperus esculentus) est une plante vivace à rhizomes grêles, comestibles crus ou cuits. Le botaniste grec Théophraste évoque dans son Histoire des plantes, écrite au ive siècle avant J.-C., sa saveur douce fort appréciée des Égyptiens. On a d’ailleurs retrouvé des tubercules de souchet dans les sarcophages et les tombes égyptiennes des premières dynasties. Au Moyen Âge, la culture du souchet s’est étendue de l’Égypte au nord de l’Afrique et jusqu’à la péninsule ibérique et à la Sicile pendant les conquêtes musulmanes.

Les raisons de l’implantation de cette culture seraient son intérêt alimentaire (on l’appelle d’ailleurs amande de terre), mais aussi la prohibition du vin par la religion musulmane, qui a sans doute favorisé le développement des boissons sans alcool, et ses propriétés médicinales. Au xvie siècle, Andrés Laguna, médecin de Charles Quint, attribue aux...

tubercules de souchet des propriétés pour combattre les inflammations des voies respiratoires et les maux d’estomac. Si, aujourd’hui, le souchet est apprécié en Espagne en tant que boisson rafraîchissante nommée horchata de chufa (orgeat de souchet), il est toujours considéré comme remède médicinal ou magique dans plusieurs pays d’Afrique, comme l’attestent plusieurs ouvrages consacrés aux médecines traditionnelles africaines. En Afrique de l’Ouest (Guinée, Bénin et Sénégal) et de l’Est (Kenya), les rhizomes sont utilisés en décoction pour guérir la diarrhée, les douleurs abdominales et intestinales. En cas de migraine, ce sont les feuilles qui sont appliquées en cataplasmes sur le front. En Somalie, en cas de règles trop abondantes, les racines sont séchées, écrasées et emballées dans un morceau de coton que l’on introduit dans le vagin, opération renouvelée trois fois par jour durant 3 jours. En Afrique du Nord (Algérie, Égypte, Libye, Maroc et Tunisie), les tubercules de souchet sont notamment utilisés en cas de pathologies respiratoires et de maladies urinaires, mais aussi pour favoriser la production de lait maternel, comme en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso.
Enfin, on attribue au souchet des vertus aphrodisiaques (c’est le cas à Madagascar) et magiques. Les Yorubas, peuple indigène du Nigeria et du Bénin, en usent pour conquérir le coeur d’une femme, et la communauté des Marakwet, au Kenya, pour conjurer le mauvais sort ou favoriser la chance.

Une ressource alimentaire

Le souchet a joué un rôle important dans l’alimentation des populations du Moyen- Orient. L’ethnobotaniste Jamal Bellakhdar a retrouvé dans un ancien traité arabe comment on l’accommodait pour le consommer. En Égypte, les tubercules de Cyperus esculentus étaient préparés bouillis dans de la bière, ou rôtis ou écrasés dans du miel. On utilisait aussi une autre espèce de souchet, le souchet rond (Cyperus rotundus). Des cormes de Cyperus rotundus vieux de 20 000 ans ont été retrouvés à côté de meules près d’Assouan. Une recette de plat égyptien figurant dans le papyrus d’Ebers mentionne, entre autres ingrédients, des cormes de souchet, du miel et du vin.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité