Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Jardin de Planbuisson Les graminées ont du panache

Jardin de Planbuisson

Dans le Périgord, à deux pas de la Dordogne, le jardin de Planbuisson offre à ses visiteurs une promenade tropicale et dépaysant au milieu de 200 espèces de bambous et de graminées venues du monde entier. Un lieu magique qui bénéficie depuis plus de dix ans du prestigieux label «jardin remarquable».

Au départ, il s’agissait d’une simple pépinière, entièrement plantée de noyers, créée sur le domaine familial de Michel Bonfils, en plein cœur de la vallée de la Dordogne, en bordure du village du Buisson-de-Cadouin. Après avoir passé plusieurs années en Afrique subsaharienne, Michel commence à imaginer sur ce terrain de 1,5 hectare une collection d’arbustes et de plantes vivaces, parfois très rares, toujours avec une recherche affirmée d’originalité. Assez vite, il se fascine pour les bambous, ces végétaux géants si dépaysants qui passent de l’ocre au vert très foncé. Cette passion l’amène à créer, en 1989, un jardin botanique où le bambou est à l’honneur. Les fameux noyers ne produisant quasiment plus sont coupés, d’autres sont arrachés par la tempête… et remplacés par de nouvelles espèces de bambou. Atteignant 16 m de haut pour 12 cm de diamètre, ils nous transportent des falaises du Chili aux hautes altitudes du Tibet. Ici, «la nature se fait artiste», selon l’expression de Michel Bonfls. Seules quelques allées jonchées de coquilles de noix se faufilent entre ces graminées, aidant le promeneur à ne pas s’égarer.

Aujourd’hui l’Association des amis du jardin de Planbuisson, qui a repris les rênes du jardin en 2001, poursuit le travail en sauvegardant ce patrimoine unique qui reflète l’étonnante diversité des graminées. Une immense famille botanique à laquelle les bambous appartiennent.

Des plantes très recherchées

L’entretien du jardin est respectueux de l’environnement et s’appuie sur des espèces désormais incontournables dans le domaine du développement durable. En effet, les graminées ne demandent que peu de soins (le jardin de Planbuisson n’est pas arrosé), et résistent à différents climats, ainsi qu’à de nombreux parasites… Ces plantes sont également très recherchées pour leur valeur esthétique. L’entretien consiste simplement à les raser en fin d’hiver pour assurer un bon démarrage des jeunes pousses au printemps. Quant au feuillage sec récolté (la «paille»), il est broyé et sert ensuite de paillage pour d’autres plantes plus sensibles au froid et à la sécheresse.

Magie du lieu

Ici, le promeneur déambule entre différents genres de bambous, des Phyllostachys, des Arundinaria, des Semiarundinaria, des Pseudosasa, des...

Shibataea, des Thamnocalamus, des Chusquea, etc. Il se perd dans ce labyrinthe végétal où il contemple ces tiges jaunes striées de vert, ces tiges noires presque laquées, ou encore ces tiges bleu-vert qui se mêlent harmonieusement aux autres graminées. Après une première partie dédiée aux cespiteux (Fargesia, Bambusa, Thamnocalamus...), on croise quelques bambous américains et asiatiques dont les feuilles atteignent plus de 50 cm de longueur. Vertigineux ! Plus loin, on rencontre d’autres graminées regroupées par continent (Europe, Asie, Océanie et Afrique). Des Miscanthus de Chine se déclinent en de nombreuses variétés: des Condensatus, des Strictus au feuillage zébrés. Les inflorescences délicates du Panicum apportent contrastent avec la densité des Carex. Un peu plus loin, on trouve des chênes bleus, des chênes du Liban…

La magie du lieu opère. Rien d’étonnant à ce que le ministère de la Culture ait décerné au site en 2005 le label «Jardin remarquable ».Une distinction renouvelée en 2010 et 2015. Quant à la pépinière toute proche, elle saura vous apporter tous les conseils nécessaires pour une plantation réussie.

Jeunes pousses de bambou à croquer

C’est un fait peu connu : toutes les espèces de bambous sont comestibles. Plus les jeunes pousses sont récoltées tôt (à peine sorties du sol) et plus elles sont tendres. On les appelle turions (comme les asperges), et elles sont assez amères : leur goût rappelle celui de l’artichaut. Certaines variétés sont toutefois plus sucrées que d’autres : parmi les espèces les plus « douces », on peut citer le Phyllostachys edulis (produit et consommé en Chine à échelle industrielle) et le Phyllostachys dulcis. Les turions sont en général bouillis avant d’être consommés, ce qui permet d’atténuer leur amertume. Il existe aussi une espèce de petit bambou japonais, le Shibataea kumasaca, dont les feuilles aromatiques sont consommées en tisane. Conseillés par un guide, les visiteurs du jardin de Planbuisson peuvent déguster  certaines jeunes pousses.

Le bambou au jardin : pas forcément envahissant

Les bambous traçants sont les plus connus en Europe. Leur taille fluctue entre à peine 1 m et plus de 20 m. Pour les empêcher de coloniser le jardin de manière anarchique, il faut couper chaque année les cannes que le bambou a produites. On stabilise ainsi son extension tout en privilégiant des cannes grosses, bien droites, et réparties régulièrement. Toutefois, avec ce type de bambou, il faut prévoir une barrière anti-rhizomes quand vous les plantez. Mais attention, un bambou ne se laisse pas enfermer : sous sa pression, la barrière finit toujours par céder. C’est pourquoi vous devez impérativement entretenir votre parcelle pour contenir la croissance des rhizomes.Il existe aussi des bambous non traçants, les cespiteux. Petits, ils forment des touffes compactes (il n’est donc pas nécessaire de lescontenir). C’est le cas du Bambusa, du Fargesia, du Thamnocalamus, du Chusquea et du Yushania. Leur port est compact, et pleureur en condition fraîche. Ceux que l’on trouve au sein du jardin viennent de régions montagneuses. Ils résistent donc bien au froid, mais préfèrent une atmosphère humide. Les bambous géants tropicaux peuvent quant à eux culminer à 40 mètres ! On peut citer, parmi eux, le Dendrocalamus, le Guadua, le Gigantochloa, etc. Malheureusement, la plupart ne peuvent pas pousser en Europe, car ils ne résistent pas aux températures négatives. 

En pratique

Adresse 
20, rue de Montaigne 24480 Buisson-de-Cadouin Tél  05 53 57 68 02
Site
www.bambous-planbuisson.com
Par la route
À 130 km à l’est de Bordeaux, en suivant la Dordogne. À mi-chemin entre Bergerac et Sarlat.
Ouverture
De mars à juin et de septembre à novembre : ouvert du mercredi au dimanche et jours fériés de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h. Fermé lundi et mardi. Juillet et août : tous les jours de 10 h à 19 h. Décembre, janvier et février : ouvert sur rendez-vous.
Tarifs
Adultes : 6 €, tarif réduit : 5 €, 12 à 18 ans : 2 €, moins de 12 ans : gratuit. Groupes de 20 personnes et plus : visite guidée 5€ par personne.
Hébergement
À moins d’un kilomètre du jardin, Un ange passe vous propose quelques chambres d’hôtes dans un corps de ferme du XVIIIe siècle ainsi qu’une table d’hôte de qualité.
Tél : 06 08 91 83 56
Site : www.un-angepasse.com

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité